Comment être un allié : une approche géométrique

Marre de vous faire engueuler par votre amie féministe qui voit du sexisme partout ? Vous trouvez les antiracistes aussi racistes que les racistes ? Vous voulez soutenir vos potes MOGAI (LGBT+) mais vous ne savez pas comment faire ? Embarquez avec moi sur l'île de Zlug, et devenez un.e super allié.e !

L’an dernier, j'ai eu envie de faire un voyage. Après quelques recherches, j’ai décidé de visiter l'île de Zlug : c’est une petite île, très particulière puisqu'elle est exclusivement habitée de triangles rectangles ou équilatéraux.

Tous les ans, les habitants de Zlug se retrouvent pour une photo collective Tous les ans, les habitants de Zlug se retrouvent pour une photo collective

En arrivant sur l'île, j'ai tout de suite remarqué deux choses :

  1. Les triangles équilatéraux étaient surreprésentés dans les secteurs clefs de la société et les postes de dirigeants.
  2. Le triangle modèle, dans l’imaginaire collectif, était équilatéral.

Très vite, j'ai sympathisé avec deux habitants de l'île : Ew3, qui est un triangle équilatéral, et Rq8, qui est un triangle rectangle (sur Zlug, tous les triangles équilatéraux ont un nom commençant par "E", alors que ceux des triangles rectangles commencent toujours par "R").

Mes potos Rq8 et Ew3 Mes potos Rq8 et Ew3

J'ai demandé à Rq8 pourquoi si peu de triangles rectangles occupaient des postes à responsabilité et il m'a expliqué que malheureusement, l'île de Zlug était en proie au formisme : il y a longtemps, les triangles équilatéraux avaient établi une domination sur les triangles rectangles et bien que les choses se soient améliorées depuis, il en restait des marques très fortes dans la société. "Le problème, m'a dit Rq8, c'est que tous les équilatéraux sont formistes par éducation, ayant grandi dans un état formiste".

Interloquée, j’ai interrogé Ew3 pour savoir s’il était formiste. Il m’a répondu avec agacement : "Bien sûr que non, moi aussi je suis contre le formisme ! C’est vrai qu’il y a encore des problèmes mais certains triangles rectangles refusent de voir les avancées et s’enferment dans un réflexe communautaire. Ce sont eux les vrais formistes !". Et son ami Ei7, qui était là, m’assura : "La plupart des gens se fichent bien de savoir si vous êtes équilatéral ou rectangle. Moi, je rêve d’un monde où on ne ferait même plus la différence ! Mais une minorité d’équilatéraux et de rectangles radicaux restent bloqués sur une vision antagoniste de la société et alimentent le formisme…".

J’étais bien embêtée, car je comprenais à la fois l’analyse de Rq8 et la réaction d’Ew3 et d’Ei7. Je voyais bien que ces derniers n’étaient pas des mauvais triangles, et qu’ils étaient blessés qu’on les accuse de formisme. En même temps, je trouvais normal que Rq8, qui subissait personnellement les conséquences du formisme sociétal de Zlug, ait une analyse plus tranchante de la situation…

J’essayai alors d’organiser une discussion entre mes amis Rq8 et Ew3, convaincue qu’ils finiraient par s’entendre car je savais qu’ils étaient tous les deux des triangles généreux et intelligents. Hélas, la discussion tourna très vite au vinaigre :

"Nous, les rectangles, subissons un formisme d’état oppressif qui imprègne très fortement toutes les sphères de la société et de la vie courante.

- Je trouve que tu exagères… C’est vrai qu’il y a des problèmes mais de là à parler d’oppression !

- Tu dis ça parce que tu es équilatéral, tu ne peux pas comprendre !

- C’est un peu facile, en plus, il y a aussi du formisme anti-équilatéral !

- Ça n’a rien à voir, commence pas avec le formisme anti-équilatéral ! Tu es complètement à côté de la plaque et ton discours alimente le formisme ambiant ! C’est toujours la même chose, j’en ai marre de cette discussion, je me casse !"

Rq8 claqua la porte et je me retrouvai seule avec un Ew3 exaspéré, m’expliquant que c’était toujours comme ça avec les militants anti-formistes et qu’il était impossible d’avoir un débat calme et rationnel avec eux.

C'est compliqué d'avoir un débat calme et rationnel avec Batman aussi, pourtant tout le monde le trouve cool. C'est compliqué d'avoir un débat calme et rationnel avec Batman aussi, pourtant tout le monde le trouve cool.

Un peu découragée, je partis me promener sur l’île. Au détour d’une colline, j’aperçus soudain un triangle équilatéral discuter tranquillement avec des triangles rectangles ! Je m’approchai et quelle ne fut pas ma surprise quand je réalisai que tous les triangles rectangles du groupe étaient des militants anti-formistes ! Mais comment pouvaient-ils parler tous ensemble comme si de rien n'était?

