"Vivant poème" de Râjel - Elle vit sur le trottoir du parking des Carmes...

Râjel, amie chère, musicienne, actrice, motsicienne… sa plume de femme. Elle parle la vie, la mort, être, ne pas être, les profondeurs, les abîmes. Elle les lie … Elle incarne Elles, âmes, corps, lumières, ombres…

Elle vit sur le trottoir du parking des Carmes...

 

Les Filles de l’ombre sont convalescentes

Elles rangent leurs mystères dans des coins sans lumière

Elles neige éternelle sur le macadam ou le bitume

Elles filent des étoiles dans les couloirs du temps

Elles tracent en douce sur leurs peaux de mousse

Des souvenirs à l’encre

Couturent leur skin

En moleskine et poils de chien

Elles signent et dansent

Tatoo

Les filles de l’ambre

Se déplacent en petite meute

Se dispersent et se dissipent

Sur les parois des murs qu’elles rasent

Où se dessinent leurs silhouettes

Angles et figures géométriques

Quand passent au creux de l’échine

Des transmetteurs venus des abîmes

Des origines profondeurs

Les filles des ombres chinent

Dorment sous des lampes

Incarnent l’impossible indéfinissable

Rotules et chevilles en mains

Elles sont

Cécile

Sur le ciment du parking des Carmes

Celle cil qui lit

Jour et nuit elle lit

Aile

Cécile

Qui mange

Qui dort

Qui boit

Qui pleure

Qui rit

Lit

Et lie sa vie

Sur le trottoir lisse ombré de chine

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.