La grande blague Le Pen !

1°)-Marine Le Pen est créditée de 36% d'intentions de vote !

Dernier faux sondage du jour : Marine Le Pen serait créditée de 36% d'intentions de vote (info BFMTV). Surtout chez les classes populaires. Le "Front républicain" (vote utile) serait impuissant à empêcher son arrivée irrésistible à l'Elysée.

Nos sondeurs, bien payés pour mentir en cadence, affirment sans rire, que tous les français seraient descendus dans la rue. Criant : "VIVE MARINE ! VIVE MARINE !". Il existerait une liesse populaire pour nommer Présidente cette pauvre fille inculte, qui fait autant de fautes d'orthographe que de lettre, dixit Casanova, son professeur de droit. Qui présentait devant les caméras des livres sur la sortie de la zone euro, trop neufs pour avoir été lus, voire seulement parcourus.

Qui avait picolé le soir du débat avec Macron d'entre les deux tours (ensuite, les flics l'ont verbalisée avec 3 grammes dans le sang) : confondant allègrement le dossier Alsthom, posant un douloureux problème de souveraineté nationale avec l'affaire Drahi, couvert de dettes : comme aurait dit BRASSENS : "elle s'arrête au premier étage, sa petite jugeote et encore !"

Si le service de com de l'Elysée ne la nourrissait pas régulièrement "d'éléments de langage", recrachés craintivement, on ose imaginer la catastrophe qu'elle serait dans les interviews et talk shows.

Grâce à Marine Le Pen, dont les déclarations absolument neuves passionneraient véritablement les français, il existerait une véritable ébullition dans le pays, de grandes manifestations de joie "vive Ri-ri, vive Jean-Marie, vive sa gégène en Algérie"! Un enthousiasme véritable pareil à celui des manifestants de MAI 68, leur slogans impertinents et moqueurs.

Personne pour dire que Marine Le Pen participe du jeu parlementaire ultra classique. Emargeant à l'écurie Rothschild avec Macron, son frère jumeau en imposture politique. Marine Le Pen participe du déferlement médiatique ressemblant à un ruisseau tristement homogène. Inventant de toute pièce un faux espoir populaire, qui n'a jamais existé que sur le power point d'un cabinet de com'.

On a beaucoup ironisé sur le poème de Louis ARAGON : "Maurice (Thorez) est revenu" (1951), inventant de toute pièce une rumeur nationale, relayée par tous les salariés de Renault, tous les cols bleus de France et de Navarre, lors du retour à Paris du camarade Thorez parti en URSS en 1941, resté longtemps (d'aucun dise emprisonné) à Moscou. Sauf que le faux mécanisme de promotion de Marine Le Pen est le même que celui inventé par Aragon, pour rendre célèbre le Secrétaire du Parti communiste français, que les français avaient quelque peu oublié après dix ans d'absence.

Marine Le Pen est présentée par les médias aux ordres comme la méchante Reine de Blanche-Neige. Abusivement. Les français n'y croient pas une seule seconde. Je me souviens de ce jeune blogueur de 17 ans, résidant à Hénin-Beaumont. Il racontait comment les habitants de la ville demandaient à Marine de faire des selfies avec eux : ce qu'elle faisait de bonne grâce, en bonne politicienne rusée, attentive à ne pas perdre ses électeurs. La "peur", soigneusement entretenue par les journaleux macroniens, vis à vis de la famille Le Pen, a fait pschitt...Il y a peu de chances que l'Histoire repasse les mêmes plats.

Oui, le projet 2017 de le Pen était bien, car le FN avait mangé à tous les râteliers idéologiques : PG/France insoumise, pour le retour de l'échelle mobile. PS pour l'accent mis sur la formation. Indépendant pour la défense des petits commerçants. Droite classique pour la défense du nationalisme. FN pour la discrimination faite aux non nationaux pour l'obtention d'un emploi. C'est du vol de programme, et je ne comprends pas pourquoi personne ne dénonce ce hold up idéologique 

On reposte un billet rédigé il y a deux mois, mais qui n'a rien perdu de son actualité.

2°)-La grande blague Le Pen !

7 JANV. 2021

2.1°)- Christian le Moulec : Holà, les z'enfants de la patrie, on dirait que vous auriez souhaité la victoire de ce dangereux imbécile qui répond au nom de Trump! Comme demain, vous allez probablement appeler de vos voeux la victoire d'une Le Pen !

2.2°)-Brigitte Pascall : Christian LE Moulec : Le Pen et Trump : aucun rapport !!

