Soutien à MEDIAPART et à l'esprit critique en général

Les critiques et les enquêtes plaisent à condition que ce soit "l'adversaire" , le clan d'en face qui soient visés. La liberté de la Presse s'arrête là où les ennemis par nature de la Presse ont décidé ses limites. Les mélenchonâtres veulent limiter par l'intimidation toute expression qui ne leur convient pas. Ils font partie de ces ennemis de la liberté de la Presse. Il faut les combattre.

Les critiques et les enquêtes plaisent à condition que ce soit "l'adversaire" , le clan d'en face qui soient visés. La liberté de la Presse s'arrête là où les ennemis par nature de la Presse ont décidé ses limites. Ennemis par nature, j'entends les intégristes de tous poils dont le niveau de réflexion est inversement proportionnel à leur passion exacerbée  qui leur faire perdre le sens de l'entendement et par conséquence l'acceptation de la libre contradiction . Nous savons ce qu'il adviendrait aux libertés si par malheur pour le Pays de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen , ils arrivaient d'une manière ou d'une autre à l'exercice du pouvoir. La censure fait partie de leur panoplie dans la direction des affaires publiques, malheur aux opposants. Un seul parti, un seul leader. Les mélenchonâtres que je n'amalgame pas avec l'ensemble des soutiens de la F.I. forment une clique qui - s'abattent - de manière automatique en vols groupés sur les journalistes de Médiapart, les auteurs de blogs et les auteurs de commentaires qui osent s'autoriser quelques critiques sur des comportements peu démocratiques et peu exemplaires pour le moins de JL. Mélenchon  ( en particulier ). La "mélenchonsphère" donne une image très dégradée du nécessaire combat politique. Ce combat peut être "musclé" intellectuellement parlant. Mais aux injures préférons les arguments. Ils convainquent mieux. Des convictions exprimées en lieu et place des expressions de haine, et des techniques d' intimidation, pratique des régimes autoritaires.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.