PÉTITION pour PROTÉGER le fondateur de Wikileaks Julian ASSANGE

Julian Assange est en danger : Merci de votre soutien à ce lanceur d’alerte, fondateur en 2006 du désormais célèbre (mais très décrié par les États) Wikileaks, outil internet d’une nouvelle génération technologique qui met en œuvre l’opposition à un modèle de concentration des pouvoirs et défend par son architecture numérique la démocratisation de l’information.

Je décide de relayer cette pétition qui, si elle prend de l’ampleur, pourrait sauver Julian Assange d’un emprisonnement à vie voire d’un assassinat.

Cf. à ce propos l’article du Monde daté d’il y a deux mois à peine :

https://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/11/28/a-londres-l-etau-se-resserre-sur-julian-assange_5390030_4408996.html

et, pour mémoire l’assassinat de Daphné Caruana Galizia, journaliste d'investigation des Panama Papers, à Malte (Europe) le 20 octobre 2017

https://www.mediapart.fr/journal/international/201017/lassassinat-de-caruana-galizia-ou-la-face-sombre-de-malte

et les morts répétées de proches défenseurs de Julian Assange (§ Wikileaks compromis liens 59 à 64 : https://fr.wikipedia.org/wiki/Julian_Assange#cite_ref-59 )

 

Plusieurs sources confirment la dangerosité extrême de sa situation, après que ces presque sept années se soient écoulées, pendant lesquelles il a été enfermé physiquement et isolé dans l’ambassade d’Équateur à Londres où il a commencé à contracter des problèmes de santé.

Reprenons notamment celle-ci – l'Observatoire du Journalisme – où sa mère appelait au secours il y a deux mois, partageant son inquiétude extrême :

« J’en appelle à tous les journalistes pour qu’ils se dressent, parce qu’il est votre collègue - et parce que vous serez les prochains.

J’en appelle à tous les politiciens qui disent qu’ils sont entrés au Parlement pour servir le peuple, pour qu’ils se dressent maintenant.

J’en appelle à tous les activistes qui soutiennent les droits de l’homme, les réfugiés, l’environnement, et qui sont contre la guerre, à se dresser maintenant parce que WikiLeaks a servi les causes que vous défendez, et Julian souffre maintenant pour cela, à vos côtés.

J’en appelle à tous les citoyens attachés à la liberté, à la démocratie et à la justice, à mettre de côté leurs divergences politiques et à s’unir et à se mobiliser maintenant. »

https://www.ojim.fr/appel-au-secours-de-la-mere-de-julian-assange/

* - * - *

Petit rappel des oppositions étatiques à son combat en nom propre… :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Julian_Assange

Éléments de contexte :

« La détention de M. Assange ainsi que la menace de quelques dizaines d’années de prison dans un pénitencier américain

(en 2010, M. Trump avait souhaité qu’il soit exécuté) doivent tout au site d’information qu’il a fondé. »

extrait 1 :

« Selon d'autres documents publiés en 2014 par Edward Snowden, le gouvernement des États-Unis a inscrit Assange sur sa liste des personnes les plus recherchées (2010 Manhunting Timeline) et a demandé à ses alliés d'ouvrir des enquêtes pénales contre lui.

Ces mêmes documents incluent une proposition de la NSA de traiter WikiLeaks comme un "acteur étranger malveillant". »

extrait 2 :

La position de la France a été le rejet de toute protection du lanceur d'alerte :

« Le 3 juillet 2015, à la suite de déclarations de la ministre de la justice Christiane Taubira se disant favorable à son accueil en France, Julian Assange adresse une « lettre au peuple français » publiée par Le Monde, révélant notamment avoir créé Wikileaks à Paris et être père d'un enfant français, et demandant au président de la République de lui « offrir la protection nécessaire ».

L’Élysée […] la rejette 45 minutes après sa publication par voie de communiqué, invoquant « l'absence d'urgence » de la situation et l'existence d'un mandat d'arrêt européen.

