QUAND HOLLANDE VOLE LES MOTS DE MELENCHON...!

Nous souhaitons revenir sur l'entretien de Hollande du 14 juillet dernier. Non pas pour les Vérités premières, en faveur d'un mieux disant social, que le Chef de l'Etat n'a pas prononcées. Mais pour avoir clairement identifié, sous le feuillage de ses mots truqués, trop neufs, sentant visiblement la "com", la colle et la térébenthine, de nombreux vols assumés, pris dans le discours de JLM, une fauche manifeste de concepts patiemment forgés, moulinés par l'homme politique Mélenchon. Voire d'idées de Jacques Genereux, Jacques Sapir et peut être, -j'espère me tromper-, un peu des miennes. CE GROSSIER PIRATAGE EST INACCEPTABLE. Se taire, parler d'autre chose, en un mot accepter ces petits vols à la tire reviendrait à se retrouver en short, se faire Hara Kiri, avant même que la campagne 2017 ne commence...!

Voila pourquoi, on souhaite relever toutes les formules, slogans, piqués sans vergogne, surtout dans la maison des mots construite patiemment par J-L Mélenchon.

Je suis loin d'être d'accord sur tout ce qu'il dit. Estimant qu'il parle insuffisamment du chômage, de la pauvreté, et de la nécessaire sortie de la zone euro en plan A. Mais on constate, -Cathy Rousseau, Patrick Benoit, Jean-Jacques Looten, Polo Cartes, Sylvie Cmjl... postant systématiquement les vidéos et interviews de JLM le confirmeront mille fois-, un énorme travail de préparation de chaque passage media. Avec toujours quelque chose de neuf à chaque entretien, y compris le plus modeste. JLM joue son rôle d'artisan, de professionnel de la politique, à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit. Son message d"émotion en faveur des victimes de la Promenade des Anglais n'a-t-il pas été écrit à 2 heures du matin... ? Ce qui mérite un minimum de respect, de la part de ses adversaires...!

A ce stade, on précise : FH déclare : "notre société est VIOLENTE, la mondialisation est dure (...) Je regarde les propositions qui sont faites face à la gauche : proposition de DISLOCATION républicaine, de séparation, d'opposition des français entre eux, autour d'une identité crispée" (sic). (Cf article du Figaro du 15 juillet 2016). Dans ces lignes, on trouve au moins deux emprunts délibérés, très proches des concepts de JLM.

1)- D'abord l'idée d'une société violente : Mélenchon ne venait-il pas de prononcer, devant la Commission Europeenne ? "Je crois que l'Europe qui a été construite est une Europe de la VIOLENCE SOCIALE" (sic).

2)- Ensuite, le mot "dislocation", souvent utilisée par l'ex-animateur du PG, notamment dans une interview de Marianne n 997 du 20 au 26 mai 2016, où il affirme : "l'orientation libérale conduit partout à ce que Jacques Généreux a si bien décrit dans son livre "La Dissociété" : la société se pulvérise dans la guerre organisée de chacun contre tous. Cette DISLOCATION de la société et l'empêchement de la représentation politique sont en train de trouver une réponse aux Etats Unis avec la campagne de Bernie Sanders" (sic). Par ailleurs, combien de fois ai-je ironisé sur la "mondialisation heureuse", pour être tres surprise de lire, dans la bouche de FH, que la "mondialisation est dure"...!

3)-Piratage également d'une idée de Jacques Sapir. FH énonce : "je regarde les propositions qui sont faites face a la gauche..., d'OPPOSITION DES FRANCAIS ENTRE EUX" (sic). Exactement ce que l'intellectuel souverainiste dénonçait, dans un billet de blog du 15 juin 2016 intitulé "Du droit à manifester" : "Les propos scandaleux, et pour tout dire même provocatoires, des membres du Gouvernement et du Président de la Republique DRESSENT AUJOURD'HUI LES FRANCAIS LES UNS CONTRE LES AUTRES (sic).

4)- FH se dit chargé pour la France, "de LA MAITRISE DE SON DESTIN" (sic). Un repompage en bonne et due forme de l'article de Frédéric Lordon de 2011, "Qui a peur de la démondialisation ?", que je citais encore dernièrement a l'occasion du Brexit, surtout la phrase : " La sortie de la zone euro, c'est la possibilité de constituer une enclave de vie pacifiée, MAITRESSE DE SON DESTIN" (sic).

5)- Enfin, Le Figaro écrit : "Hollande s'inscrit sans rire dans le sillage du Front Populaire"(sic) : à ce stade d'usurpation, on ne fera aucun commentaire, sauf qu'il prend vraiment les français pour des jambon beurre... ! Et d'ajouter : "L'HISTOIRE EST TRAGIQUE", repompage évident d'un mot de Mélenchon, qu'il répète souvent, citant le Trotsky de sa jeunesse, affirmant : "L'HISTOIRE EST CRUELLE"(sic).

6)- Et FH de se poser en "PROTECTEUR DE LA COHESION DE LA MAISON FRANCE", après des mois de mobilisation contre la loi Khomri. Là, on n'est pas dans le registre du pillage d'idées, mais dans le mensonge le plus répugnant. Car chacun sait que l'application de la loi Travail va nous faire régresser au Moyen Age, démultiplier le nombre de licenciements, les ex-salaries étant condamnes, non seulement à la pauvreté, mais à la solitude la plus totale, comme le montent hélas les études annuelles de la Fondation de France.

Plus qu'un simple plagiat, on voit comment Hollande détourne une contre analyse de notre camp, pour l'utiliser soit disant contre les partis de droite. En réalité contre JLM, militants de la France insoumise, intellectuels critiques, privés de leurs propres mots a eux. Et, ce faisant, s'arroger seul fallacieusement un titre de "gauche" totalement usurpé depuis 4 ans. Comme le montre la réalité tétue : +700 000 chômeurs depuis 2012, 15 millions de pauvres, directement le résultat du capitalisme mondialisé, dont il est le bras arme politique.

En clair, FH opère UNE TRIANGULATION DU DISCOURS POLITIQUE, consistant à se positionner, repomper les mots de l'adversaire. Et, par une contorsion de communication, qui, en d'autres circonstances serait presque risible tant elle est mal faite, donner à ces mots, analyses critiques de la société libérale et de son gouvernement, une signification lisse, syncro, idéologie dominante, obéissant craintivement à l'Ogre capitaliste mondialise.

Le discours juillet 2016 de Hollande, c'est ce que l'on peut faire de mieux dans ce registre extrêmement exigeant en matière de cynisme politique, violence, bras d'honneur lancé aux plus faibles que nous sommes. Et d'absence totale d'affect face aux souffrances et aux larmes que l'on déclenche auprès du Peuple français paupérisé et seul comme jamais : RESISTANCE...!

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.