Egypte : retour sur la "révolution 2.0" du printemps 2011 (2)

Boîte noire

 Benoît Forget.

Divisé en 4 chapitres pour une meilleure lisibilité, cet article se structure essentiellement en trois temps. Tout d’abord, nous proposons au lecteur une brève mise en perspective des processus politiques et socio économiques ayant généré depuis le début de la décennie 2000 le terreau et les ressorts de la contestation finale. Ensuite, il nous a semblé logique de présenter l’outil internet dans son contexte égyptien ainsi que les acteurs principaux ayant nourri les dynamiques de contestations politiques et socio économiques, tant « en ligne » que « hors ligne». Enfin, nous proposons une mise en équation des principaux acteurs des réseaux sociaux dans le bras de fer final ayant opposé les pro et les anti Moubarak jusqu'au « tombé de rideau » final du 25 janvier 2011.

L'essentiel de cet article fut réalisé lors d'une réflexion menée fin 2011 dans un cadre universitaire sur la problématique des droits de l'homme à l'épreuve des médias. Si le texte a bien évidemment été adapté et actualisé à de multiples égards, l'arrêt sur image qu'il entend incarner justifie en soi pleinement sa publication. Un certain nombre de précautions d'usage, déjà émises à l'époque, nous semblent devoir cependant être pointées dans leur actualité.   

L’approche critique d’un univers numérique en perpétuelle évolution ne peut s’envisager sans respect pour une certaine «exigence de complexité »[1]. Il convient aussi de pointer les débats entourant à l'époque la définition même de certains concepts et les immanquables choix qu’implique leur manipulation. Ainsi, Thomas Stenger et Alexandre Coutant[2] avaient délaissé l’expression « réseaux sociaux » pour lui préférer celle de « réseaux socio numériques », plus pratique à leurs yeux, pour désigner les communautés en ligne et sites de partage de contenus au sens large (Facebook, Twitter, Youtube, etc.) [3]

De même, il est vain et hasardeux d’imaginer extraire un lien de cause à effet tranché et univoque entre les réseaux sociaux et les multiples facteurs intriqués ayant concourus au basculement final du régime du président Moubarak[4].

L’étude circonstanciée de la place des réseaux sociaux dans la chute du Président Moubarak mériterait certes aussi bien davantage de développements. Et nous sommes conscients que la quinzaine de pages de cette figure de style offre tout au plus un arrêt sur image assorti d’une profondeur de champ somme toute limitée. L’intérêt premier de cette présente publication est notamment l'avènement prochain du 7ème anniversaire ce cette "révolution 2.0". Sous les projecteurs des médias pendant plusieurs mois à l'époque, l’Egypte offrait une bien autre visage qu''aujourd'hui. Dirigée de main de fer par le Président al-Sissi, le pays semble relever d'un tout autre espace-temps alors que la ferveur populaire de la fameuse place At-Tahrir est encore dans toutes les mémoires.

Les considérations historiques, politiques et socioéconomiques ne sont évoquées dans cet article que dans la mesure où elles participent directement de l’évocation de notre propos et éclairent la période clé des 18 jours d’émeutes. Le cas échéant, les légères frustrations ressenties ça et là ont été compensées par un usage consistant de notes infrapaginales invitant le lecteur à approfondir certains corollaires et prolongements utiles de la problématique. La courte bibliographie ci-dessous participe également de ce souci.

L'ouvrage ci-dessous  produit en 2015 nous semble, en outre, apte à répondre à certaines des limites assumées du présent article :

Reel Abou Al Fadl, Revolutionary Egypt, Routeledge, 2015, 310p.

 ------------------------------------------------------------

Bibliographie indicative

Ouvrages

˚ Wolton, Dominique, Internet et après ? Une théorie critique des nouveaux médias, Paris: Flammarion; 1999, 240 p.

˚ Balague C. , Fayon D.: "Facebook, Twitter et les autres..." - "Intégrer les réseaux sociaux dans une ˚ stratégie d'entreprise" ; Paris, Pearson, 2010.

˚ Idle Nadia & Nunns Alex Tweets from Tahrir, Egypt’s revolution as it unfolded, in the words of the people who made it, 2001, 234 pages

˚ Morozov E., The Net delusion, The Dark Side of Internet Freedom, Public Affairs p Perseus group, USA, 408p.

˚ Neveu, Erik, La Place des médias dans la mobilisation in Sociologie des mouvements sociaux, La Découverte, Collection repère Sociologie, Paris,  n°207,  4ème édition, 2009, 103P.

˚ Piéret, Julien, Sociologie des Droits de l’Homme, syllabus rédigé dans le cadre du Master Complémentaire en Droits de l’Homme – FUSL, Année académique 2010-2011, 114p.

Périodiques spécialisés

˚ Pierre Blanc (sous dir.), Egypte : l’éclipse Confluences Méditerranée Paris, L’Harmattan, n° 75, décembre 2010, 246 p.

˚ Ces réseaux numériques dits sociaux, revue Hermès, , Paris, CNRS Edition, n°59, avril 2011, 253p.

˚ Abdallah Saaf, Violences Politique et paix dans le monde arabe, Cahiers de Chaillot, Octobre 2010, 101p.

