Attention, danger !

Emmanuel Macron a réussi, pour un temps certain, voire plus, à se débarrasser du PS et des Républicains. Son horizon semble dégagé. Mais la confrontation de deux blocs : celui du président et le RN, est une prise de risque dangereuse pour les Institutions. Dans l’intérêt de la République, les autres forces démocratiques doivent retrouver de l’espace vital.

Sur le seul volet français de l’élection européenne, il faut considérer que le président Macron a réussi, pour un temps certain, voire plus, à se débarrasser du PS et des Républicains.Son horizon semble dégagé.
Sa stratégie a payé sur un point, celui de marginaliser les deux partis qui ont dominé la vie politique depuis presque 40 ans.
Cette recomposition du paysage, laisse paraître un nouvel opposant, EELV, même si la stratégie de récupération a déjà commencé.
Car, il ne faut pas s’y tromper, l’objectif du président est très probablement d’absorber les Verts, où l’essentiel d’entre eux, dans un fonctionnement à l’allemande, avec l’aide de Daniel Cohn-Bendit, Pascal Canfin et Pascal Durand.
Donc si l’on considère que LFI est affaiblie pour un bon moment, nous nous retrouverions dans un manichéisme LaRem et ses alliés versus le Rassemblement National.
D’une opposition gauche/droite, nous passerions à une opposition LaRem/RN, qui présente un risque important en cas de rejet du gouvernement actuel.
L’affaiblissement des oppositions modérées est un risque important pour l’équilibre des institutions.
Attention à ne pas trop jouer avec le feu !
Dans l’intérêt de la République, les forces démocratiques doivent retrouver de l’espace vital.

Macron Le Pen Macron Le Pen

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.