Macron, machine à sidérer le Peuple français !

MACRON, MACHINE A SIDERER LE PEUPLE FRANCAIS GRACE AU CONFINEMENT ! On reposte un billet rédigé le 29 juillet 2018, en pleine affaire Benalla.

On reposte un billet rédigé le 29 juillet 2018, en pleine affaire Benalla. Mais il n'a rien perdu de son actualité. Beaucoup de ses analyses valent pour la société reconfinée de 2020, quitte à actualiser certains passages.

Macron est un mensonge. Un Fake politicien. Un "don-bi (bidon) aurait dit Alphonse Boudard en français populaire des années 50. Une imposture. Un tissu de contre-vérités. Une manipulation malhonnête forgée contre le Peuple français.

Une machine à sidérer, casser psychologiquement le Peuple français :

Macron est une "machine à désorienter les consciences, dès lors qu'elles ne se résignent pas à s'installer durablement dans le binôme consommateur/salarié" (sic), pour reprendre une analyse d'Alain Badiou dans son ouvrage : "Notre mal vient de plus loin. Penser les tueries du 13 novembre", édition Fayard, 2016.

Le premier et le second confinement doivent s'analyser : non pas comme une réponse sanitaire efficace à l'épidémie du Covid. Mais comme une "stratégie du choc", au sens où l'utilise Naomi Klein, afin de "sidérer", "dépolitiser", "casser psychologiquement"  le Peuple français. L'empêcher de mener à bien de nouveaux mouvements sociaux, pour reprendre  les propos de Pierre-Yves Rougeyron dans sa vidéo du 23 novembre 2020 intitulée : "La casse sociale derrière le confinement".

Une élection surprenante :

Macron est une fable inventée de toute pièce par le bloc bourgeois et l'appareil d'état en 2017, afin d'empêcher l'arrivée au pouvoir de Fillon et de Mélenchon.

En 2016, Macron faisait partie des trois personnes les plus détestées du moment, pour nous avoir imposés la loi Khomri :

VALLS, M. EL KHOMRI, ET MACRON. On rappelle que la loi Khomri devait s'appeler au départ "Loi Macron 2", ce qui prouve son implication dans cette loi scélérate. On se souvient de ce dessin, où on représentait Valls et Maron portant un chapeau haut de forme de la Restauration. Et Khomri en crinolines. Un parfait résumé du projet ultra libéral du petit banquier. Et c'est ce candidat détesté du Peuple que l'on a eu in fine.

Pourquoi Mélenchon, roi des meetings fleuves, rempli de jeunes à ras bord, ne s'est-il pas retrouvé au second tour de la Présidentielle ? Ainsi, JLM est venu à Périgueux, a rassemblé 3000 personnes. Dont certaines venues par co-voiturage de Thiviers, voire du Lot.

Macron est venu en Dordogne : il a réuni à peine 500 personnes à Sarliac, surtout des retraités mécontents de la perte de leur pouvoir d'achat à cause de la hausse de la CSG.

Nous n'avons pas été nombreux à dénoncer l'arrivée par ruse à l'Elysée du petit banquier. Au mois de mai 2017, Alain Badiou le premier a dénoncé "le coup d'état démocratique" opéré par Macron : cf émission Public Senat de mai 2017, puis dans son ouvrage : "Éloge de la politique", édition Café Voltaire/Flammarion. La promotion de son livre a été brutalement interrompue par les sbires de la Macronie. Modestement, Dominique Kern et moi sur Facebook. 

Une intelligence moyenne, bénéficiant du soutien de ses adversaires :

L'homme a 50 mots de vocabulaire. Même Paul Ricoeur lui reproche sa faiblesse intellectuelle, son incapacité à d'argumenter, répondre à une critique, lorsqu'il siège au Comité de rédaction de la revue "Esprit" : anecdote racontée par Olivier Mongin, Directeur "d'Esprit" dans un dialogue avec Alain Badiou, voir vidéo Public Sénat mai 2017. Anecdote intéressante, tant les gens parlant "pour de vrai" de Macron sont rares. Tant l'image mensongère de sa supra intelligence, vendu à plein régime par son service de "com" a recouvert tout le reste.

Son pouvoir insolent s'est établi avec l'aide des partis traditionnels (LR et PS), qu'il feint de vouloir dépasser dans son discours/rideau de fumée "ni droite, ni gauche". Bien sûr, "ni droite , ni gauche", signifie "à droite toute !" : on avait compris. Régis de Castelnau a rédigé deux articles précieux, montrant que la sortie de l'affaire Benalla est due au bloc bourgeois, le même qui l'a placé à l'Elysée en 2017 : notamment les fillonnistes vaincus obligés de se rallier à Macron. Il à raison.

On complétera son analyse sur le versant gauche : Hollande et les socialistes ont été obligés de se rallier à Macron. Mais on n'a pas oublié la phrase de Hollande sur Macron : "il (Macron) a vécu une aventure féérique (inconnu hier encore, Président des le premier tour), dont il n'a pas conscience"(sic). Cette "aventure féérique", c'est, ni plus ni moins, que son imposition forcée, truquée aux français, qui n'en voulaient pas (voir meetings aux trois quarts vides) par la Bourgeoisie et le champ politico-médiatique.

De son côté, Mélenchon, loin de jouer son rôle de chef de l'opposition de gauche, nous bassine, en faisant l'éloge du Parlement, comme le nec plus ultra de la politique. En réalité, tous les amendements des députés de la FI sont mis à la poubelle. Ce qui n'empêche pas Corbière, Coquerel et JLM de jouer les derniers soutiens possibles à Macron.

Macron est un mensonge, une mystification. Mais il a bénéficié et bénéficie du soutien sans faille de ceux qui devraient être ses pires adversaires comme la direction de la France insoumise. Il est vrai que les députés LFI reçoivent 22 millions d'euros au titre du financement de la vie politique, pour se taire.

Dernièrement, pas un mot de Mélenchon sur la belle mobilisation de samedi contre la loi Sécurité globale : plus de 50 000 manifestants Place du Trocadéro, un petit miracle social !

Macron n'a pas de base sociale. Il ne "tient", que par le Mensonge majuscule de son service de "com" transformant un aventurier politique en pseudo Jupiter.

Grâce aussi à la Police assermentée ou non, qui casse du manifestant, éborgne les Gilets Jaunes, afin de faire échec à la colère populaire. La Police est la pierre angulaire et le dernier rempart de la Macronie.

La sortie de crise doit se faire ailleurs, dans un cadre extra parlementaire, avec le mouvement qui suivra les Gilets Jaunes. prenant la parole au nom du Peuple français. Dénonçant le mensonge Macron depuis le début. Dire que trois ans d'imposture, ça suffit.

Le rassemblement Le Peuple d'abord" se bat pour un changement social majeur et l'avènement d'un projet social, où chacune, chacun aura une vie décente et joyeuse.

 Voilà pourquoi, nous avons créé le rassemblement "Pouvoir au Peuple". Le Rassemblement "Pouvoir au Peuple" regroupe le PCRF, le PARDEM, le CNSJS, les "Insoumis démocrates", les "Franchement insoumis", le courant interne/externe à la FI : "Rupture, Pouvoir aux insoumis". Le porte-parole pourrait être Jacques Généreux ou Jacques Sapir ou Jacques Cotta.

Son programme en 23 points préconise notamment une sortie de la zone euro en plan A. Une politique de relance keynésienne à partir de l'augmentation substantielle des salaires, de nature à créer des centaines de milliers d'emplois. La création de 2 millions d'emplois pour les jeunes et chômeurs de longue durée dans le secteur associatif.

En Politique, il faut avoir le coeur bien accroché. Comme analyse avec lucidité Alain Badiou, la France est une opposition dialectique entre de grands moments de la Réaction et des bouleversements révolutionnaires profonds.

Après les années d'hiver libérales et cupides, le seul règne du profit, que nous avons hélas connus, de Mitterrand jusqu'à Macron, on peut donc prédire valablement un changement majeur et l'avènement d'un projet social, où chacune, chacun aura une vie décente et joyeuse.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.