BONNEAU Alain
Je suis attentif à la défense de la dignité et de son expression, par la démocratie, le dialogue et la paix et tente de comprendre les ressorts profonds qui meuvent les événements.
Abonné·e de Mediapart

76 Billets

2 Éditions

Billet de blog 2 déc. 2019

Rendre hommage à la personne de Zineb Rédouane et réclamer vérité et justice

Je partage le questionnement et l'indignation d'un ami, Jean-Louis Brunati, et avec son accord, je me permets de relayer cette nécessité démocratique incontournable de justice et de vérité, tout autant que de (re)définition du rôle de l'État.

BONNEAU Alain
Je suis attentif à la défense de la dignité et de son expression, par la démocratie, le dialogue et la paix et tente de comprendre les ressorts profonds qui meuvent les événements.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je voudrais partager avec vous un questionnement concernant la mort de Zineb Rédouane , cette octogénaire marseillaise, victime d'un ou de plusieurs tirs lors du 3ème samedi de manifestation des GJ à Marseille le 2 décembre 2018.

Zineb Rédouane © https://i0.wp.com/lemediapresse.fr/wp-content/uploads/2019/07/zinebune.jpg

J'étais samedi avec Christiane et quelques centaines de manifestants à battre le pavé marseillais, accompagnés de casqués relativement discrets, pour rendre hommage à la personne de Zineb Rédouane et réclamer vérité et justice. Il appartient en effet à la justice, puisque l'examen de cette affaire a été dépaysé de Marseille à Lyon, de trancher la question de savoir si cette mort est due à un malheureux concours de circonstance, thèse officielle, ou s'il s'agit d' un crime; et si crime il y a, s'il a été commis volontairement ou non.

Une des conditions de base pour que la justice puisse opérer c'est que l'auteur du ou des tirs, soit au minimum entendu et interrogé, ce qui n'a pas encore pu se faire un an après les faits et qui est loin d'être probable vu l'omerta politique et médiatique sur l'affaire. Depuis le 2 décembre 2018 jusqu'à aujourd'hui c'est silence radio, la cause est entendue pour M. Castaner, Mme Belloubet et M. Tarabeux, procureur à Marseille, et tous les communicants aux ordres : Mme Rédouane serait morte de la rencontre fortuite et brutale avec une grenade tirée "en cloche" retombant selon sa trajectoire propre et les lois de la pesanteur, de sorte que, étant donné ses "antécédents médicaux lourds" le"choc opératoire" ( dixit le procureur) lui a été fatal, c'est bien malheureux !

Pour que vous en jugiez par vous-même voici quelques liens.

https://www.youtube.com/watch?v=GpLzWiT8brM

https://lemediapresse.fr/politique/exclusif-mort-de-zineb-redouane-lautopsie-algerienne-qui-contredit-les-autorites-francaises/

Un autre point plus général qui renvoie à notre actualité la plus ...actuelle : les retraites et la situation sociale. Le lien avec l'affaire Zineb Rédouane, est dans le rôle qu'on fait jouer à l’État, question fondamentale pour l'avenir du pays.
Ceux qui se sont bougés en 2010, en 2003 et plus loin encore pour certains en 1995, retrouveront dans l'actualité des grèves et mouvements à venir, des similitudes, des discours rebattus... une évidente continuité en somme , mais aussi du nouveau: ce nouveau consiste en un rapport complètement décomplexé avec l’État ( et donc avec le peuple). Autrement dit il s'agit au temps du macronisme de finir le boulot largement entamé par d'autres et de confisquer ouvertement et le plus complètement possible l’État au profit d'une petite élite surpuissante. Il s'agit de s'approprier l’État sans état d'âme.

Macron est certes l'aboutissement d'une politique anti-populaire de longue date, mais cette forme aboutie du néolibéralisme à la française qu'est le macronisme montre que désormais nous entrons dans autre chose. C'est la fameuse "rupture", la "Révolution" qu'il appelait de ses vœux dès 2016, à s'en étrangler de jouissance non contenue. Voilà sans doute le nouveau du macronisme : être sans vergogne et faire passer cela pour de la franchise. Il y a les "premiers de cordées" et puis il y a tous les autres.Macron n'a pas honte d'interpeler Untel en lui disant d'aller traverser la rue pour chercher du boulot; il n'a pas honte de traiter des ouvrières d'illettrées; il n'a pas honte de traiter de fainéants les Français et les Gilets Jaunes de Jojos, etc.etc.

Macron sera, pour l'histoire, ce personnage assez énigmatique et comme surgi du chapeau, qui aura réussi la fusion-acquisition de la très haute administration et de la très haute finance, et en même temps de la gauche bourgeoise et de la droite bourgeoise. Cela donne une indéniable force au macronisme / c'est cela son côté réel / dans la mesure où il a tué les contradictions au sein de la classe dirigeante. Cette force ne peut que se durcir et aller vers encore plus d'autoritarisme, la logique historique va dans ce sens. Quand le droit ne limite plus la force, c'est cette dernière qui fait la loi, cela ouvre la voie à de nouvelles formes de dictature, mais aussi à ce qui peut les arrêter.
Cela m'évoque un des fragments des Pensées de Blaise Pascal :

La justice sans la force est impuissante. La force sans la justice est tyrannique.” (c'est moi qui souligne)
La justice sans force est contredite parce qu’il y a toujours des méchants. La force sans la justice est accusée. Il faut donc mettre ensemble la justice et la force, et pour cela faire que ce qui est juste soit fort ou que ce qui est fort soit juste.
La justice est sujette à dispute. La force est très reconnaissable et sans dispute. Ainsi on n’a pu donner la force à la justice, parce que la force a contredit la justice, et a dit qu’elle était injuste, et a dit que c’était elle qui était juste.
Et ainsi ne pouvant faire que ce qui est juste fût fort, on a fait que ce qui est fort fût juste."

Une vidéo d'Henri Sterdinyak (des "économistes atterrés") démonte en quelques minutes le mensonge d’État concernant la S.S. et les Comptes des Finances Publiques.

https://www.youtube.com/watch?v=bn9fhHvpfEs

Jean Louis Brunati

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85