Le Pen est une marionnette de Mitterrand, créé en 1986, en instillant de la proportionnelle, pour affaiblir les partis de droite "classique".

Petit rappel intéressant trouvé dans l'ouvrage de notre camarade et professeur de sciences politiques Thierry Blin : "L'invention des émigrés", PUF, 2010 :

1°)-Le Pen a rassemblé 0,75% en 1974, et n'a pas eu les 200 signatures en 1981.

EN 1974, LE PEN PERE A RASSEMBLE 0,75% DES VOIX. DE PLUS, IL N'A PAS REUSSI A REUNIR LES 200 SIGNATURES POUR ETRE CANDIDAT EN 1981 !

Pour comparaison, rappelons qu'un petit parti politique comme le PSU a fait 3,3% aux Présidentielles de 1969 (candidature Rocard). Et qu'il a rassemblé les 200 signatures en 1981. Bouchardeau, qui n'était pas très intelligente, a réussi mieux que Le Pen !

Ce qui montre à quel point sa carrière politique était calée sur le triple zéro. Même en tant que groupuscule politique, Le Pen était destiné à occuper les poubelles de l'Histoire. S'il a "ressuscité" en 1986, c'est uniquement "grâce" au magouilleur Mitterrand.

Ensuite, La famille le Pen a vu le nombre de ses électeurs grossir, bien malgré elle. C'est à cause d'une gôche ayant renoncé à défendre la question sociale (lutter contre le chômage et la pauvreté), que les électeurs populaires du PS (notamment ceux du Nord) sont partis voter FN.

Voilà comment Le Pen père, dans faire beaucoup d'efforts, sans avoir une politique sociale inoubliable, s'est retrouvé au second tour en 2001.

Ensuite, la présence de sa fille au second tour a été jugée "normale", '"allant de soi"'. "faisant partie du système".

2°)-Le débat truqué macron/Le Pen

En mai 2017, il y eut un débat truqué entre macron et le Pen. Marine Le Pen avait picolé. Dans la nuit, elle a été arrêtée en voiture et contrôlée avec 3 grammes d'alcool dans le sang. Au cours du débat, elle a volontairement et notoirement confondu le dossier Alsthom posant de graves problèmes de souveraineté nationale avec l'affaire Drahi (une affaire de dettes), patron de BFMTV.

Avant qu'elle ait seulement pu terminer sa phrase, le mauvais acteur macron lui a dit qu'elle s'était trompée dans ses fiches, comme dans un scénario arrangé à l'avance.

J'ai fait un an de théâtre. Et Jean-Paul, notre professeur de théâtre nous disait toujours : "le théâtre, c'est une école de sincérité" (sic). Et là je peux vous dire que le petit banquier n'était pas sincère du tout. Cela sentait le coup monté entre les deux candidats de l'écurie Rothshild.

Oui, l'obsession Le Pen est risible. C'est une pauvre fille, rien de plus. Je l'ai compris, quand je l'ai vu sur BFMTV repomper, mot pour mot, mes contre analyses et vrais chiffres du chômage, catégorie par catégorie. une vraie petite voleuse à la tire : rien de plus !

La gauche intellectuelle critique est dans la même situation. Ainsi, Frédéric Lordon a dit qu'avec la fille Le Pen, qui lui a piqué toutes ses idées de "démondialisation", "sortie de la zone euro" : "on allait se retrouver en short"(sic).

3°)-"Si nous venions à remporter l'élection présidentielle, nous serions obligés de partir en moins de 6 mois, sur un grand éclat de rire !"(sic)

Aussi, je confirme 5 sur 5 l'analyse de Sophie Montel dans son ouvrage : "Bal tragique au Front national. 30 ans au coeur du système Le Pen", édition du Rocher, 2019.

Notamment elle raconte comment Bruno Bilde, conseiller spécial de M Le Pen, s'exclame, désabusé, : "Si demain, nous venions à emporter l'élection présidentielle, sur un malentendu on ne sait jamais, nous serions forcés de partir en moins de six mois sur un grand éclat de rire"(sic), page 81 du livre !

Bref, c'est une évidence : JAMAIS, JE N'AI VOTE ET NE VOTERAI LE PEN !

En 2022, on propose, sur la base de notre programme du Rassemblement "Pouvoir au Peuple", LA CANDIDATURE DE DIDER RAOULT, qui eu le courage de dire "Non" à Macron dans sa triste gestion du covid-19 :

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.