A bout de souffle
Abonné·e de Mediapart

32 Billets

1 Éditions

Billet de blog 2 juin 2010

Maurizio Lazzarato, entretien

La webradio A Bout de Souffle porpose un entretien avec Maurizio Lazzarato, sociologue et philosophe, à propos de son dernier ouvrage "Expérimentations politiques". Ce livre est l'étude d'un conflit social, celui portant sur la restructuration du régime d'assurance chômage des intermittents du spectacle. Mouvement qui a révélé selon l'auteur l'impuissance des grilles de lecture du marxisme à penser les lignes de conflits contemporaines, sûrement et surtout parce qu'il s'agissait et qu'il s'agit encore d'un conflit non pas social mais sur et à propos du social lui-même, de son gouvernement et par là-même du gouvernement des conduites. Ce conflit sera examiné par Maurizio Lazzarato avec la boîte à outils de Foucault, les concepts de Deuleuze et Guattari et la révolution duchampienne.

A bout de souffle
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La webradio A Bout de Souffle porpose un entretien avec Maurizio Lazzarato, sociologue et philosophe, à propos de son dernier ouvrage "Expérimentations politiques". Ce livre est l'étude d'un conflit social, celui portant sur la restructuration du régime d'assurance chômage des intermittents du spectacle. Mouvement qui a révélé selon l'auteur l'impuissance des grilles de lecture du marxisme à penser les lignes de conflits contemporaines, sûrement et surtout parce qu'il s'agissait et qu'il s'agit encore d'un conflit non pas social mais sur et à propos du social lui-même, de son gouvernement et par là-même du gouvernement des conduites. Ce conflit sera examiné par Maurizio Lazzarato avec la boîte à outils de Foucault, les concepts de Deuleuze et Guattari et la révolution duchampienne.

L'ouvrage "Expérimentations politiques" comme les précédents, notamment les révolutions du capitalisme, énoncent et déploie une philosophie politique fondée sur les philosophies de la différences. A ce titre Mai 68, serait moins un sursaut du marxisme que la première manifestation de cette philosophie politique.

Si nous la devons à Deleuze, Guattari ou Michel Foucault, nous la devons aussi aux penseurs de la fin du XIX°siècle juste avant que le XX°siècle ne sombre dans une série de guerres qui recouvrira tout le siècle et dont nous sortons tout juste. Parmis ces intellectuels, le sociologue Garbiel Tarde a retenu l'attention de Maurizio Lazzarato comme celle de Deleuze d'ailleurs. Avec Gabriel Tarde s'inaugure une théorie sociale de la multiplicité. Une micro-sociologie à laquelle répond une théorie des micro-pouvoir déployé par Michel Foucault.

Hériter de 68, serait défaire les totalités du Marxisme, celles qui énoncent des sujets clivés en classes, qui fait de la relation capital / travail la relation principale quand elle en n'est qu'une relation spécifique parmis d'autres et dont il nous faut penser l'agencement.

Hériter de 68, ce serait aussi repenser le capitalisme qui n'est plus celui de Marx, qui plus est branché sur l'Etat-providence, formant ce qu'il convient d'appeler les sociétés de sécurité ou les sociétés de contrôle.
C'est sans doute parce que Marx n'entends rien de la multiplicité, qu'il développe une théorie de la législation séparé de la transgression, accouchant ainsi du concept d'aliénation, concept incapable de rendre compte de la puissance d'invention, dans l'écart qui se joue entre les codes (lois et morales) et les modes (style de vie). Or, c'est parce qu'il y a une multiplicité de dispositifs et de relations de pouvoirs qu'il y a une multiplicité de modes de subjectivation.

Dans une même lutte interviennent et agissent différentes formes de résistences, écrit Maurizio Lazzarato : "résistence au pouvoir en tant qu'il exerce une souveraineté politique, résistance au pouvoir en tant qu'il exploite économiquement, et résistance au pouvoir en tant que gouvernement des corps et des âmes". Aussi quand Marx pense en terme Hégélien de résolution, nous devons penser en terme de stratégie, car les dispositifs de pouvoir ne se contredisent pas.
L'entretien avec Maurizio Lazzarato se déploie en trois partie :
- Le gouvernement des inégalités ou comment il est temps de sortir du marxisme et d'inventer un nouvelle Etat-providence.
- La dynamique de l'évènement politique ou comment la conscience et le discursif ne saurait avoir le monopole de la production de subjectivité et de la rupture existentielle.
- Appauvrissement économique et appauvrissement subjectif dans le néolibéralisme ou l'art et la culture comme technique de gouvernement de la subjectivité nous oblige à penser ensemble révolution politique et révolution du sensible.


Durée : 110 minutes
Pour podcaster l'émission suivre le lien : Revue radiophonique A Bout de Souffle
Musique de l'entretien : Dj Spooky

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod
Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières