Le décolleté face aux nouvelles pudibonderies

Une femme désireuse de visiter le musée d’Orsay a dû couvrir son décolleté sous la pression des agents de sécurité à l’entrée qui ont invoqué « la décence »... Incident isolé ou signe du temps ?

782c0264-3ba0-4994-a12c-4a48981f5e40
« le decolleté face aux nouvelles pudibonderies » (la photo de la visiteuse du musée d’Orsay obligée de se couvrir)

La réappropriation de leurs corps par les femmes a été à la base des combats féministes. Une sexualité, une manière de se vêtir, de concevoir la maternité (ou pas), d’interrompre une grossesse, qui ne soient pas soumises à la loi des hommes.

Et je trouve cela très bien. Ce combat féministe est le mien. Sans aucune réserve.

Il est donc choquant qu’une femme qui a décidé de porter un décolleté soit obligée de le dissimuler pour rentrer dans un des plus grands musées d’art moderne du monde. À Orsay. C’est non seulement humiliant mais c’est aussi anti féministe et tout simplement illégal.

On peut se dire que tout cela est anecdotique. Ou pas. Fait isolé ? Je ne pense pas. 

Il y a des tendances à l’œuvre dans notre société qui remettent la pudibonderie au centre du jeu. Qui donnent autorité à des nouveaux maîtres censeurs.

Et sans que ce soit un hasard ce sont les femmes qui sont dans le viseur. Punies d’être femmes tout simplement.

Attention danger.

Derrière la liberté des femmes en danger et leur droit à l’émancipation il y a notre liberté à tous. Celle d’être des êtres émancipés de toutes les lois morales ou moralistes qui ne sont pas choisies.

Les religions entretiennent souvent un rapport ambigüe quand il est pas punitif  aux  femmes et à leurs représentations canoniques. On échappe rarement à la dualité « pute ou madone » dans les religions monotheistes, entre Marie la sainte  et Marie-Madeleine la dévoyée. Quant à l’islam, difficile de voir le port du voile comme un signe de libération quant il est justifié comme une barrière nécessaire pour ne pas exciter  le désir des hommes. 

La nouvelle injonction morale est donc « cachez ce sein que je ne saurais voir ». Ou Cachez ce corps qui me dérange. 

le corps féminin n’a pas à être statufié. Le décolleté nouveau combat pour la liberté ? 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.