"Vivant poème" de Râjel - Les enfants du naufrage flottent sur des mers carnassières

Je poursuis la publication de la poésie d'une amie, chère Sa plume de femme, musicienne, actrice, motsicienne. Plus qu'impliquée, elle pétrit l'émotion née de la conscience, la pensée humaine et inhumaine, le choc intense de la responsabilité d'être.

Les enfants du naufrage flottent sur des mers carnassières

La statue à la couronne d’épines règne toujours sur le monde

Sanglante

Elle brandit sa liberté

Et l’homme

L’homme au cœur percé

Jette à la face du monde sa haine et son venin

Commet le carnage

Défibrille ses troubles

Il appuie le doigt dessus

Y a t-il quelqu’un pour l’arrêter

Quelqu’une

 

                           Râjel

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.