"Vivant poème" de Râjel - Vent vit œdème

Râjel, amie chère, poète, actrice, motsicienne… sa plume de femme. Elle parle pour Elles, de la vie, de la mort, de l'humain, de l'inhumain … Pour que le droit à la vie s'ancre au très-fond de l'être, dignité inconditionnelle de la femme et de l'homme… Pour que la parole renouvelée ancre le lien, le soin à soi et à l'autre, par-delà la souffrance, voie de l'équilibre, de la paix.

Vent vit œdème

 

Il frappe

Frappe

Frappe

Elle hurle à la mort

Les oreilles tout alentour sont soudées

Rien ne bouge dans le décor

Non assistance à personne en danger

 

Et il frappe

Frappe

Frappe

Dans la cadence des coups

La violence du sort

Craque le corps

Tout alentour fenêtres fermées

Non assistance à personne en danger

Nul et nulle ne bronche

Les cœurs sont morts

Nul et nulle

 

Et il frappe

Frappe

Frappe

Il règle ses comptes

Les humiliations faites à son enfance

Fruit de sa vengeance

Il mortifie l’épouse

La mère

La femme

Prise en otage

Sans force

Ni répondant

Ni force

Il mortifie

 

Et il frappe

Frappe

Frappe

De tout son saoul

De tous ses bras

Toute la chair

Toute la peau

Il frappe

Frappe

Frappe

 

Peu à peu

Il éteint son souffle

Il éteint sa vie d’elle

 

Qui craque

Craque

Craque

Dans tous ses os

Toute sa chair

La demie morte

Plus de couleur de peau

La demie-morte sur le carreau

Déconnectée

Ella

Déconnectée de sa chair

De ses os

De sa peau pas chère

L’a laissée pour morte

 

Un instant il a cessé de s’acharner sur la masse inerte

Il a stoppé l’implacable inéluctable issue fatale

 

Dans sa chair

Dans ses os Ella ne ressent plus rien

Et durant ce court instant elle reconnecte avec la vie

Ella reprend ses esprits

Alors

Vite

Vite

Il faut faire vite

 

Elle rampe

Rampe

Rampe vers la terrasse

Elle cherche de l’air

Ella cherche son souffle

Son libre

 

Aussi vive qu’elle le peut

Ella se hisse sur la balustrade

Arraché de l’effort

Son cri

Le poing dressé il se précipite

 

Ella se penche

Penche

Se précipice dans le vide

Ella sang jette

 

Vole

Vole

Ella s’envole

Vole

Sereine

Elle n’a plus de peur

Plus de mal

Plus de cris

Elle ne ressent plus rien

 

Ella vole

S’envole

Ella vole en éclats par la fenêtre

 

Elle s’est brisée sur le pavé

La rouée déjà à demie morte

Brisée sur le pavé

Non assistance à personne en danger

Toute la chair

Tous les os en mille morceaux

Ella

Dans toute sa chair

Tous ses os brisés

Elle a

 

De ce qu’il reste d’elle on a tout brûlé

De ceux qui restent

 

Vole

Vole

Frangine d’épaules

Vole

Vole

Que ton esprit s’envole

 

O combien

Combien de femmes encore

Combien

Combien de vies

Sang

Violé

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.