Voir tous
  • Relocalisations : un sketch pour bien comprendre. Neuf minutes de rire garanti

    Par
    Depuis trente ans, et parce que les règles de la mondialisation incitent à délocaliser, la France s’est désindustrialisée. Tout à coup, le Président de la République française déclare : « Revenez je l’exige ». Réponse des entreprises concernées : « Oui, Monsieur le Président. A vos ordres Monsieur le Président ». Il y a forcément un truc, car la réalité est moins bonne fille.
  • EN ROUTE POUR LA CHARIA ECONOMIQUE.

    Par
    Dans la série «déni total des dangers pourtant bien identifiés », l’Europe progressiste nous concocte en catimini une Cour de justice internationale de type «charia économique». Les terroristes islamistes n’auront plus qu’à se caler sur ce modèle pour parvenir à leurs fins.
  • Le Ministre, la multinationale et la relocalisation industrielle (2)

    Par
    Suite du dialogue entre le «ministre des relocalisations industrielles» du prochain gouvernement, et le Président dune multinationale française délocalisée en Asie. Je n'ai pas la prétention d'avoir LA vérité. En revanche, j'affirme que si le gouvernement se contente de quelques aménagements à la marge, ils ne serviront à rien. Les entreprises délocalisées ne reviendront pas.
  • Le Ministre, la multinationale et la relocalisation industrielle(1)

    Par
    Ce premier article relate une conversation confidentielle entre le «ministre des relocalisations industrielles» du prochain gouvernement, et le Président d’une multinationale française délocalisée en Asie. Un deuxième article qui sera publié demain contiendra les propositions concrètes non exhaustives, permettant d'envisager de relocaliser certaines industries en France.
  • LE COVID 19 ADORE NOS ACCORDS ACTUELS DE LIBRE ÉCHANGE

    Par
    Le CETA n'aurait certainement pas été ratifié si le Covid19 était apparu avant le vote de l'Assemblée Nationale, car la pandémie met en lumière l'énormité des clauses concernant les services publics. L'article ci-dessous démontre que les députés qui ont approuvé cet accord (ou qui se sont abstenus) ont été tenus dans l'ignorance des conséquences de leur vote au niveau du chapitre huit.