BONNEAU Alain
Je suis attentif à la défense de la dignité et de son expression, par la démocratie, le dialogue et la paix et tente de comprendre les ressorts profonds qui meuvent les événements.
Abonné·e de Mediapart

76 Billets

2 Éditions

Billet de blog 2 déc. 2019

BONNEAU Alain
Je suis attentif à la défense de la dignité et de son expression, par la démocratie, le dialogue et la paix et tente de comprendre les ressorts profonds qui meuvent les événements.
Abonné·e de Mediapart

Rendre hommage à la personne de Zineb Rédouane et réclamer vérité et justice

Je partage le questionnement et l'indignation d'un ami, Jean-Louis Brunati, et avec son accord, je me permets de relayer cette nécessité démocratique incontournable de justice et de vérité, tout autant que de (re)définition du rôle de l'État.

BONNEAU Alain
Je suis attentif à la défense de la dignité et de son expression, par la démocratie, le dialogue et la paix et tente de comprendre les ressorts profonds qui meuvent les événements.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je voudrais partager avec vous un questionnement concernant la mort de Zineb Rédouane , cette octogénaire marseillaise, victime d'un ou de plusieurs tirs lors du 3ème samedi de manifestation des GJ à Marseille le 2 décembre 2018.

Zineb Rédouane © https://i0.wp.com/lemediapresse.fr/wp-content/uploads/2019/07/zinebune.jpg

J'étais samedi avec Christiane et quelques centaines de manifestants à battre le pavé marseillais, accompagnés de casqués relativement discrets, pour rendre hommage à la personne de Zineb Rédouane et réclamer vérité et justice. Il appartient en effet à la justice, puisque l'examen de cette affaire a été dépaysé de Marseille à Lyon, de trancher la question de savoir si cette mort est due à un malheureux concours de circonstance, thèse officielle, ou s'il s'agit d' un crime; et si crime il y a, s'il a été commis volontairement ou non.

Une des conditions de base pour que la justice puisse opérer c'est que l'auteur du ou des tirs, soit au minimum entendu et interrogé, ce qui n'a pas encore pu se faire un an après les faits et qui est loin d'être probable vu l'omerta politique et médiatique sur l'affaire. Depuis le 2 décembre 2018 jusqu'à aujourd'hui c'est silence radio, la cause est entendue pour M. Castaner, Mme Belloubet et M. Tarabeux, procureur à Marseille, et tous les communicants aux ordres : Mme Rédouane serait morte de la rencontre fortuite et brutale avec une grenade tirée "en cloche" retombant selon sa trajectoire propre et les lois de la pesanteur, de sorte que, étant donné ses "antécédents médicaux lourds" le"choc opératoire" ( dixit le procureur) lui a été fatal, c'est bien malheureux !

Pour que vous en jugiez par vous-même voici quelques liens.

https://www.youtube.com/watch?v=GpLzWiT8brM

https://lemediapresse.fr/politique/exclusif-mort-de-zineb-redouane-lautopsie-algerienne-qui-contredit-les-autorites-francaises/

Un autre point plus général qui renvoie à notre actualité la plus ...actuelle : les retraites et la situation sociale. Le lien avec l'affaire Zineb Rédouane, est dans le rôle qu'on fait jouer à l’État, question fondamentale pour l'avenir du pays.
Ceux qui se sont bougés en 2010, en 2003 et plus loin encore pour certains en 1995, retrouveront dans l'actualité des grèves et mouvements à venir, des similitudes, des discours rebattus... une évidente continuité en somme , mais aussi du nouveau: ce nouveau consiste en un rapport complètement décomplexé avec l’État ( et donc avec le peuple). Autrement dit il s'agit au temps du macronisme de finir le boulot largement entamé par d'autres et de confisquer ouvertement et le plus complètement possible l’État au profit d'une petite élite surpuissante. Il s'agit de s'approprier l’État sans état d'âme.

Macron est certes l'aboutissement d'une politique anti-populaire de longue date, mais cette forme aboutie du néolibéralisme à la française qu'est le macronisme montre que désormais nous entrons dans autre chose. C'est la fameuse "rupture", la "Révolution" qu'il appelait de ses vœux dès 2016, à s'en étrangler de jouissance non contenue. Voilà sans doute le nouveau du macronisme : être sans vergogne et faire passer cela pour de la franchise. Il y a les "premiers de cordées" et puis il y a tous les autres.Macron n'a pas honte d'interpeler Untel en lui disant d'aller traverser la rue pour chercher du boulot; il n'a pas honte de traiter des ouvrières d'illettrées; il n'a pas honte de traiter de fainéants les Français et les Gilets Jaunes de Jojos, etc.etc.

Macron sera, pour l'histoire, ce personnage assez énigmatique et comme surgi du chapeau, qui aura réussi la fusion-acquisition de la très haute administration et de la très haute finance, et en même temps de la gauche bourgeoise et de la droite bourgeoise. Cela donne une indéniable force au macronisme / c'est cela son côté réel / dans la mesure où il a tué les contradictions au sein de la classe dirigeante. Cette force ne peut que se durcir et aller vers encore plus d'autoritarisme, la logique historique va dans ce sens. Quand le droit ne limite plus la force, c'est cette dernière qui fait la loi, cela ouvre la voie à de nouvelles formes de dictature, mais aussi à ce qui peut les arrêter.
Cela m'évoque un des fragments des Pensées de Blaise Pascal :

La justice sans la force est impuissante. La force sans la justice est tyrannique.” (c'est moi qui souligne)
La justice sans force est contredite parce qu’il y a toujours des méchants. La force sans la justice est accusée. Il faut donc mettre ensemble la justice et la force, et pour cela faire que ce qui est juste soit fort ou que ce qui est fort soit juste.
La justice est sujette à dispute. La force est très reconnaissable et sans dispute. Ainsi on n’a pu donner la force à la justice, parce que la force a contredit la justice, et a dit qu’elle était injuste, et a dit que c’était elle qui était juste.
Et ainsi ne pouvant faire que ce qui est juste fût fort, on a fait que ce qui est fort fût juste."

Une vidéo d'Henri Sterdinyak (des "économistes atterrés") démonte en quelques minutes le mensonge d’État concernant la S.S. et les Comptes des Finances Publiques.

https://www.youtube.com/watch?v=bn9fhHvpfEs

Jean Louis Brunati

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal — Terrorisme
Une section informatique aveugle à ses propres alertes
Dans les deux années précédant la tuerie à la préfecture de police, les alertes se sont multipliées au sein de la « S21 », la section où travaillait Mickaël Harpon. Sans jamais que cela ne porte à conséquence pour le futur terroriste.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica