La surprise de la mobilisation contre la loi sécurité

LA SURPRISE DE LA MOBILISATION D'HIER CONTRE LA LOI SECURITE GLOBALE !

L’image contient peut-être : une personne ou plus, foule, ciel, arbre et plein air

 

On disait le Peuple français endormi, anesthésié. Assoupi pour toujours. Incapable de descendre dans la rue, afin de critiquer le régime macronien. Malgré toutes ses offensives anti sociales, ultra libérales : casse scandaleuse de notre code du travail vieux de cent ans ; réforme des retraites, retardant de façon scélérate l'âge de départ avec une pension à taux plein : surtout pour les salariés ayant eu une activité physique intense : infirmières par exemple.

On était en train de fêter tristement le second anniversaire du mouvement des Gilets Jaunes. Mais comme un "beau passé". Un beau musée de la révolte populaire. Une apparition des classes populaires sur le théâtre de la grande Histoire, alors qu'il est toujours hors champ depuis les années 80 : belle révolte des Gilets Jaunes que l'on pensait hélas ne revivre plus jamais.

Et c'est à un bouillonnement ras la marmite, poly inflammable, faisant de la protection outrancière des milices privées de King Kostard la question numéro une de l'agenda politique, auquel on a assisté hier, par la superbe mobilisation contre l'adoption de l'article 24 de la loi Sécurité globale.

Plus de 50 000 personnes Place du Trocadéro, malgré la pandémie. impensable lors du premier confinement de mars.

Malgré les médias aux ordres et leur bavardage logorrhéique autour du procès Daval, tout au long de la journée d'hier. Malgré toute une petite bourgeoisie médiatique travaillant d'arrache pieds à truquer, euphémiser la réalité sociale, afin d'anesthésier, tromper les têtes et les coeurs.

Malgré notre droit constitutionnel de manifester, issu de la loi de 1884, expressément cité dans le Préambule de la Constitution de 1958, aujourd'hui réduit comme peau de chagrin, avec les interdictions préfectorales de manifester à répétition, devenues la seule règle de la France 2020 sous la dictature Macron.

Malgré les violences policières, les yeux arrachés, celui de Manu Place d'Italie, celui de Jérôme Rodriguez Place de la Bastille. Malgré les gaz lacrymogènes contenant du cyanure jetés à la figure des manifestants, plus dangereux encore que le Covid lui-même.

Malgré les chochotes sur Facebook et ailleurs, persistant à dire que le gouvernement macron est seulement "autoritaire": admirez l'euphémisme !

Très forte mobilisation aussi dans la ville moyenne d'Angoulême. Idem à Marseille. 8000 personnes hier à Toulouse pour défendre les services publics. Beaucoup de monde à Brest, 350 personnes à Saint Brieuc : le mouvement social se réveille....!

La place comble du Trocadéro est un petit miracle social, et je pèse mes mots. Signe de bonne santé, de vitalité du Peuple français qui n'est pas mort, n'en déplaisent aux croquemorts du système. Alors que les "zélites", y compris celles de gauche, avaient déjà mis au rancard les gueux, les sans nom, les sans grade que nous sommes.

La colère sociale monte, rouge comme les joues d'un enfant, lorsqu'il a trop couru. Un nouveau mouvement social, que personne n'avait prévu, émerge, avance inexorablement.

VIVE LA JOURNEE DU 21 NOVEMBRE !

VIVE LE NOUVEL ESPACE DES POSSIBLES QU'IL ENTROUVE !

VIVE LE NOUVEL ESPOIR, LA NOUVELLE RESISTANCE POPULAIRE !

Comme on disait dans les années 70 : ON A RAISON DE SE REVOLTER !

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.