˚ Jeffrey Ghannam Social Media in the Arab World: Leading up to the Uprisings of 2011, Center for Inrtternational Media Assistance (CIMA), 04/02/2011, 40 p.. Accessible en ligne sur http://cima.ned.org/publications/social-media-arab-world-leading-uprisings-2011-0

˚ Kaplan Andreas M., Haenlein Michael, (2010), Users of the world, unite! The challenges and opportunities of social media, Business Horizons, Vol. 53, Issue 1

˚ Boullier Dominique, « La nouvelle matérialité de l’espace public : les dispositifs de la Net politique » dans Hermès, Année 2000, n°26-27, pp.201-211. Consultable en ligne sur:

http://documents.irevues.inist.fr/bitstream/handle/2042/14776/HERMES_2000_2627_201.pdf?sequence=1

˚ Géopolitique de l’information Economie Technologie stratégie, Diplomatie, avril-mai 2011, Arcio group Paris, 97p.

˚ Moyen–Orient Géopolitique, géoéconomie, Géostratégie et sociétés du monde arabo-musulman, avril-mai 2011, Arcio group Paris, 97p.

˚ Popular protest in North Africa and the Middle East (I) : Egypt Victorious ?, Middle East/North Africa Report , International Crisis Group N°101, 24 février 2011, 42p.

˚ E. Neveu, Les médias, acteurs des mobilisations sociales, communication à la Table Ronde «Mobilisations collectives, médias et gouvernance en Égypte », 2009, le Caire (IRD, Centre des études politiques et stratégiques d’Al Ahram, CEDEJ, Centre égyptodanois pour le dialogue).

˚ Les partis d’opposition égyptiens à l’épreuve de la réforme constitutionnelle in Benjamin Rey Florian Kohstall (dir.), L’Égypte dans l’année 2005, CEDEJ, Le Caire, 2006, mis en ligne le 4 octobre 2007.

Sources audiovisuelles

˚  « Réseaux sociaux : la politique à l’ère d’Internet », Radio-Canada, 30 octobre 2009. Consultable en ligne:sur  http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2009/10/22/011-Reseaux-Sociaux-Experts.shtml

˚ Democracy, Dissent, and Digital Media in the Arab World, conference ayant eu lieu le 01/03/2010 rassemblant Senator Richard Lugar (R-Ind.) and Representatives Adam Schiff (D-Calif.) and Michael Pence (R-Ind.), co-fondateurs du Congressional Caucus for the Freedom of the Press. Accessible en ligne sur http://cima.ned.org/events/upcoming-events/democracy-dissent-and-digital-media-arab-world

Sites & blogs spécialisés

˚ http://fr.globalvoicesonline.org/category/world/middle-east-north-africa/egypt/

˚ http://www.arabist.net/blog/author/arabist

˚ http://owni.fr/2010/09/27/hackthepress-a-la-cantine-le-28-septembre/

Presse généraliste

˚ The Awakening – A special briefing on the arab world after Mubarak, The Econominst, February 19th-25th 2011, pp.35-40.

˚ Egypte, Portrait d’un people en colère, in Courrier International, n°1057, 03-09/02/11, pp 10-17.

˚ Egypte, La nouvelle donne géopolitique, in Courrier International, n°1059, 17-23/02/11, pp 5-8.

˚ Georges Corm, Une region en Ebullition. L’Unité retrouvée des peoples arabes, in Le Monde Diplomatique, avril 2011, p.17

˚ Mohammed El Oifi, Al-Jazira, scène politique de substitution, in Le Monde Diplomatique, mai 2011, p.6.

˚ Mobilisations collectives, médias et… chute de Hosni Moubarak en Égypte Sciences au Sud - Le journal de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) - n° 58 - janvier/février/mars 2011

˚ Pierre Haski, Après la Tunisie : internet sert-il à faire la révolution ?, Rue 89, http:// www.rue89.com.

˚ Romain Caillet, Le champ salafi au prisme des révolutions égyptienne et tunisienne, 22/02/2011. Consultable sur  http:// ifpo.hypotheses.org

http://www.newsweek.com/2011/01/30/el-shaheed-the-mysterious-anonymous-behind-egypt-s-revolt.html,

 -------------------------------------------------------

[1][1] T. Stenger et A. Coutant, Ces réseaux numériques dits sociaux in Géopolitique de l’information Economie Technologie stratégie, Diplomatie, avril-mai 2011, Arcio group Paris, p.23.

[2] Lire notamment les intéressantes clarifications de définitions dans T. Stenger et A. Coutant,  Introduction  in Ces Réseaux numériques dits sociaux, Hermès, n°59, CNRS Editions, France, avril 2011, pp.9-17.

[3] Les observateurs avertis ne manquent pas non plus de souligner qu’il est vain d’espérer donner une définition claire et univoque à « l’internet égyptien » compte tenu de l’évanescence des frontières numériques par rapport aux frontières géographiques, politiques et linguistiques du pays.

[4] Comme le souligne Julien Piéret dans son cours de sociologie des Droits de l’homme, la mise en perspective de liens de causes à effets entre divers facteurs sociopolitiques n’est pas exempt de travers potentiels supplémentaires ; notamment celui consistant à établir imperceptiblement des liens  de causalités ex-post. Cf. J. Piéret, Sociologie des Droits de l’Homme, syllabus rédigé dans le cadre du Master Complémentaire en Droits de l’Homme – FUSL, Année académique 2010-2011, p. 83. La mise en garde d’Erik Neveu prend elle aussi tout son sens dans notre évocation : « L’analyse du rôle des médias sur et dans les mouvements sociaux est toujours grosse du risque de glisser du constat à la dénonciation du « pouvoir des médias » ou de la célébration de leurs vertus démocratiques. Sr ce terrain, faits et croyances se séparent malaisément. Le « pouvoir » réel des médias sur de nombreuses mobilisations est souvent difficile à mesurer objectivement ». Extrait de E. Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, Collection Repères, Editions La Découverte, paris, n°207, 4ème édition, 2009, p.104.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.