Le PDG de STOLZLE menace les 500 salariés de licenciement....!!!

LE PDG DE STOLZLE ( VERRERIE DE MASNIERES) MENACE LES SALARIES D' UN PLAN MASSIF DE LICENCIEMENTS, S'ILS REFUSENT LE PLAN DE "COMPETIVITE" ...!!! Les jeunes communistes du Cambrésis. 1°)-Brigitte PASCALL : "Le PDG de Stölzle, possèdant la verrerie de Masnières, qui compte plus de 500 emplois, menace de licencier tous ses salariés, s'ils refusent le plan de "compétitivité", prévoyant 120 licenciements et une dégradation des conditions de travail...C'est bien là, où on voit que le chômage est d'abord une arme politique, un projet historiquement mené par les patrons et leur bras armé politique, l'UMPS. Dans une politique voulue consciemment, volontairement, en toute connaissance de cause, afin de filer à la Classe ouvrière la pire raclée de son histoire... Jamais la fragilité, la précarité de vivre, le célèbre vers d'ARAGON, son "c'est long d'être un homme une chose, c'est long de renoncer à tout", écrit en 1965 n'a été aussi actuel, aussi syncro que dans le paysage de la société libérale 2015. Jamais la fragilité de vivre (et de survivre) n'a été aussi syncro qu'avec les politiques de gestion inhumaine et cynique des salariés, qui s'y attachent. "Rien n'est précaire comme vivre Rien comme être n'est passager C'est un peu fondre comme le givre Et pour le vent être léger J'arrive où je suis étranger." (ARAGON, 1965) 2°)- Article des Jeunes communistes du Cambrésis : "À la verrerie de Masnières comme ailleurs, la jeunesse aux côtés des salariés ! Le PDG de Stölzle ( grand groupe industriel qui emploie plus de 2000 salariés, principalement dans les pays de l’est de l’Europe ), qui possède la verrerie de Masnières, première industrie du Cambrésis avec plus de 500 emplois, directs comme indirects, menace de liquider l’usine si les travailleurs, représentés par la CGT, n’acceptent pas un plan de « compétitivité » . Celui ci prévoit le licenciement de plus de 120 employés, et une dégradation des conditions de travail. Le Patron de Stölzle n’en est pas à sa première perfidie : en 2013 déjà, il avait obligé les travailleurs à accepter un premier plan de compétitivité détruisant les conquis sociaux obtenus grâce au combat syndical aux côtés de la CGT et à la mairie communiste de Masnières. Ce plan comportait une augmentation du temps de travail et le gel des salaires pour une durée de 3 ans. Aujourd’hui les actionnaires, par la voix de monsieur Johannes Schick, affirment vouloir racheter l’usine placée en redressement judiciaire en échange de ce nouveau plan , ce qui leur permettrait d’effacer leurs dettes avec des fonds publics. Pour réussir ce coup de force, Stölzle emploie les armes privilégiées des capitalistes : la division des travailleurs, et la peur du chômage. Cela se traduit par le pilotage d’un « collectif de salariés » non syndiqués qui met la pression sur la CGT pour accepter ce plan rétrograde de précarisation, et ce tout en faisant planer le risque d’une liquidation totale de l’entreprise. Face à cette situation,nous, jeunes communistes du Cambrésis, sommes conscients que la lutte pour la préservation d’emplois industriels dans notre territoire déjà sinistré par le chômage est primordiale : nous jeunes, sommes les travailleurs de demain, et nous ne voulons pas être précarisés ou privés d’emploi. Non au chantage à l’emploi ! Nous voulons pouvoir travailler, et travailler dignement ! C’est pourquoi nous soutenons les luttes et les revendications de la CGT à savoir : - L’arrêt immédiat des heures de travail non payées - Le remboursement de la prime du treizième mois de 2014 et son rétablissement cette année - 2% d’augmentation de salaire pour les deux années à venir. - Et surtout le maintien des effectifs. La JC du cambrésis est prête à se mobiliser pour soutenir la lutte des salariés de la verrerie de Masnières, notamment à travers les actions de la CGT, et à mettre en place des caisses de solidarité dans l’éventualité d’une grève. Car notre combat plus que jamais c’est celui de la solidarité et de la lutte pour la ré-industrialisation de notre territoire. Les jeunes communistes du Cambrésis. Verrerie de Masnières Des centaines de personnes travaillent à la verrerie de Masnières, plus grosse industrie du Cambrésis. Cambrai, France

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.