L’imposture de la «gauche rassemblée»!

La rencontre à La Charité-sur-Loire de vieilles figures démonétisées de la «gôche», jeunes pousses aussi peu prometteuses que leurs ainés, censées agir sous le label «gauche rassemblée» est une imposture.

La rencontre à La Charité-sur-Loire de vieilles figures démonétisées de la gôche, jeunes pousses aussi peu prometteuses que ses ainés, censées agir ensemble sous le label "gauche rassemblée", est une nouvelle imposture.

Comme le dit très bien Alain Badiou dans un débat avec Laurent Bouvet sur Médiapart, historiquement, "la gauche, c'est la capacité à représenter l'irreprésentable"(sic), c'est à dire les ouvriers, les chômeurs, les jeunes, les exclus de la société, de par leur position sociale. Et à défendre la cause du Peuple : problèmes d'égalité, de vie décente, de création d'emplois en CDI suffisantes, notamment pour les 190 000 jeunes débarquant chaque année sur le marché du travail. Et de création d'une société nouvelle fondée sur le partage. Autrement dit, une "gauche" à 100 000 années lumière de la gauche petite-bourgeoise, aimant l'argent de façon forcenée, boboïsée, confisquant aujourd'hui le label "gôche".

Car la gauche représentant des irreprésentables est morte. A la place, il n'y a plus qu'une gauche alliée frileusement à l'oligarchie libérale, oeuvrant au service de l'immobilisme social. Une société devenue "La Belle au Bois dormant", pour reprendre la formule d'Emmanuel Todd (cf entretien dans Atlantico du 1er juin 2016). Acceptant les inégalités abyssales, qui la structurent : on est passé d'un écart de revenus de 1 à 30 dans les années 70 à un écart de 1 à 386 en 2014. Une "gôche" rangée des Révolutions se contentant d'une fonction tribunitienne à l'Assemblée Nationale ou au Parlement européen : la lutte (féroce) des places ayant remplacé la lutte des classes.

Ainsi, quand Raphaël Glûcksmann déclare ce week end que "l'on est condamné à s'entendre (union de la gauche), si on veut créer une dynamique à gauche, et s'opposer à la droite et l'extrême-droite"(sic), il ne s'agit nullement de se rassembler afin de défendre le Peuple qui souffre, dans un projet antisystème : juste de mettre sur une même liste électorale les vieux REVENANTS d'une "gôche" Hollandiste qui a failli (Duflot, Jadot, Paul, Germain, Lamy présents à La Charité-sur-Loire), les mêmes qui nous ont imposé la triste loi Khomri, les jeunes qui ne valent pas plus cher, afin d'obtenir des mairies et des "places" juteuses aux Municipales de 2020.

Les participants au week end de La Charité-sur-Loire font du mot "gôche" le maître mot de leur analyse, sans que, en vérité, on comprenne véritablement les raisons de leur choix. Pourquoi ce mot "gôche", tout à coup, redevient-il central, après un mouvement des Gilets Jaunes, qui en a fort peu parlé. Pourquoi implorer la "gôche", eu égard à son triste passé : tournant de la rigueur en 1983. Mitterrand laissant filer la courbe du chômage de 1(1980) à 2 millions de chômeurs en 1988. "Programme non socialiste" de Jospin en 2002. Création du CICE en 2014 par Hollande. Imposition par le 49-3 de la loi Khomri cassant déjà le code du travail, malgré les 14 journées de mobilisation nationales contre ce triste projet.

Comme si les participants à ce week end dit de "réflexion" courraient après un mot, un fantôme idéologique, qui ne fait plus illusion pour personne : les jeunes et les ouvriers s'étant solidement réfugiés dans l'abstention. On comptait 25% d'ouvriers et de jeunes à voter JLM en 2017. Ils n'étaient plus que 7 et 4% à voter pour la liste dirigée par Aubry !

Pire encore, comme expliquent Céline Braconnier, professeur de sciences politiques, Baptiste Coulmont et Jean-Yves Dormagen dans une étude intitulée "Toujours pas de chrysanthèmes pour les variables lourdes de la participation électorale", publiée dans la Revue Française de Sciences Politiques 2017/6- Vol 67, on observe un double phénomène de l'abstention :

1)-Une abstention "classique" frappant les jeunes et les ouvriers, incrédules aux vertus d'un suffrage universel, dont les candidats ignorent superbement leurs problèmes de survie.

2)-Une nouvelle abstention"trans-classe", frappant toutes les catégories sociales, montrant combien la sauvage incroyance vis à vis du vote grossit inexorablement. Y compris dans la Classe moyenne "citoyenniste", jusque là épargnée par les doutes métaphysiques autour du suffrage universel.

Or, sauf erreur de ma part, personne n'a abordé, pendant ce week end à La Charité sur Loire, le problème cruxial d'une abstention devenue aujourd'hui majoritaire, touchant presque un français sur deux, ce qui montre à quel point notre gôche bobo se tape du Peuple et de ses problèmes !

Voilà pourquoi il fait absolument élaborer des listes citoyennes autour de notre Rassemblement "Pouvoir au Peuple souverain", sur la base de notre programme "L'avenir en commun", que l'on présentera aux Municipales de 2020. Elles s'adresseront en priorité aux jeunes, ouvriers, chômeurs, pauvres, qui ont déserté l'isoloir, en proposant une vie décente, un emploi ou un revenu pour chacune et chacun.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.