De la vocation en novlangue

L'indifférence à la souffrance, cette forme de violence, passe par les mots en la banalisant et se dilue dans la société. Concevoir une “vocation à rester en France” pour mieux exclure par la négative ceux qui en seraient dépourvus émane d'une stratégie linguistique pernicieuse du ministre de l'intérieur(1).

D'abord une vocation, ça se travaille: le petit Wolfgang ne s'est pas construit tout seul ni les Spassky, Zidane et autres Noureev. Einstein quant à lui, recalé aux examens et voué aux gémonies par ses professeurs aurait été inspiré par une force supérieure? Sa curiosité nourrie par son intelligence exceptionnelle l'a guidé vers la relativité, la vocation de génie n'existe pas, le génie est un aboutissement personnel.

 Ces exemples me direz-vous alimentent l'idée de l'assimilation á la culture française qu'il convient d'imposer pour toute naturalisation ou autorisation de séjour: imprégnation républicaine obligatoire avec acculturation à la clef et on éliminerait ainsi d'indésirables imams radicaux et autres racisé.e.s. Et comme l'institution scolaire qui sépare le grain de l'ivraie, il reviendrait aux fonctionnaires spécialement formés de sélectionner les vrais réfugiés et les immigrés méritants “ayant vocation de rester”. Or appliquer la notion de vocation en relation avec des décisions administratives ou de justice constitue un glissement sémantique pervers: on la détourne d'un accomplissement personnel dans l'action pour la faire entrer dans le champ de l'arbitraire et du calcul, son exact contraire. Car la demande de résidence repose sur une stratégie et son obtention d'un pouce levé entre deux baissés.

 Ensuite une vocation suggère une passion que l'on veut faire aboutir. De nombreux francophiles, c'est vrai, aiment la France au point de vouloir y aller vivre mais cette “vocation” intime ne peut devenir un critère extérieur: il y a un renversement d'optique à prétendre déterminer qui est habité par cette passion: l'Etat non plus raciste mais démiurge avec la république pour religion. Cette prétendue vocation reposerait sur des critères tels que le degré de répression dans le pays d'origine, les qualifications professionnelles, la connaissance du français, les liens familiaux ou affectifs en France et, subjectivement, l'appropriation des valeurs occidentales. Depuis quand une vocation est-elle issue d'un cocktail de facteurs relevant du social et de la soumission ? La vocation est d'ordre divin pour les croyants (“appel de dieu touchant une personne ou un peuple”in Le Robert) ou bien relève de la destinée pour les autres.

 Maintenant si une région “a vocation à accueillir les industries du futur” selon le jargon officiel, un être de chair et de sang n'a pas vocation à rester où que ce soit et encore moins à être jeté dans un avion s'il en est prétendument dépourvu.

 

(1) les propos du ministre de l'intérieur au sujet de l'enfermement de mineurs avec leurs parents furent les suivants: 

"chacun sait que nous ne pouvons pas séparer l’enfant des parents et que nous ne pouvons accepter qu’au motif qu’il y aurait un enfant, que ceux qui sont en situation irrégulière en France et qui n’ont pas vocation à rester en France soient exclus de ces dispositifs"

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.