Je m’installai alors à l’ombre d’un arbre et sortis un livre en attendant que le groupe se sépare (c’était Quel est le titre de ce livre ? de R. Smullyan, je vous le recommande si vous aimez les énigmes). Quand le soir tomba, chacun rentra chez soi et j’interpelai le triangle équilatéral. Nous nous présentâmes (il s’appelait Ee4) et je lui demandai de me dévoiler son secret : comment un triangle équilatéral comme lui était-il parvenu à se faire accepter au sein d’un groupe de militants anti-formistes rectangles, et à leur parler sans s’attirer leurs foudres immédiates ?

Ee4 sourit et me répondit (ce sont ses termes exacts):

"En fait, c’est très facile : il me suffit de bien garder à l’esprit les choses suivantes. Mes amis Ra9, Rt6 et Rb1 sont victimes de formisme tous les jours. Moi non. En tant qu’équilatéral, je suis jugé sur ma compétence seule quand je m’exprime en public ou dans ma profession. Mes dirigeants et les figures médiatiques de Zlug sont pour la plupart des triangles équilatéraux comme moi. Par conséquent, je ne connais pas le formisme. Oh, quand j’étais au collège, un groupe de triangles rectangles s’en est pris à moi parce que j’étais équilatéral… C’était blessant et stigmatisant mais c’était ponctuel, donc très différent de la domination quotidienne et systémique que subissent les triangles rectangles dans notre société. Du coup, j’écoute leurs expériences et je les soutiens comme un ami plutôt que de vouloir à tout prix leur expliquer mon analyse du formisme."

J’étais très surprise : "Mais cela signifie-t-il que les triangles équilatéraux ne sont pas les bienvenus dans la lutte anti-formiste ? Je ne trouve pas très juste d’être interdit de parole sur cette question juste parce que vous êtes né équilatéral ! Après tout, vous ne demandez qu’à aider les triangles rectangles !

- Non, bien-sûr que les triangles équilatéraux sont les bienvenus. Il faut simplement faire attention à bien se souvenir que ce n’est pas notre lutte, que nous sommes ici en tant qu’alliés. Si vous voulez, c’est un peu comme si je vous invitais dans ma maison. Vous y seriez la bienvenue, puisque je vous y ai invité moi-même. Mais trouveriez-vous normal de décréter que la déco laisse à désirer et d'y remédier en installant un cactus au milieu du salon ? "

Je commençais à comprendre :

"Si vous me demandiez mon avis et que je n’aimais pas votre appartement, j’exposerais poliment mes désaccords… Mais au final, ce serait à vous de décider bien sûr.

- Exactement ! En général, quand les militants anti-formistes s’énervent, c’est parce qu’un invité à peine arrivé parle comme si il était chez lui, comme si il avait la même légitimité que les habitants de la maison pour décider de la marche à suivre.

Boromir n'est pas un nazi, il n'aime juste pas qu'on touche à sa déco. Boromir n'est pas un nazi, il n'aime juste pas qu'on touche à sa déco.

-Mais d’un autre côté, le but de l’anti-formisme n’est-il pas de créer une société égalitaire entre les triangles équilatéraux et rectangles ? Puisque l’objectif est "symétrique", pourquoi les triangles rectangles seraient-ils plus légitimes ?

-Parce que dans l’état actuel des choses, pour arriver à une société égalitaire, l’objet de la lutte est l’abolition des privilèges des équilatéraux. Si vous voulez, l’objectif est symétrique mais comme la discrimination s’opère dans un sens bien précis, la lutte suit forcément un asymétrisme opposé. Encore une fois, ça ne signifie pas qu’un triangle équilatéral ne peut en aucun cas exprimer une analyse sur le formisme, c’est d’ailleurs précisément ce que je suis en train de faire ! Mais si vous vous adressez à quelqu’un qui subit ce formisme, vous voyez bien qu’une certaine humilité s’impose : si votre analyse ne correspond pas à son vécu, qu’allez-vous remettre en question ? Si vous lui expliquez d’un ton doctoral que son ressenti est incorrect, si vous remettez en question la réalité de ce qu’il vit pour vous en tenir à votre opinion alors que vous ne vivez pas le formisme vous-même, vous conviendrez qu’il n’est pas étonnant qu’il s’énerve. En revanche, si vous cherchez à affiner votre analyse en lui demandant respectueusement de vous expliquer son ressenti sur les points qui vous posent problème, vous verrez que la discussion sera beaucoup plus épanouissante !

-D’accord. Donc si je vous suis bien, il suffit à un triangle équilatéral de formuler ses interrogations respectueusement sans s’approprier la lutte antiformiste pour être le bienvenu ? C’est tout ?

