Une gôche décrédibilisée, candidate en 2022 ?

Une gôche décrédibilisée, rompue depuis toujours à toutes les crapuleries, peut-elle être candidate en 2022 ?

Une gôche décrédibilisée, démonétisée, rompue depuis toujours à toutes les crapuleries, peut-elle être candidate en 2022 ?

Désinvolture oblige, manque cruel de culture politique, le journal Marianne du 11 septembre 2020, dresse huit scénarios, visant à remplacer le duel Macron-Le Pen pour 2022, - rejeté par une majorité de français-, par Jadot, JLM, et Onfray en guest stars de la "gôche".

Marianne oublie aussi un peu vite que le champ politique n'est pas un monde clos, et que c'est l'électeur, le non spécialiste par excellence, avec ses besoins d'argent pour finir son mois, d'emploi pérenne pour son fils, et lui-seul in fine, qui fait les Reines et Rois du bal électoral.

Comme explique Pierre Bourdieu dans son ouvrage : "Propos sur le champ politique", édition PUL, 1998, le champ politique n'est pas un champ "autonome", "c'est à dire qui a en lui-même le principe et la règle de son fonctionnement " (sic). Il reste soumis in fine au verdict des profanes, que sont les électeurs lambda.

Marianne oublie surtout la mise au rancart de la question sociale (chômage, pauvreté de masse). Car, dans ce champ politique, à compter des années 80, "personne ne peut contester que tout le champ politique français a été transformé par l'existence de J-M Le Pen. En réagissant aux propositions de Le Pen, en substituant - chose très importante mais passée inaperçue- à l'opposition riche/pauvre, qui était fondamentale dans la politique l'opposition national/étranger. Or, il n'y a pas de partis qui n'aient opéré ce glissement de manière plus ou moins visible, évidente, criante"(sic).

Résultat : dans la France 2020, si des professionnels de la Politique vivant grassement "pour" et "par" la politique, tout en ignorant superbement la question sociale, il n'en va pas de même des électeurs, dont 80% d'entre eux ont du mal à joindre les deux bouts. Et dont l'entrée sur le marché du travail de leurs enfants se fait de plus en plus souvent sous forme de CDD, temps partiel et périodes de chômage : cf étude du CEREQ : "20 ans d'insertion professionnelle des jeunes : entre permanences et évolutions", coordonné par Thomas Couppié, Arnaud Dupray, Dominique Epiphane, Virgnie Mora, 1998.

Mais ce n'est pas tout. Marianne oublie enfin que la crédibilité de la gôche est calée aujourd'hui à l'applaudimètre sur le triple zéro. Qui peut croire encore sincèrement à un candidat de "gôche" en 2022, sauf à prendre le Peuple français pour un troupeau d'imbéciles et d'amnésiques de l'histoire de ces 50 dernières années.

Alain Badiou tire le triste bilan de cette gôche au pouvoir depuis Guy Mollet, en 1956, dont il avait collé naïvement les affiches "Paix en Algérie" , ce qui ne l'empêcha pas de faire la guerre cruelle que l'on sait :

"C'est du reste, que je fus convaincu que la social-démocratie était une spécialiste du reniement et de la déception, point qu'elle mit ensuite son honneur à vérifier implacablement : côté PS, de Mollet à Mitterrand, de Mitterrand à Jospin, et de Jospin à Hollande.

Mais du côté du PCF, les choses ne sont allées guère mieux : de Waldeck-Rochet à Georges Marchais, de Marchais à Robert Hue et Marie Georges Buffet, et ces derniers à Pierre Laurent. C'est au fond toute la gauche qu'il importe de penser qu'elle n'a fait là, pendant la séquence qui a des années cinquante à aujourd'hui et qui coïncide avec ma vie militante, qu'une suite de forfaitures, avant de sombrer dans un reposant néant " (sic) (extrait du livre : "On a raison de se révolter. L'actualité de Mai 68", édition Fayard, 2018°.

 Soyons clairs : les partis et formations politiques de gauche sont agonisantes. La faute à qui ? Les partis dits de "gôche" sont corrompus par l'argent au titre du financement de la vie politique.

En échange, la "gôche", dont la FI, a accepté de réduire à zéro ses critiques vis à vis de Macron. Aujourd'hui, elle est décrédibilisée dans le pays. La FI est plombée par la cupidité de Chikirou, Corbière, Lachaud, Coquerel, le besoin de gloriole d'une Autain, Aubry Garrido, etc. Toute sa réflexion critique initiale consignée dans notre programme L'avenir en commun" ayant été mise au rancart. A ce jour, la FI fonce à 200 à l'heure dans le mur, et personne ne peut la sauver.

On ne croit pas à une candidature JLM : surtout cherchant à capter les Classes populaires.

 D'autant que cette gôche ne veut pas intégrer dans son raisonnement l'idée selon laquelle LA LUTTE DES CLASSES EST LA PRINCIPALE CONTRADICTION QUI DIVISE LA FRANCE, L'ESSENTIEL EN FAIT ! l

Qui, aujourd'hui défend les classes populaires et les petites classes moyennes, sinon le mouvement des Gilets Jaunes, encore bien vivant comme on l'a vu samedi 12 septembre, ayant rédigé une programme de 25 propositions, légitime à présenter un candidat en 2022 !

Voilà pourquoi nous avons fondé le Rassemblement "Le Peuple d'abord" regroupant le PRCF, le PARDEM, le CNSJS, les "Insoumis Démocrates", les "Franchement insoumis" et le courant interne/externe à la FI : "Rupture, Pouvoir aux insoumis". Le porte-parole pourrait être Jacques Généreux ou Jacques Cotta ou Jacques Sapir.

"Le Peuple d'abord" est avant tout un laboratoire d'idées au service du mouvement des Gilets Jaunes apolitiques. Les G J sont omniprésents dans la rue, dans le champ des idées, dans nos têtes et dans nos coeurs.

Ils disposent d'un programme solide en 25 propositions largement plébiscité sur Facebook ce week end. Notamment, il réclame des augmentations salariales, question délaissée par la "gôche" parlementarisée, préférant l'écologie bobo et l'indigénisme.

"Le Peuple d'abord" soutient aussi Didier Raoult, constituant aussi une forme d'opposition non parlementaire à macron, très vive dans le pays : comme en témoigne l'audience de ses vidéos. Très modestement, je poste un article sur Raoult : et c'est aussitôt un Himalaya de likes et de partages...Que sa dernière vidéo soit supprimée par Youtube : et c'est aussitôt l'incendie sur Tweeter et Facebook !

Voilà deux oppositions bien vivantes à Macron qui se réveillent, ont des lendemains qui chantent sous le soleil: et qui valent beaucoup mieux que la vieille gôche vidée de toute substance intellectuelle, dont tout le monde se contrefiche.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.