«Vivant poème» de Râjel - Et puis

Je poursuis la publication de la poésie d'une amie, chère Sa plume de femme, musicienne, actrice, motsicienne. Elle porte la vie, au-delà des formes, des modes, des figures de l'être, vers le cœur et l'agir Elle porte, pétrit, dit la vie, Elle, Elles, … Poésie engagée, profonde, légitime, parole de colère, de “souffrance”, de soin, parole nécessaire

Et puis


Et puis ils sont venus avec leurs armées de Néron
Ils ont lâché leurs bêtes fauves

Une armée musclée aux méthodes Néron/Pinochet
Une armée en marche
Bien rangée
Tortue à la romaine
Boucliers
Fait claquer ses bottes
Équipée
Grenades au plâtre
Lacrymogène
Tasers et matraques
Bien rangés
Bien rangés
Soudain
Ils attaquent
Ils tirent
Sur nos ancien-es
Sur nos enfants
Sur leurs propres parents pacifistes ils tirent
Sur leurs parents venu-es pour dire
La colère
La détresse
L’étranglement
L’injustice

Réclamant
Dignité
Partage

Désignant
L’arrogance
Le mépris
La toute puissance de la présidence
Et de sa politique
Du parlement et de toutes ses chambres
De France

France
En sous France
France
En sous France

Et pourtant
Pour
Tant
Dans ces rangs
Ils sont
Parents
Enfants
Parents pour tant
Pour tous enfants

Et ils attaquent et ils tirent
Sur leur propres parents pacifistes ils tirent
France
En sous France
France
En sous France

Quand on étrangle un peuple
Quand on affame
Il se rebelle
Se révolte
À juste mesure et juste titre
Dès lors l’insurrection est de mise
Et elle dit

Nous ne sommes pas les abeilles
D’une ruche bien ordonnée
Qui engraissent sa reine mère

Nous ne sommes plus les abeilles
D’une ruche bien ordonnée
Qui engraissent la reine mère
Nous ne sommes plus ces abeilles

Plus des abeilles
Plus
Nous réorganisons la ruche
Plus des abeilles
Encore plus
Nous réorganisons la ruche

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.