- Presque. Il faut aussi garder à l’esprit que le formisme n’est pas un concept abstrait et que votre interlocuteur en souffre quotidiennement. Par conséquent, des blagues que vous trouvez innocentes ou certaines questions posées de bonne foi peuvent être blessantes pour lui. Pour cette raison, c’est bien de commencer par discuter avec un triangle équilatéral allié comme moi. N’étant pas moi-même victime de formisme, je suis moins affecté par les formulations malencontreuses ou par les préjugés que tout le monde a au début. Du coup, c’est forcément plus facile de vous expliquer calmement en quoi c’est problématique. En plus, les triangles rectangles en ont parfois marre de répondre sans cesse aux mêmes questions : il ne faut pas partir du principe qu’ils ont forcément envie d’entamer une grande discussion sur le formisme avec vous à n’importe quel moment !"

Tout s’éclairait ! Je remerciai beaucoup Ee4 pour son explication et notai ses coordonnées pour les transmettre à mon ami Ew3. Malheureusement, mon voyage touchait à sa fin et je devais rentrer en France… Mais je suis restée en correspondance avec mes nouveaux copains, et je viens justement de recevoir une lettre d’Ew3 :

« Chère Camille,

Comment vas-tu ?

Ici, la société n’avance pas beaucoup mais de mon côté j’ai bien changé depuis ta visite. J’ai pas mal discuté avec Ee4 quand tu es partie. J’ai d’abord été moyennement convaincu par ses explications, mais j’ai décidé de faire un effort pour que la discussion avec les anti-formistes soit possible. Puisque je me sentais concerné, je me suis dit que ce serait un peu bête de rester bouder dans mon coin…

Au début, je n’osais presque pas parler, j’ai surtout posé des questions pour comprendre. Quand je n’étais vraiment pas d’accord avec certains anti-formistes radicaux, j’allais boire un verre avec Ee4 pour en discuter avec lui. Ça m’a rassuré de voir que des fois, il n’était pas d’accord non plus !

Avec le temps, je comprends de mieux en mieux les positions qui me semblaient extrémistes et irrationnelles autrefois. Je m’aperçois comme j’étais loin de saisir la réalité du formisme quotidien en découvrant avec effroi que des situations intolérables sont en fait si absolument banales que la plupart des triangles rectangles ne s’en offusquent même plus…et je m’en veux de ne le découvrir que maintenant. Quand je repense à mes grands discours pleins de certitudes, j’ai vraiment honte parfois mais des copains rectangles me disent que même eux ont tenu ce genre de propos, dans un passé très lointain !

Je crois que le truc, c’est d’arriver à bien faire la distinction entre responsabilité personnelle et culture collective. La culture collective est formiste, et nous l’avons tous plus ou moins intégrée. Ça n’a rien à voir avec le fait d’être un bon ou un mauvais triangle, mais cela signifie qu’une partie de soi –héritée de la culture collective- est formiste. Là où la responsabilité personnelle entre en jeu, c’est quand on est mis en face de ce formisme : vais-je accepter le travail d’introspection et de déconstruction qu'on me demande ? Ou vais-je refuser de décentrer la question de mon propre ressenti et d’imaginer que je puisse avoir des comportements formistes à mon insu ?

Ce qui relève de la responsabilité personnelle, ce qui fait que c’est si dur d’accepter les discours anti-formistes, je crois que c’est l’orgueil. Je n’ai jamais été « idéologiquement » formiste mais j’étais orgueilleux, et cet orgueil m’a empêché de voir que le formisme dépassait largement le cadre que je lui connaissais. Que moi aussi, j’avais des comportements et des préjugés formistes. Et de toute évidence j’en ai encore, même si je fais de mon mieux pour m’en débarrasser. Ee4 dit que c’est pareil pour lui, pareil pour tout le monde, et qu’il ne faut jamais croire qu’on a fini ce travail. Mais comme ils voient que je fais vraiment des efforts et que je suis sincèrement désolé quand je fais une remarque inappropriée, les triangles rectangles sont très compréhensifs. Même les radicaux !

Maintenant, je discute pas mal de formisme avec les autres triangles équilatéraux autour de moi. J’essaye d’avoir le même rôle qu’Ee4 a eu avec moi, d’être une sorte d’interprète entre deux mondes qui ont du mal à communiquer. Comme je pensais comme eux encore tout récemment, je suis super bien placé pour faire ça ! Et quand ça marche, quand je contribue à rendre Zlug un peu plus accueillante pour mes copains rectangles, tu n’imagines pas à quel point c’est gratifiant.

Est-ce qu’Ee4 t’a sorti la parabole de la maison quand tu l’as rencontré ? Moi maintenant, je vois plutôt l’anti-formisme comme une galère en pleine mer. Tous les triangles rectangles sont coincés dedans, alors que les équilatéraux sont déjà sur la rive.

Moi aussi j’ai envie que le navire atteigne la rive, alors je suis monté à bord. Et même si des fois j’ai l’impression qu’il n’emprunte pas le meilleur chemin, ce dont je suis sûr, c’est que je ne l’aiderai jamais en arrêtant de ramer.

À bientôt,

Ew3, triangle équilatéral anti-formiste »

 © William Turner © William Turner

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.