Marine Le Pen : je vais gagner en 2022 !

Marine Le Pen sur BFMTV : "'Je vais gagner en 2022" (sic). Compte sur nous pour faire du tapage sur Facebook, ne pas te laisser accéder à l'Elysée !

Tu dis que "des mensonges courent sur ton compte" (sic). Pas de fausse joie, t'as des verres grossissants. Ce ne sont pas des "fake news", mais le résultat d'une enquête minutieuse de plus de dix années d'investigations. Avec des témoignages de première main, personnes qui t'ont bien connue : "pour de vrai, comme disent les enfants !

Révéler ta vraie nature de plouc embourgeoisée, ton style très ras les pâquerettes de parvenue. Reprenant à ton compte les expressions bien laides du moment, à défaut de jugeote personnelle toujours défaillante. Tes éléments de langage informes, que tu vas chercher craintivement à l'Elysée, en bonne ménagère faisant son marché. Mangeant à tous les râteliers idéologiques des autres partis, piller y compris mon modeste mur Facebook !

Compte sur nous pour dévoiler la vraie nature fasciste de ton père Jean-Marie, qui a fait allégeance au nazi Otto de Habsbourg. Fricoté avec l'Abbé Jean-Marie Perrot, Membre fondateur du Parti Nationaliste Breton. Dénonçant à la Gestapo les courageux résistants bretons. Les faisant fusiller de façon ignoble !

A côté, la gégène en Algérie de ton papa. Les assassinats des membres de l'OAS, futurs membres du FN : une cinquantaine de tentatives d'assassinats, rien que sur la personne du Général De Gaulle, c'était une récréation en comparaison !

Marine, rien n'est de trop pour montrer que le tabou de l'embourgeoisement est mort dans ta tête, représentant fort peu ton électorat populaire. Tu t'embourgeoises aujourd'hui avec ostentation, portant tes fringues et bagages de luxe payés par Rothschild, puisque tu es dans la même écurie que Macron : histoire de faire oublier les origines obscures du Front National : au départ, une officine créée à l'Elysée par Pierre Juillet en 1971. Exactement comme SOS Racisme par Julien Dray.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.