La décision est largement critiquée par la société civile et la classe politique française

extrait 3 :

« Après un an et demi d’enquête, l'avis rendu par le Groupe de travail sur la détention arbitraire de l'ONU conclut le 5 février 2016

que Julian Assange est victime d’une détention arbitraire, qu’il doit en conséquence retrouver immédiatement sa liberté de mouvement et recevoir des compensations »

 

«  Le Groupe de Travail a en outre établi que cette détention viole deux articles de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, et six articles de la Convention Internationale sur les Droits Civiques et Politiques. » article publié sous la plume du professeur Andenæs, qui a notamment été Président de l’Association des Instituts de Défense des Droits de l’Homme, Rédacteur-en-Chef du Trimestriel de Droit International et Comparatif (Cambridge University Press), Rédacteur-en-Chef de la Revue de Droit des Affaires Européen (Kluwer Law International) et présent dans les conseils de rédaction de dix autres journaux et séries de livres.

http://www.cercledesvolontaires.fr/2016/03/17/mads-andenaes-du-groupe-de-travail-de-lonu-sur-la-detention-arbitraire-explique-le-cas-assange/

 

* - * - *

 

Sa contribution à la justice et à l'information légitime, démocratique mondiale :

WikiLeaks est à l’origine des principales révélations qui ont indisposé les puissants de ce monde depuis une dizaine d’années :

• images des crimes de guerre américains en Afghanistan et en Irak,

• espionnage industriel des États-Unis,

• comptes secrets aux îles Caïmans.

 

• La dictature du président tunisien Zine El-Abidine Ben Ali fut ébranlée par la divulgation d’une communication secrète du département d’État américain qualifiant cette kleptocratie amie de Washington de « régime sclérosé » et de « quasi-mafia ».

C’est également WikiLeaks qui révéla que

• « deux dirigeants socialistes français, MM. François Hollande et Pierre Moscovici, s’étaient rendus, le 8 juin 2006, à l’ambassade des États-Unis à Paris pour y regretter la vigueur de l’opposition du président Jacques Chirac à l’invasion de l’Irak. »

https://www.monde-diplomatique.fr/2018/12/HALIMI/59366

 

Ajoutons – et il n’est pas des moindres – ce dernier argument :

• « “Marble” est un système utilisé par la CIA pour modifier le code source de ses virus informatiques afin de dissimuler leur origine, voire de les attribuer à un tiers.

WikiLeaks a publié, vendredi 30 mars [2017], le code source du « système Marble », ce qui pourrait permettre de démasquer des attaques qu’aurait menées l’agence américaine. »

https://www.mediapart.fr/journal/international/310317/wikileaks-publie-l-outil-permettant-la-cia-de-dissimuler-ses-attaques

 

* - * - *

L'urgence de la situation peut se décrire en deux paragraphes :

« Lawyers for the Australian activist have filed an urgent application to the Washington-based Inter-American Commission of Human Rights (IACHR) aimed at forcing the hand of US prosecutors, requiring them to “unseal” any secret charges against him. […] and urges Ecuador to cease its “espionage activities” against him. »

soit : « Les avocats du militant australien ont déposé une requête urgente devant la Commission Interaméricaine des Droits de l'Homme de Washington (CIDH) visant à obliger les procureurs américains à “desceller” toute accusation secrètement formée contre lui. […] et demandent instamment à l'Équateur de cesser ses “activités d'espionnage”  à son encontre »

 

« Baltasar Garzón, the prominent Spanish judge who has pursued dictators, terrorists and drug barons, is the international coordinator of Assange’s legal team. He has said the case involves “the right to access and impart information freely” that has been put in “jeopardy”.

The Trump administration is refusing to reveal details of charges against Assange despite the fact that sources in the US Department of Justice have confirmed to the media that they exist under seal. »

soit : « Baltasar Garzón, l'éminent juge espagnol qui a poursuivi des dictateurs, des terroristes et des caïds de la drogue, est le coordinateur international du cabinet juridique défendant Julian Assange. Il a dit que l'affaire doit pouvoir s'appuyer sur “le droit d'accéder à l'information et de la diffuser librement”, condition qui a été mise en “péril”.

L'administration Trump a refusé de révéler les détails de chefs d'accusation contre Assange, malgré le fait que les sources du Ministère américain de la Justice ont confirmé à la presse qu'ils existent sous scellés. »

https://www.theguardian.com/media/2019/jan/23/julian-assange-launches-legal-challenge-against-trump-administration-extradition

 

* - * - *

Soutenons donc les avancées démocratiques qu'Assange a initiées, en exigeant la protection contre toute mise en danger de sa personne.

Pour empêcher l'extradition d'Assange vers les États-Unis, veuillez signer ici :

https://internal.diem25.org/fr/petitions/1?display=petition

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.