Brigitte pascall
Auteur indépendant d'écrits politiques
Abonné·e de Mediapart

2583 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 déc. 2013

FREDERIC LORDON FAVORABLE A UNE SORTIE DE L'EURO...

Brigitte pascall
Auteur indépendant d'écrits politiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Brigitte Pascall : "Sur ce sujet, on a eu l'entretien de Jacques GENEREUX dans RUE89 (16 novembre 2013) preconisant une sortie de l'euro. Frederic LORDON est sur la même ligne (voir video sur mon mur). A ce stade, on attend avec impatience une prise de positiom claire de JLM sur le sujet...De plus en plus d'amis sur Facebook, lecteurs sur Mediapart m interrogent sur cette question essentielle..."

Dans une récente interview donnée à France Culture, F Lordon développe une analyse faisant écho rejoignant celle formulée déjà à mainte reprises par G Gastaud philosophe - auteurs notamment de Mondialisation Capitaliste et projet communiste en 1997 puis Patriotisme et Internationalisme - secrétaire national du PRCF mouvement qui la porte sur le terrain politique.
Cette analyse doit être méditée par l'ensemble des forces progressistes et notamment par nos camarades du Front de Gauche.

F Lordon"On peut envisager de changer l'europe, de faire un autre euro, un euro qui soit plus social et progressiste à la place de l'euro austéritaire. Mais j'ajoute aussitôt cette transformation là est un rève de singe"

"F Lordon :La transformation de l'UE est impossible pour un certains nombre de raisons très très profondes. C'est à dire passer d'une europe néo libérale et austéritaire présente à une europe qui serait sociale et progressiste, sans transition. C'est pourquoi je pense que le retour aux monnaies nationales se fera du seul fait qu'émergerait même un projet de transformation de l'Euro. C'est que l'euro actuel est un outil qui a été conçu pour donner toute satisfaction aux marchés financier. Je pourrais vous reprendre le détail des règles de politiques économiques et des agencements institutionnels un par un.
Tout projet de transformation significatif de l'euro ne pourrait avoir pour objet que de soustraire la monnaie européenne à l'empire de la finance et des marchés de capitaux. Ce que voyant l'empire des marchés de capitaux déchainerait immédiatement une spéculation d'où résulterait l'éclatement de la zone euro et le retour forcé aux monnaies nationales.Je dis que ce retour aux monnaies nationales n'est pas normativement parlant une catastrophe, qui permettrait de recouvrer de nombreux degrés de liberté économique et politique.

L Adler :Vous êtes pour le retour à la souveraineté nationale.

Oui absolument, le retour à la souveraineté nationale car je ne vois pas comment on peut contester, plus exactement le retour à la souveraineté populaire, car je ne vois pas comment on peut contester l'idée de souveraineté populaire d'un point de vue de gauche. Et c'est pas parce que le FN ou les mouvements de droite à la droite de l'UMP ont essayé de capter - et réussi à capter semble t il ce thème - qu'il faut se laisser faire pour autant. Car de dépossessions en dépossessions, nous finirons à poils. Qu'est ce que c'est que la souveraineté populaire? La souveraineté populaire c'est la capacité d'une communauté politique à décider collectivement de son propre destin. C'est une idée qui nous a été léguée par les Lumières, par la Révolution Française, et je refuse le stigmate du FN et que l'on nous vole cette idée. La souveraineté populaire d'ailleurs, c'est un petit peu plus que la souveraineté nationale et ce serait cela la différence qu'il faudrait marquer entre les deux. Et de même, pour l'idée de Nation. Si j'avais su que je serai venu parler de ce thème, je serais venu avec quelques munitions. Et en particulier avec une définition de la nationalité qui avait été donnée dans l'article 4 de la constitution de 1793, la constitution de Robespierre. C'est une définition de la Nation par la citoyenneté et c'est une définition de la Nation qui est absolument admirable. Car la Nation, si elle est une communauté finie - la souveraineté populaire ne peut s'exercer que dans le périmètre d'un territoire finie, n'en déplaisent au cosmopolitisme car on n'a pas vu encore l'ombre d'une communauté politique mondiale qui n’existe qu'en fantasme - donc si la Nation lieu d'exercice de la souveraineté populaire est une communauté finie, elle n'est pas pour autant une communauté close. Et rien n'interdit que des étrangers prennent la nationalité française définie comme citoyenneté. En particulier tout les travailleurs qui sont actuellement clandestins, qui payent des impots, leurs cotisations sociales. Ces gens là ont droit à la nationalité française précisément parce qu’ils s'acquittent de leur devoir de citoyen le plus fondamentale qui est celui du consentement fiscal, là où B Arnaud, J Cahuzac, des Depardieu et des Johnny se baladent dans le monde comme dans un self service à passeports pour faire de l'optimisation fiscale. Et donc voila ma redéfinition de la Nation. Et celle là elle ne va pas plaire au FN. B Arnaud, pas français. Johnny, Cahuzac, pas français ; mais tous les travailleurs clandestins qui aspirent à payer des impôts, français."

A écouter plus précisément à partir de 30' — via Communistes pour la sortie de l'Union Européenne
Frédéric Lordon - Arts & Spectacles - France Culture
franceculture.fr

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
« La harraga ne s’arrêtera jamais » : un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim
Journal — Logement
À Lyon, une école occupée pour aider une famille sans logement
Le collectif citoyen « Jamais sans toit » a commencé l’occupation de l’école Michel-Servet, dans le 1er arrondissement, pour témoigner son soutien à deux enfants scolarisés ici sans logement avec leurs parents. À l’heure actuelle, dans la métropole lyonnaise,  110 enfants et leurs familles sont à la rue.
par Faïza Zerouala
Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77