minor swing
.... exilé depuis août 2007 (& heureux de l'être)...
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 mars 2011

La guerre en Libye, vue de France. — Lettre ouverte à Edwy Plenel

 A propos de l'intervention occidentale dans les affaires libyennes, Edwy Plenel a publié hier un article ("parti pris") sur lequel je me dois d'exprimer des réserves très strictes. De nombreuses observations sont parfaitement justes, mais il me semble que la perspective d'ensemble est biaisée.Lettre ouverteà Edwy Plenel

minor swing
.... exilé depuis août 2007 (& heureux de l'être)...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A propos de l'intervention occidentale dans les affaires libyennes, Edwy Plenel a publié hier un article ("parti pris") sur lequel je me dois d'exprimer des réserves très strictes. De nombreuses observations sont parfaitement justes, mais il me semble que la perspective d'ensemble est biaisée.

Lettre ouverteà Edwy Plenel

Cher Edwy Plenel,

le "parti pris" que vous avez publié hier à propos de l'intervention occidentale dans les affaires libyennes me semble appeler un certain nombre de remarques dont je tiens à vous faire part.

1/ le volet français

L'intervention internationale en Libye a deux aspects qu'il convient de distinguer pour la clarté du débat. D'un côté, il y a dans chaque pays des considérations de politique intérieure, c'est une évidence. Et de ce point de vue, je partage les opinions que vous exprimez, cher Edwy Plenel. Il ne s'agit pas de permettre à Nicolas Sarkozy d'effacer ou d'oblitérer d'un seul coup l'ensemble des erreurs et errements de sa politique : comme vous, je tiens que la présidence de Sarkozy est une suite de régressions démocratiques qu'il convient de combattre.

Et je suis d'accord avec vous lorsque vous vous méfiez des simplifications d'une presse galvanisée par la vue de l'uniforme ou lorsque vous dénoncez les cocoricos louangeurs qui accompagnent l'action guerrière de notre actuel Napoléon le Petit. Mais vous oubliez quelques points de détail, ce me semble.

2/ le volet libyen

En effet, il y a surtout le volet proprement libyen de l'affaire. Et si notre vigilance démocratique nous fait à juste titre condamner les actions et gesticulations de Nicolas Sarkozy, comment ne pas condamner plus fermement encore un régime qui bafoue jusqu'aux règles les plus élémentaires de l'humanité, dans la guerre qu'il mène contre son peuple. Quand je vois la soldatesque du colonel K. bombarder l'hôpital de la ville de Misrata, quand je vois qu'il promet d'exterminer les Libyens qui se soulèvent, il me semble que nous devons jeter par-dessus bord toutes nos prudences cauteleuses: elles peuvent nous rendre complices du crime qui est en train d'être commis.

Et nous nous rangeons d'autant plus volontiers du côté des révolutionnaires libyens que nous avons suivi avec une sympathie fiévreuse les révolutions tunisiennes et égyptiennes.

De ce point de vue, vos développements concernant la révolution libyenne ne me convainquent pas. Certes, les opposants à Kadhafi sont inconnus, leurs intentions ne sont pas claires, et il y en a, parmi eux, qui n'ont pas une biographie impeccable. Mais c'est la règle dans ce genre de configurations. Nous souhaitons la liberté pour Gaza alors même que pouvons émettre des doutes sur la politique menée par le Hamas.

En Libye, la dynamique révolutionnaire et démocratique se situe du côté de Benghazi, et il convient de ne pas se tromper de combat.

Que personne n'intervienne à Bahrein, au Yemen, à Gaza, etc. est en effet scandaleux. Mais faut-il sous prétexte que nous laissons faire un certain nombre d'injustices et de massacres, ne pas approuver une action qui, pour une fois, cherche à empêcher la poursuite de massacres? Faut-il, parce que nous abandonnons Ramallah, abandonner aussi Misrata ou Benghazi ?

3/ Sortir de notre cécité franco-française
Sarkozy n'est pas le centre de l'univers, il n'est pas au centre de mon univers

Voilà donc le reproche que l'on peut faire à votre texte, cher Edwy Plenel: texte écrit depuis une perspective trop exclusivement franco-française. Vue de France, écrivez-vous, l'intervention libyenne apparaît commme une tactique de diversion sarkozyste, et comme un piège. Comment le nier, en effet? Je suis d'accord, vu de France. Mais vu d'ailleurs ? Vu de Benghazi, vu de Misrata, vu de Tripoli où les habitants se replient chez eux en effet, non pas à cause des frappes aériennes occidentales, mais à cause de la peur que leur inspirent les milices du despote, et ses mercennaires?

Mon regard sur le monde ne doit pas dépendre de celui de Nicolas Sarkozy. Si N. Sarkozy choisit une attitude, libre à moi au contraire de ne pas choisir nécessairement l' attitude inverse; je m'émancipe de Sarkozy en choisissant une perspective différente.

Bien cordialement à vous

bibliophylos

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik