Covid-19 : la Macronie a peur !

La Macronie a peur...de sa propre incompétence à gérer l'épidémie de covid-19...! Elle nous raconte des salades depuis le début de l'épidémie de coronavirus : connaissant l'existence du covid, depuis le retour de la délégation française aux JO militaires de Wu Han d'octobre 2019 : 258 malades du covid-19 sur 285 participants.

La Macronie a peur... de sa propre incompétence à gérer l'épidémie de covid-19 depuis le début. Elle nous raconte des salades depuis le début, connaissant l'existence du virus, depuis le retour de la délégation française aux JO militaires de Wu Han d'octobre 2019 : 258 malades du covid-19 sur 285 participants.

Elle a refusé de nous soigner lors de la première épidémie de covid-29 : pas de masques, gel hydro-alcooloqie, antibiotiques, chloroquine, tests, lits de réa, etc.

L'Allemagne a eu de meilleurs résultats que nous (moins de morts du covid-19), car elle a utilisé massivement la chloroquine, à la différence de la Macronie, qui préférait engraisser les labos avec le Remdevisir, médicament inefficace et hors de prix. Et naturellement le "vaccin" miracle.

Pas de contrôles aux frontières : n'importe qui pouvait entrer et sortir, sain ou malade. La France est le seul pays européenne à ne pas avoir fermer ses frontières : encore une fois, l'Allemagne a fermé ses frontières, réagissant en nation qui se protège.

Aujourd'hui, on nous parle de supposée "seconde vague", "comptabilisée" sur la base de tests positifs, avec un CT supérieur à 35, englobant des personnes saines et des malades : du grand n'importe quoi.

Le premier confinement a tué plus de malades que prévus, si on avait utilisé la chloroquine analyse le Professeur Christian Perronne.

Il a aussi flingué notre économie, rétrogradée de la sixième à la dixième place : aucune mesure sérieuse n'a été prise pour lutter contre le chômage massif (900 000 destructions de postes) généré par un confinement trop long et inutile. Paralysant les personnes non contaminées qui pouvaient travailler et sauver notre économie.

Le Professeur Didier Raoult enfonce le clou : "C'est très embêtant d'avoir des gens aux manettes qui sont terrifiés", cf Entretien pour Marianne du 25 septembre 2020. Non seulement, on assiste à une gestion du Peuple français "par la peur" : mais surtout, le Pouvoir stratège, capable d'anticiper et de soigner une épidémie a disparu, "au profit" d'un ministre de la santé, qui ne cache pas sa peur, comme le montrent les images de sa dernière interview hier sur BFMTV.

Imagine-t-on le Général de Gaulle en train de cailler de trouille, en présentant un plan de lutte sanitaire contre une épidémie ?

Mélenchon s'en tient à des généralités pseudo démocratiques. Noie les véritables problèmes derrière des considérations "démocratiques" : comme si la France était toujours en démocratie.... ?! Quand jouera-t-il enfin son rôle de chef de l'opposition face à Macron ?

Le Professeur Perronne, chef de service des maladies infectieuses à l'hôpital de Garches, appelle le peuple français à se révolter contre ce gouvernement,  créant une épidémie de toute pièce pour nous bâillonner avec les masques ! « C'est une attaque frontale contre le peuple. Le peuple français doit se révolter ! » dit-il.

Quand est-ce que les sans nom, les sans grade se révolteront-t-il clairement contre Macron, auteur de tout ce ratage XXL ??? 

Aujourd'hui la vérité est crue : la Macronie ne sait pas comment retourner la situation à son avantage.

Comme disait Lénine : "la crise, c'est quand ceux d'en bas n'en veulent plus. Et que ceux d'en haut n'en peuvent plus" (sic), cf son ouvrage :  "La maladie infantile du communisme".

Un mouvement anti-Big Pharma et son bras armé politique est en train de se  former, s'appuyant notamment sur les réseaux sociaux. "Une nouvelle vérité politique accède à l'existence", aurait dit  Alain Badiou dans son ouvrage : "Le réveil de l'Histoire", édition Lignes, 2011. Et fait exister publiquement les invisibles que nous sommes, que l'on n'a même pas cherché à soigner au printemps dernier...!

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.