Boris Faure
Français de l'étranger depuis 2002
Abonné·e de Mediapart

122 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 avr. 2021

UNEF : ils ont dilapidé l’héritage !

Qu’est devenue l’organisation dans laquelle j’ai milité il y a 30 ans ? Nous étions laïques, anti-racistes mais surtout engagés dans des combats sociaux concrets... la direction actuelle de l’UNEF fait fausse route et dilapide l’héritage d’un siècle de luttes.

Boris Faure
Français de l'étranger depuis 2002
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« UNEF... ils ont dilapidé l’héritage ! »

Racialiste, promoteur du port du voile... avant-garde communautariste française selon le New-York Times ? C’est ça l’UNEF ? Ah bon. 

L’UNEF est tombée bien bas alors. Cela va faire ancien-combattant mais l’antiracisme que nous portions dans les années 90 en PACA face à l’extrême droite logée dans les facs d’Aix-en Provence, était universaliste, prônait le métissage et pas le repli pigmentocratique.

Je me rappelle avoir été élu au CA de l’université Aix-Marseille 3, en 1993, sur la lutte contre le monopole des corpos dans la vente des polycopiés des cours ! Et pour une meilleure prise en compte de la situation des étudiants étrangers à la fac... on était loin des cultural studies, loin du gender, cela ne nous avait pas empêché d’avoir une élue  femme responsable de notre groupe. 

Si l’UNEF est tombée si bas c’est parce qu’elle a perdu le sens des combats concrets, ordinaires, pour l’amélioration de la situation sociale des étudiants. Se battre pour l’émancipation des femmes ce n’est pas se vocaliser sur le sujet du bout de fichu que certaines ont choisi (ou pas) de porter sur la tête ! 

Se battre pour l’amélioration de la composition des repas dans les Resto-U compte plus que de réécrire l’histoire coloniale française ab-nauseam ! N’est pas Franz Fanon qui veut....

L’UNEF ne doit pas être dissoute et ne le sera d’ailleurs pas. « L’amendement UNEF » était un tir de semonce un peu demago. L’UNEF doit se ressaisir surtout. Depuis la réunification en 2001 des deux UNEF (la tendance réformiste avec la tendance constestataire la tendance pro-socialo avec la tendance pro-Coco) c’est une frange radicale qui a pris la tête de ce qui reste d’une organisation battue dans les urnes par la FAGE et son modèle pragmatique et décentralisé. Ce dont souffre l’UNEF c’est surtout de sa marginalisation, de son décrochage progressif avec le cœur du monde étudiant qui souffre de la crise épidémique et se balance un peu de l’idéologie...

La tendance démocratique, universaliste et laïque, celle qui s’attelle à des combats sociaux concrets, doit se faire entendre davantage ! Et renverser la direction de Khmers rouges qui mène cette organisation à sa ruine politique. 

L’UNEF c’est un siecle d’histoire et l’inscription dans des combats historiques capitaux. C’est une organisation qui a sauvé l’honneur de la jeunesse pendant la Guerre d’Algerie prouvant par là que l’on peut avoir 20 ans et y voir clair sur le sens de l’Histoire.

Aujourd’hui si l’anti-racisme est une nécessité, il doit se mêler de combat social. On est étudiant pauvre avant que d’être étudiant noir, asiatique arabe....la France est une République qui ne connaît pas les races ce qui ne signifie pas qu’elle ne doit pas vaincre les discriminations.

J’ai envie d’être fier des étudiants qui s’engagent à l’UNEF et ne pas me dire qu’ils ont dilapidé l
Héritage !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine