Célébration du 11 novembre : une désastreuse polémique.

Il est reproché au Président de la République d’avoir déclaré souhaiter un "11 novembre sans «expression trop militaire», ni hommage aux Maréchaux". Il est vrai que cette formule est un peu elliptique. Du coup elle a généré des polémiques et des incompréhensions dont les réseaux sociaux se sont faits l'écho. Stop.

Célébration du 11 novembre : une désastreuse polémique.

 

Les réseaux sociaux bruissent d’une polémique au sujet de la célébration des 100 ans de la fin de la première guerre mondiale.

Il est reproché au Président de la République d’avoir déclaré souhaiter un "11 novembre sans «expression trop militaire», ni hommage aux Maréchaux". Il est vrai que cette formule est un peu elliptique.

Il est vrai aussi que la célébration de cet armistice doit être traitée davantage comme la fin d’une hécatombe aberrante (18,6 millions de morts, d'invalides et de mutilés ) que comme une victoire de la France sur l’Allemagne.

En même temps, l’équation est complexe, car l’hommage à rendre aux «poilus», doit au contraire être solennel et vibrant, en raison de leur héroïsme et des conditions épouvantables qu'ils ont subies pendant quatre ans dans les tranchées. Cet hommage ne peut pas se limiter à un beau discours au pied de la tombe du soldat inconnu. Ils méritent bien mieux que ça.

Cela implique à mes yeux de rassembler si possible les deux peuples allemand et français, et à minima le peuple français.

Une première idée pourrait être de demander aux évêques de France de solliciter les prêtres et les laïcs des paroisses,  pour faire carillonner pendant quelques minutes les cloches de la totalité des églises de France à la 11ème heure du 11ème jour du 11ème mois de l’année 2018, comme ce fut le cas ce même jour de 1918. Peut-être est-ce déjà prévu. Nul ne le sait.

Cette initiative rassemblerait la totalité de la nation française. On voit mal qui pourrait critiquer ce geste qui rappelle un fait historique qui s’est passé il y a cent ans. Ce jour là, la liesse des français, dans les campagnes ruinées et décimées, qui pleuraient leurs enfants, maris et fiancés, était essentiellement dûe à la fin de l’hécatombe et non à pas la victoire militaire.  Ce serait donc un vrai hommage solennel de la France d'aujourd'hui aux poilus et plus largement à tous les militaires ayant combattu entre 1914 et 1918. 

Une deuxième idée (aussi fondamentale) serait de retenir les leçons de l’histoire. Le Traité de Versailles avait pour but d’anéantir durablement l’Allemagne. Il a eu pour résultat de porter Hitler au pouvoir. Voilà la grande leçon à méditer.

Nous allons célébrer la paix, pas la vengeance. Tous ceux qui se sont essayé à la vengeance après un conflit ont perdu. Tout ceux qui ont tenté la réconciliation (la voie la plus difficile) ont réussi dans 90% des cas. Dans tout cela, il n’y nulle place pour quelque polémique que ce soit. Il faut le dire et le répéter.

Il serait peut-être bien qu’un membre du gouvernement se fende d’une explication sur cette cérémonie à une heure de grande écoute, avant le  11 novembre.  La célébration de cet armistice doit concourir à l’unité nationale, et surtout pas générer des polémiques stériles. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.