Brigitte pascall
Auteur indépendant d'écrits politiques
Abonné·e de Mediapart

2582 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 nov. 2019

Brigitte pascall
Auteur indépendant d'écrits politiques
Abonné·e de Mediapart

L'IMPOSTURE DE LA MANIF DU 10 NOVEMBRE !

La gauche molle, dont la FI, participe vent debout à la manif du 10 novembre "de défense" des musulmans attaqués par le triste Zemmour. Il faut les voir tous ces laïcards, tous ces bouffeurs de curés, soudainement sucer de l'iman musulman...

Brigitte pascall
Auteur indépendant d'écrits politiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La gauche molle, dont la FI, participe vent debout à la manif du 10 novembre "de défense" des musulmans attaqués par le triste Zemmour. Il faut les voir tous ces laïcards, tous ces bouffeurs de curés dorés sur tranche, qui nous cassaient les oreilles à nous raconter, des journées entières, des horreurs sur les prêtres (chrétiens), porteurs selon eux de tous les vices de la terre, soudainement s'amouracher comme une gamine de 12 ans, sucer de l'iman musulman, curieusement immaculé, paré de toutes les vertus, comme aucune autre religion n'a fabriqué selon eux de tels serviteurs. Deux poids deux mesures, à l'évidence....

Sans parler des cours de formation à la laïcité que j'ai subis en tant que jeune militante du PG, dans le XIIIème arrondissement de Paris, sous la férule exigeante de Manuel Bompard, qui nous a infligé deux mercredis de suite le discours de Latran de Sarkosy, à commenter et à critiquer durement : parce que Sarko draguait un peu les chrétiens, il fallait dire tout le mal que l'on pensait de cette infraction à la laïcité adorée. Rappelons que Mélenchon était un laïcard de 50 ans, il fallait que tout le PG soit à son image.

Allons au fait : aujourd'hui, il existe une lame de fond en faveur du mouvement des Gilets Jaunes. Ce mouvement, qui dure depuis un an, est plus populaire que jamais dans l'opinion publique, soutenu par 75% des français. Les GJ ont eu et ont l'immense mérite de réhabiliter et de défendre la "question sociale". Demander une vie digne pour tous, augmenter les salaires, supprimer les privilèges des riches comme le CICE et la suppression de l'ISF, faire un geste pour le RSA, etc.

En France, ce sont les conflits sociaux qui prédominent sur les autres. Et font descendre dans la rue des millions de français : 2,3 millions de français contre la réforme des retraites voulue par Sarkosy en 2010 ; 1,4 millions de français le 31 mars et le 14 juin 2016 contre la loi Khomri, les Gilets Jaunes participent de cette lutte des classes très active en France. Qui prédomine largement sur les conflits religieux.

Alain Badiou défend avec talent la même idée. Il montre que la France est simultanément une terre de Révolutions : 1789, 1848, La Commune de Paris de 1871, le Front Populaire de 1936, Mai 68 ; mais aussi une terre de grandes régressions : 1815 et le retour de la monarchie de l'Ancien Régime ; le coup d'Etat de 1851 de Napoléon III, les versaillais fusillant les communards en 1871, la paix sacrée (le PS allié avec les partis de droite) pendant la première guerre mondiale, le Pétainisme de 1940 à 1944, la période libérale 1980 à nos jours, cf son ouvrage : "Eloge de l'amour" (fin du livre), édition Flammarion, 2009.

Dans cette féroce opposition entre révolutionnaires et réactionnaires, Il n' y a pas de place pour les conflits religieux. En 1942, Eichmann visite la France profonde et conclut avec rage : "les français ne sont pas antisémites"(sic).

Le discours haineux de Zemmour contre les musulmans, c'est une tentative d'interrompre cette lame de fond sociale, qui, à compter du 5 décembre, peut tout faire déborder. C'est une MESURE DE DIVERSION, visant à diviser les salariés laïcs, chrétiens et musulmans regroupés en ce moment contre Macron.

