Brigitte pascall
Auteur indépendant d'écrits politiques
Abonné·e de Mediapart

2582 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 nov. 2019

Brigitte pascall
Auteur indépendant d'écrits politiques
Abonné·e de Mediapart

LORSQUE LA FI SE RANGE DERRIERE LES IMANS !

Mobilisons-nous contre la manif du 10 novembre !

Brigitte pascall
Auteur indépendant d'écrits politiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

1°)- Brigitte Pascall : Tout à fait d'accord avec le billet de Jacques Cotta dénonçant le double langage de Mélenchon : hier, hyper laïcard, aujourd'hui inféodé aux imans pour cause d'électoralisme en Seine-Saint-Denis.

Cela me rappelle l'excellent ouvrage de Nicolas Dubost, intitulé "Flins sans fin", édition François Maspéro, 1971. Nicolas Dubost était un jeune syndicaliste CFDT, proche de Frédo Krumnov, dans les années 70 à l'usine à la chaine de Renault Flins, Il dénonçait en rigolant la CGT de Flins, réclamant une salle de prière pour les salariés magrébins à la chaine, histoire de faire un score aux prochaines élections de comité d'entreprise. La CGT de Flins d'hier, la FI d'aujourd'hui, même combat électoraliste minable et sans lendemain !

Hier, je disais la même chose dans un billet pointant aussi l"imposture de la manif du 10 novembre" !

2°)- Jacques Cotta : "

2015 - 2019: Funeste trajectoire…

… Lorsque FI et la « gauche » en général se rangent derrière l’islamisme politique au nom des libertés

Par Jacques Cotta • Actualités • Mercredi 06/11/2019 • 0 commentaires  • Lu 173 fois • 


Deux fanatiques islamistes ont fait irruption le 7 janvier 2015 dans les locaux de Charlie Hebdo, décimant sa rédaction. Ils venaient "venger Allah".

Dans les jours qui ont suivi, des voix se sont élevées.

"Charb, tu as été assassiné, comme tu le pressentais, par nos plus anciens, nos plus cruels, nos plus constants, nos plus bornés ennemis: les fanatiques religieux, crétins sanglants, qui vocifèrent de tous temps: "A bas l'intelligence ! Vive la mort ! ».
 

Ca avait de la « gueule », ça tapait juste non?


Dans les jours qui ont suivi, d’autres ont applaudi le massacre de Charlie. Les dessinateurs et rédacteurs n'avaient-ils pas mérité leur sort, à force de caricatures, de blasphèmes?

Alors la même voix s’est élevée:

"Charb, ils n'auront jamais le dernier mot, tant qu'il s'en trouvera pour continuer notre inépuisable rébellion ».

Le panache, la détermination, le courage était alors au rendez-vous.

Mais dans les mois, les années qui ont suivi, la bataille politique, ouverte ou souterraine, a fait rage. L'islamisme politique poursuit son oeuvre. Par la terreur lorsque un bras armé par l'idéologie mortifère frappe. Par les symboles, lorsqu'il s'agit de gagner à cette cause les bons sentiments qui ne comprennent plus rien à ce qui se déroule sous nos yeux. Il y eut les épisodes "Burkini", les épisodes « voiles" qui au nom de la « liberté vestimentaire» tentent d’enrôler ici sous l’uniforme, celui-là même qui opprime des centaines de milliers de femmes à travers le monde. Il y a les épisodes "prêches", autant de provocations censées enfoncer le clou dans la chair de la démocratie, de la laïcité.

A l'époque de Charlie, le même avait déclaré:

"Et il s'en trouvera toujours (pour continuer notre inépuisable rébellion) , parce que tu as fait ta part de travail pour qu'il en soit ainsi, ton crayon à dessin entre les dents ».

C'était Jean Luc Mélenchon qui parlait ainsi, celui qui aurait condamné à l'époque la manoeuvre grossière d'une manifestation derrière les salafistes en costume, les imams en tenue, les voiles en exergue. Celui qui aurait opposé le triptyque de la république, liberté, égalité, fraternité auquel il n'aurait pas manqué d'ajouter la laïcité.

Ce Mélenchon là n'est visiblement plus. Son hologramme l'a tragiquement remplacé. Il appelle avec la FI a manifester, comme le NPA, les verts, et autres groupes gauchistes décomposés, derrière ou avec tous ceux qui moquaient Charlie et ses victimes et qui fêtaient leur disparition, dont celle de l'ex ami du Mélenchon d'hier, le dessinateur Charb.

Ce qui se passe là est d’une gravité extrême. L’islamisme politique en s’emparant du thème de la liberté pour mettre en valeur les symboles de son oppression parvient à duper les bons sentiments. Mais pour les responsables politiques de « gauche », il s’agit d’autre chose. Ils savent de quoi il retourne. Ils savent qui est qui. Les islamistes politiques, les salafistes, les frèristes ont un projet qu’ils ne peuvent ignorer. Et au nom d’intérêt électoraux -en seine saint denis par exemple- ou encore pour combler le vide sidéral qui les atteint, ils acceptent la dérive, déjà nettement perceptible dans certaines positions communautaristes de députés de gauche, du PS de la FI ou au PCF, ou encore dans le sort qui fut réservé aux journées d’été de la FI à Henri Péna Ruiz, qualifié de « fasciste et raciste» pour avoir critiqué l’islamisme (la croyance) tout en faisant la différence avec les musulmans (les croyants) qu’il faut défendre dans leur droit de croire.

L’abandon des principes se termine en naufrage dans les eaux les plus nauséabondes qui soient. Avec JLM, la FI et l’ensemble de la gauche vont par souci électoral pour certains, par incompréhension peut-être pour d’autres, mêler leur voix à celle des idéologues criminels, assassins de la liberté, de la république, de la sociale, camouflés derrière le voile. S’ils persistaient dans l’abandon des principes élémentaires qui fondent la république et la sociale, ceux qui s’engagent ainsi risquent fort de porter une responsabilité historique.  

Jacques Cotta
Le 6 novembre 2019


Partager cet article

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Face à la colère du peuple, le régime iranien choisit la fuite en avant répressive
Les unités organisant la répression sont multiples et impitoyables mais n’arrivent toujours pas à mater des manifestants qui n’exigent plus seulement la fin du voile obligatoire, mais celle du régime.
par Jean-Pierre Perrin
Journal
Énergies renouvelables : un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal
Amnesty International dénonce le rôle de Facebook dans les exactions contre les Rohingyas
L’ONG publie un rapport documentant comment, en 2017, le réseau social a été incapable de modérer les messages appelant à la discrimination ou au meurtre des membres de cette minorité ethnique de confession musulmane, et les a même promus via ses algorithmes. Elle demande à sa société mère, Meta, de les indemniser.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Les « bonnes » victimes et les « mauvaises »
Elles en ont de la chance, ces consœurs qui savent reconnaître « les bonnes victimes » des « mauvaises victimes ». Les « vraies victimes » des « fausses victimes ». Les « justes combats » des « mauvais combats ». Elles ont de la chance ou un test ou une poudre magique. Moi, je n’ai pas ça en magasin.
par eth-85