Adresse à ceux qui nous gouvernent ou qui voudraient nous gouverner

Les passions plutôt que la Raison, l'exclusion plutôt que l'inclusion, vous n'avez de cesse de désigner des boucs émissaires pour dissimuler votre incurie et votre incapacité à proposer un projet ambitieux et mobilisateur pour tous.

Les passions plutôt que la Raison, l'exclusion plutôt que l'inclusion, vous n'avez de cesse de désigner des boucs émissaires pour dissimuler votre incurie et votre incapacité à proposer un projet ambitieux et  mobilisateur pour tous. Les mots Espoir et Bonheur n'appartiennent pas à votre vocabulaire. Vous nous promettez la souffrance, vous vous réservez le plaisir. Distiller la rancœur et la haine, diviser pour régner, voilà votre unique ambition. Vous dressez les citoyens les uns contre les autres, les salariés du privé contre les salariés du public, les actifs contre les retraités, ceux qui ont un emploi contre ceux qui en recherchent, les salariés en CDI contre les précaires, les chrétiens contre les musulmans... Détruire les solidarités, constituants essentiels de toute Société apaisée et confiante dans son avenir , voilà votre jouissance et votre perversion. NON, la question de l'immigration n'est pas LA question, celle dont la réponse résoudrait tous nos problèmes. Elle est secondaire mais pollue par vos manigances politiciennes le débat public depuis des années. Venin inoculé dans le corps social. Course à l'échalote où l'extrémisme remportera la mise. Le dogmatisme et l'aveuglement qui l'accompagne, le calcul politique nauséabond, la manipulation des mots ( "mal nommer les choses c'est ajouter au malheur du monde. Ne pas nommer les choses c'est nier notre humanité " Camus ), la bêtise et surtout votre incompétence, voilà la recette qui jusqu'à présent a permis d'éluder les vraies questions : le réchauffement climatique et ses conséquences désastreuses ( notre UNIQUE dette vis à vis des générations futures ); le creusement des inégalités sociales; la précarité généralisée; la disparition de l'emploi salarié remplacé par le travail à la tâche; l'impact de la robotisation, de l'automatisation et de la numérisation sur le Travail; la mise au pas de la Finance irresponsable et des oligopoles carnassiers ; l'harmonisation des politiques sociales et fiscales dans l'UE; la fraude fiscale et l'existence des paradis fiscaux et d'une manière générale la domination absolue du Capital ( de la rente) sur le Travail. Qu'avez vous à dire ? Qu'avez-vous à proposer ? RIEN. NEANT. Aveuglement et surdité. 

L'indignation ne suffit pas et notre passivité fait leur force. Leur idéologie rance (le néolibéralisme pour les uns, le nationalisme identitaire pour les autres ) constituent une Bastille à renverser. Sans nous ils ne sont rien. Nous ne sommes pas leurs serviteurs, ils ne sont pas nos maîtres. Soyons optimistes. Nous avons théoriquement encore le choix : celui de continuer à subir dans le cadre d'une Démocratie pervertie par leurs pratiques ou celui d'une révolte citoyenne à construire au jour le jour par des actions qui seront le fruit de notre imagination créatrice et joyeuse. Oui vraiment soyons optimistes. .. ! 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.