Ce sont les médias aux ordres de Macron qui ont sciemment déclenché et orchestré la polémique du port du voile. Il s'agit de monter les musulmans contre l'extrême-droite réactivée idéologiquement par Zemmour.

Le problème, c'est de voir des responsables de "gauche" marcher 5 sur 5 dans la combine. A commencer par Julien Dray participant à tous les débats sur cette nouvelle guerre de religions. On rappelle qui est Julien Dray, le fondateur de la fausse organisation d'immigrés "SOS racisme". Dans son ouvrage "L'invention des faux papiers", édition PUF, 2010, Thierry Blin raconte avec lucidité la tromperie de Dray. Au départ, il y avait la marche des beurs, partie de Lyon animé par le curé rouge Christian Delorme et le pasteur Jean Costil. Les journaux branchés de l'époque, "Globe", "Libération" popularisent cette marche, une façon d'occulter la lutte des classes à Talbot, Renault, Citroën.

La marche des Beurs patine. De l'Elysée, Julien Dry créé de toute pièce un faux mouvement beur : "SOS racisme", dont on n'a pas oublié la petite main sympathique ; "touche pas à mon pote". à la fois pour décaniller le premier mouvement des beurs. Mais surtout pour imposer aux français le clivage NATIONAL/ETRANGER au lieu du clivage social RICHES/PAUVRES.

35 ans après il récidive : la manif du 10 novembre est une diversion pour conquérir électoralement les musulmans, surtout pour diviser le corps social soudé contre Macron. Il s'agit d'empêcher les maghrébins seconde et troisième génération de faire alliance avec les français de souche.

Le pire, c'est de voir Mélenchon marcher tristement dans cette combine minable, en participant à cette manif qui n'a d'autre but que de diviser le Peuple français. Invité dimanche de France Inter, JLM s'est exclamé : "C’est terrible cette haine des musulmans, cette stigmatisation d’une religion, ces émissions sans fin contre eux"(sic). Une façon d'occulter l'essentiel, c'est à dire la question sociale.

Comme le rappelle Alain Badiou, "il y a une férocité de la Bourgeoisie, quand elle se sent libre, ils veulent nettoyer tout ça vraiment. Et ils prennent exemple sur l'Allemagne. Or la bas je le redis, 30% de la population est en état de grande pauvreté " (cf Eloge de la Politique", édition Café Voltaire/Flammarion, 2017). Hélas, le propos d'Alain Badiou est lucide : il y a une férocité de la bourgeoisie française à écraser socialement le Peuple français. Ce qu'elle fait méthodiquement depuis les années 70, où, grâce à la mondialisation des échanges, et la casse du statut du salarié fordiste, elle a laissé filer sciemment, volontairement, en toute connaissance de cause la courbe du chômage : 1 million de chômeurs sous Giscard en 1980. 6 millions aujourd'hui selon la DARES. 9 millions selon mes calculs...!

C'est pour que l'on ne parle pas des femmes et des hommes, qui crèvent la dalle, que l'on a inventé cette supposée guerre de religion, histoire de divertir...!

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Face à la colère du peuple, le régime iranien choisit la fuite en avant répressive
Les unités organisant la répression sont multiples et impitoyables mais n’arrivent toujours pas à mater des manifestants qui n’exigent plus seulement la fin du voile obligatoire, mais celle du régime.
par Jean-Pierre Perrin
Journal
Énergies renouvelables : un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal
Amnesty International dénonce le rôle de Facebook dans les exactions contre les Rohingyas
L’ONG publie un rapport documentant comment, en 2017, le réseau social a été incapable de modérer les messages appelant à la discrimination ou au meurtre des membres de cette minorité ethnique de confession musulmane, et les a même promus via ses algorithmes. Elle demande à sa société mère, Meta, de les indemniser.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk