Brigitte pascall
Auteur indépendant d'écrits politiques
Abonné·e de Mediapart

2583 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 juil. 2018

C' EST FOU CE BESOIN DE DECANILLER JACQUES GENEREUX !

Brigitte pascall
Auteur indépendant d'écrits politiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

1°)- Je reposte un article prenant la défense de Jacques Généreux. Je sais, cela va me valoir un milliard d'ennuis (et je suis polie), d'impossibilité de partager mes articles sur les autres murs de la FI. Il faut bien comprendre une chose : je ne défends pas des hommes (Généreux, JLM), que je ne connais pas personnellement : mais des idées, un positionnement social-démocrate de gauche, la branche sur laquelle je suis assise depuis 2008 et la création du PG à Asnières. Ce n'est un secret pour personne : je suis une gauchiste, marxiste non repentie, venue du PSU. La ligne social-démocrate de gauche de Mélenchon + Généreux, c'est la branche, la seule, sur laquelle je peux exister un peu. "Pousser" JLM à aller encore plus loin, dans la lutte contre la pauvreté de masse, qui recouvre hélas notre beau pays. Obtenir un plan B visant réellement à sortir de la zone euro.

Si cette branche tombe, comme c'est le cas depuis juin 2017, depuis l'aggiornamento, le virage à droite ignoble opéré par Corbière, imposant une ligne parlementaire "macron compatible", "macron récupéré" comme écrit justement Jean-Francois Pierre, je tombe aussi. Politiquement, je suis morte, juste bonne à me mettre au point de croix et au scrabble, dans mes longues veillées solitaires.

Revenir à la ligne social-democrate du début du PG (JLM seul porte-parole de la FI, notre programme "L'avenir en commun", pierre angulaire de la FI conçue comme un mouvement de masse autour de son programme, sur le modèle du Parti socialiste des années 70 de Mitterand), c'est une mesure d'urgence absolument conservatoire, pour transmuer la FI en alternative politique crédible, ce qu'elle n'est pas aujourd'hui, "grâce" à la traîtrise de Corbière, véritable cinquième colonne de Macron, qui a transmué notre beau mouvement,la FI "pesant" 20% des votes comme le PCF de la grande époque, en force politique inoffensive, "pour de faux", comme disent les enfants... !

2°)- Article :

C'EST FOU CE BESOIN DE DECANILLER JACQUES GENEREUX...

C'est fou ce besoin de décaniller Jacques Généreux ! Non seulement depuis juin 2017, on l'a éliminé de toute responsabilité au sein de la Direction de la FI, abandonné comme un malpropre sur le bord de l'autoroute A7, en plein soleil. Mais régulièrement, on veut lui arracher son "beau passé", tout ce qui lui reste. Sur Facebook, on se heurte violemment aux porte-flingues menteurs de Charlotte Girard, dont on passera pieusement sur son inintelligence risible, ses grandes dents qui font penser au loup du "Petit Chaperon rouge", son arrivisme 2018, croyant mettre naïvement la mode au pays : autant de faits avérés, indiscutables, car ce n'est pas l'objet de post, encore que.

La dernière flèche ? Ce serait elle qui a rédigé notre programme "L'avenir en commun", pas Généreux. C'est drôle cette façon de réécrire totalement l'Histoire, alors que tous les éléments disent diamétralement le contraire.

1°)- Ainsi, dans ses billets de blog 2016-début 2017, JLM nous tenait régulièrement informés de l'élaboration du programme AEC, pointant les trois versions nécessaires à sa réalisation, le rôle central joué par Généreux, son ami et conseiller économique de toujours.

2°)- De son côté, le journal "Le Monde" a organisé un grand débat, le mercredi, à quatre jours du premier tour des Présidentielles 2017. Figuraient à ce débat Jean Pisany-Ferry, Thomas Piketty et Jacques Généreux. Pour recevoir les coups bien plantés des deux autres (Piketty et Pisany étaient serrés l'un contre l'autre comme le montre la vidéo sur Youtube, dont je vous recommande la lecture), personne n'a réclamé sa place.

Mais pour lui prendre son titre de coordinateur du programme de la FI, le priver impitoyablement de son passé, façon KGB effaçant au tippex les dignitaires soviétiques sur les photos, qui avaient déplu à Staline, Girard est très forte !

Girard occupe une fonction de coordinatrice du programme de la FI, qu'elle n'assume pas. Elle n'en a pas les facultés intellectuelles, c'est évident. Jusque là, ce ne serait pas bien grave, si elle n'empêchait pas les "bons" rédacteurs de programme (et Généreux en a écrit un paquet depuis le plan d'urgence en 21 points présenté au congrès de Limeil-Brévannes de décembre 2009 !), à une époque où elle lisait encore Blanche-Neige, de faire gentiment son job, du beau travail artisanal, ainsi que cela se passait le mieux du monde entre 2008 et 2017.

Si nous voulons construire un parti/mouvement de masse, dont la fonction idéologique sera essentielle, c'est de Généreux dont nous avons besoin. Girard, qu'elle continue à grimper dans l'appareil de la FI, on s'en tape, pourvu qu'elle ne soit pas sur les questions intellectuelles, pour lesquelles elle est faite, comme de parler de la cueillette des champignons dans l'Amérique pré-colombienne.

A ce niveau d'incompétence, se taire relèverait de la pure compromission avec la bande à Corbiere, qui truste la Direction de la FI. Comme écrivait Jean-François Pierre : "Corbière continue de cabotiner dans ce rôle de cache-sexe de la récupération politicienne (macroniste) la plus abjecte. En occupant complaisamment le terrain de la médiacratie aux ordres, il coupe ainsi la voix d'analystes (JLM, Généreux) d'une toute autre portée que son médiocre laïus macron compatible"(sic).

Il en est exactement de même de Girard, 300% médiocre et Macron compatible : il suffit de voir les risettes que lui fait Pujadas, quand elle passe sur LCI pour s'en assurer. Elle n'est pas dangereuse pour le système. C'est pour cela qu'elle a été choisie. Ce faisant, elle prive de parole un véritable opposant de toujours au libéralisme et à la culture libérale : cf son ouvrage : "La Dissociété", édition du Seuil, 1986, dénonçant la société française transmuée en champ de bataille, individualisme conquérant oblige ! Opposant de toujours aussi à la finance folle déréglée, dénoncée en règle dans le projet "L'Humain d'abord", et qu'il a rédigé en 2011. Si l'auteur de la Dissociete a été mis au rancart, ce n'est pas à cause de telle ou telle défaillance personnelle. C'est justement pour avoir lutté depuis toujours, contre une oligarchie malhonnête, jetant sciemment, volontairement, des millions de français dans le chômage puis la pauvreté de masse.

Le pouvoir insolent de Girard ne repose pas sur son savoir, ses qualités intellectuelles, qu'elle n'aura jamais. Mais sur sa capacité à occuper le terrain, renier le projet antilibéral, visant à tirer vers le haut les sans nom, les sans grade du moment, qui a présidé à la naissance de la création du PG, du FDG puis de la FI.

Rendez nous notre programme "L'avenir en commun" également mis au rancart. Et Généreux comme coordinateur de ce projet : c'est une question de vie ou de mort de notre beau projet politique, pour lequel on se bat depuis 10 ans, et qui a rassemblé 7 millions d'électeurs en 2017...!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
La maltraitance dans les Ehpad : fatalité ou surdité profonde des autorités ?
Puisse le combat de nombreuses familles de résidents en Ehpad[1], relayé par la Presse, soit enfin suivi d’effet … Aujourd’hui, nous apprenons l’audition du Directeur Général d’un Groupe gérant une chaîne de maisons de retraite et attendons avec intérêt le résultat des investigations. Pour illustrer cette actualité, voici un témoignage parmi tant d’autres…
par Claudia CANINI
Billet de blog
Ehpad privés: un business sur la vieillesse à changer
Des Ehpad privés financés pour près de 50% par le contribuable génèrent un business juteux pour les actionnaires alors que nos aînés finissent leur vie en étant soignés par un personnel insuffisant et mal payé. De multiples rapports parlementaires, enquêtes, documentaires, livres, montrent la réalité d'une situation inacceptable alors que le vieillissement de la population s'accroît.
par serge_escale
Billet de blog
Lettre à mes octogénaires
Salut les grands parents, c’est moi. C’est moi, celle que vous attendez et que vous croyez affairée. Celle qui ne passe pas le portillon du bout du jardin, celle qui trouve autre chose à placer avant, toujours.
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
Orpea ou les chasseurs d’or de la silver-économie
Le livre de Victor Castanet va peut-être contribuer à ce que cesse la prise en charge lucrative des personnes âgées dépendantes. Pourtant, les critiques et enquêtes, ces dernières années, n’ont pas manqué. Autres chroniques : quelque chose de pourri au Royaume du Danemark, la violence inouïe des discours Zemmour/Le Pen sur la suppression des allocations familiales aux familles immigrées.
par YVES FAUCOUP