Boris Faure
Français de l'étranger depuis 2002
Abonné·e de Mediapart

122 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 avr. 2021

Le procès du député au casque : Enfin une date !

Le 14 octobre à 13H30 Mjid El Guerrab devra répondre devant la justice de l'accusation de violence aggravée avec arme par destination. Il m'avait asséné deux violents coups de casque, envoyé dans le coma puis diffamé dans la presse. Presque 4 ans après les faits qui se sont déroulés le 30 Août 2017 l'agresseur....poursuit sa vie de parlementaire en toute quiétude.

Boris Faure
Français de l'étranger depuis 2002
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Le procès des coups de casque, enfin une date ! »

Je viens d'apprendre de mon avocat la convocation en correctionnelle de mon agresseur M'jid El Guerrab, alors députe En Marche au moment des faits le 30 Août 2017.

Le procès est convoqué le 14 octobre 2021 à 13h30.

S'il n'y a pas de report il aura donc fallu 4 années pour juger de faits de quasi flagrant délit commis devant au moins trois témoins concordants. La police était arrivée sur les lieux de l’agression (rue Broca à Paris) après une à deux minutes seulement.

Le député est convoqué pour violence aggravée avec arme par destination qui a entraîné mon coma, une opération en urgence pour un hématome sous dural (hémorragie cérébrale) et plus de deux mois d'arrêt de travail. J’aurais pu mourir. Ce n’est pas passé loin. Merci le service hospitalier français.

Ce jour-là le député m'a porté deux violents coups de casque à la tête dont le deuxième alors que j'étais accroupi au sol. Je venais pourtant en paix pour le féliciter de son élection aux législatives. Notre rencontre était fortuite. Je sortais d’un rendez-vous dans une rue voisine.

Je suis tombé dans le coma quelques minutes après les coups. J’ai perdu connaissance dans le camion de pompier qui m’emmenait aux urgences de Cochin.

Alors qu’il avait vu mon évacuation par les secours et qu’il ne pouvait ignorer les dégâts provoqués par deux coups de casque assénés par un homme de plus d’un mètre 80, sportif, et ayant armé son premier coup, Le député est parti porter plainte contre moi !

Puis m'a ensuite diffamé publiquement en prétendant, alors que j'étais entre la vie et la mort à l'hôpital et sans possibilité de réplique, que j'avais profèré une insulte raciste à son endroit. Le journal Le Point a été à l’origine de la publication de cette information scandaleuse reprise sur Facebook et dans Paris Match.

L’agresseur est depuis revenu sur ses déclarations devant la juge d’instruction. Lui ne parle plus de racisme. J’allais dire évidemment....

Mais il maintient de façon mensongère que l’agression faisait suite à une rixe.

Ce jour là je n’ai commis aucun geste de violence ni proferé aucune insulte. Je mesure 1m68. Je ne me suis jamais battu de ma vie. Je n’avais pas l’intention de commencer ce jour-là.

Mjid El Guerrab est toujours député et poursuit sa vie parlementaire sans encombre. Il a changé à plusieurs reprises de groupe parlementaire. Il se voit confier rapports et études. Il prend la parole dans l’hémicycle. Il a même ete entendu dans une commission parlementaire destinée à lutter contre les violences...

Il me revient qu’il serait déjà en pré-campagne sur sa circonscription des Français d’Afrique du Nord et de l’Ouest.

Bien sûr il est logique de convoquer la présomption d’innocence. Mais quelle est sa valeur réelle dans le cas d’un quasi flagrant délit et quand le député reconnaît les faits de violence ?

Je garde des séquelles de l'agression.

Je réclame logiquement justice. Je n’ai aucun ressentiment. Je n’ai aucun désir de vengeance. J’ai juste un besoin de justice et de réparation. Pour moi et aussi ma famille qui a subi l’effroi de savoir ma vie en danger puis la douleur de voir mon nom diffamé.

Je remercie tous ceux qui me soutiennent depuis bientôt quatre ans.

Je remercie mes avocats Patrick Klugman et Ivan Terrel. Ils seront de précieux soutiens judiciaires lors du procès.

Il convient aussi de se pencher sur les faits de violence en politique et la manière de les sanctionner rapidement. Les citoyens ne comprennent pas que l’agresseur soit encore député.

Boris Faure

conseiller des Français de l'Etranger

Ma cicatrice en septembre 2017. Suite à mon opération pour un hématome sous-dural © Boris Faure

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON