Boris Faure
Français de l'étranger depuis 2002
Abonné·e de Mediapart

126 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 juin 2021

Boris Faure
Français de l'étranger depuis 2002
Abonné·e de Mediapart

Ségolène Royal : une interpellation de fond

Ségolène Royal s’est exprimée sur le fond dans lepetitjournal.com et cherche à justifier sa candidature de sénatrice des Français de l’étranger. J’explique en quoi cette candidature n’est pas réellement crédible sur le fond.

Boris Faure
Français de l'étranger depuis 2002
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bonjour à toutes et tous,

Le sénat est appelé la chambre de sagesse. C’est dire si le rôle d’un sénateur ou d’une sénatrice est d’enrichir le processus législatif et de porter sur le fond des réflexions profondes sur les sujets qui nous occupent à l’étranger.

Je ne dirais rien de Ségolène Royal en tant que personne. Pour une évidente question de respect.

Mais, en tant que candidat au Conseil d’Administration de notre association je veux m’exprimer sur les sujets éducatifs et culturels, sur ceux relatifs à la francophonie et réagir aux propos de Ségolène Royal dans l’article ci joint :

Il n’est tout d’abord pas exact que 40 pour-cent des établissements du réseau AEFE sont fermés. Nous étions à environ 1/3 d’établissements fermés il y a deux mois lors du dernier CA de l’agence. Nous devons être à 10 ou 15 pour-cent a l’heure actuelle.
Surtout dans les pays comme l’Inde, Madagascar qui connaissent une variante dangereuse du virus. Il y a un conseil d’administration de l’AEFE demain. J’y siège à titre syndical. Je pourrais donner le chiffre précis à ceux que cela intéresse. 

Ségolène pose aussi la question du rattrapage des cours :

En réalité grâce à l’enseignement distanciel les cours ont été assurés cette année sauf pour les classes de maternelles.

On peut certes discuter de la qualité des cours mais il ne faut pas laisser penser qu’il s’agit d’une année blanche ou d’une année lacunaire.

Il faut sûrement être attentif aux élèves en difficulté et prévoir, quand c’est possible, des cours de soutien. Mais Ségolène parle d’élèves qui ont eu 18 mois sans cours. C’est mensonger. Il y a eu un suivi éducatif et pédagogique dans le réseau AEFE. Et c’est bien la moindre des choses quand les parents payent ! 

Ségolène parle aussi des moyens du réseau culturel. Et avance la volonté de les rehausser. Précisément « de les remettre à niveau ». Elle indique que les anglo-saxons ont multiplié leurs moyens par 4. C’est un chiffre étonnant. Il n’est d’ailleurs pas précisé de quels moyens on parle. L’USAID ou les moyens des lycées américains n’ont pas augmenté dans cette proportion. Tout le monde se doute bien que Trump qui était isolationniste n’a pas augmenté ce genre d’enveloppes dévolues au soutien culturel ou éducatif à l’étranger ! Et que Biden, s’il fait du bon travail n’a pas non plus eu le temps et la volonté de multiplier par quatre ces moyens. 

Les moyens de nos alliances et de nos instituts mériteraient d’être augmentés. C’est vrai. Généralement quand les sénateurs font un amendement budgétaire la LOLF oblige à proposer une baisse en regard. Pour ne pas créer de dépenses nouvelles sans financement en regard ou sans économie. C’est notre loi fondamentale qui veut cela. 

J’ai travaillé 14 ans dans le réseau culturel, la marge de manœuvre pour des augmentations de moyens est généralement de 5 pour-cent de l’enveloppe existante ce qui est déjà considéré comme un effort significatif. Je ne me rappelle pas d’augmentation sur les programmes 185 et 209 qui n’aient été de plus de quelques millions. Tout gouvernement de gauche et de droite confondus ! 

Imaginer qu’un sénateur à le pouvoir de multiplier les moyens de ce réseau par un coup de baguette magique me semble fantaisiste. Ou alors c’est pour le portefeuille de ministre des finances que Mme Royal doit postuler !

Sur la Francophonie, j’aimerais comme Ségolène que ce champ d’action redevienne prioritaire . Mais c’est oublier que le budget de l’OIF dont nous sommes le second contributeur obère déjà nos moyens budgétaires. C’est un choix : pour agir sur le Français la France agit via un organisme multilatéral. 

Alors toute relance ou changement nécessite de savoir que faire avec l’OIF... rien n’est précisé dans l’interview...

Ségolène Royal cite aussi le sénateur Guy Penne en exemple. C’était un homme de grande valeur...je le crois aussi.  Et aussi un spécialiste de la France Afrique. Qui devint un Focard de gauche en version plus policée et moins sanguinaire, certes. Le monsieur Afrique de Mitterrand. On pourrait faire la liste de toutes les opérations spéciales qui ont été menées en Afrique pendant son mandat. Les présidents débarqués. Les opposants muselés... 

Avec tout le respect dû à sa mémoire je ne pense pas qu’au moment où nous cherchons à réinventer les relations entre la France et l’Afrique citer Guy en exemple soit du meilleur effet.

Vous l’aurez compris : je pense que Ségolène Royal n’a pas le niveau pour être une bonne sénatrice des Français de l’étranger. J’ai été un militant socialiste qui a fait sincèrement campagne pour elle aux présidentielles. Mais je suis un militant associatif qui pense que nous avons mieux qu’elle dans nos rangs pour devenir sénateur ou sénatrice de gauche. 

Suis-je le seul à le penser ?

Amitiés associatives
Boris Faure
Bruxelles

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte