Duflot : retourne à la maison !

1°)- Brigitte Pascall : je reposte un billet Médiapart du 15 mars 2015, que je viens d'actualiser ce matin à propos de Duflot. Mais qui vaut également pour Pompili, De Rugy, Manon Aubry, Alice du XIIème arrondissement... :

2°)- Article de 2015 actualisé :

"Duflot, tu viens de parler. Dans une interview dans libération, tu annonces une rupture confirmée avec le PS. Ceux qui seraient tentés de retourner avec Hollande n'auront plus leur place dans EELV. Et hier, on apprend par un article de "la Tribune", que tu poses tes conditions, pour rentrer au Gouvernement PS, ne le trouvant pas assez ceci assez cela : telle une star faisant un caprice dans sa salle de bain.

Pourquoi, Cécile, te reprocher tes reniements, toi qui est, mieux qu'une girouette, une véritable rose des vents à toi toute seule...? Pourquoi te reprocher ta constance dans l'inconstance, tes prises de positions qui se contredisent ? Pourquoi te reprocher ton âme de trucs et de toc, ton périple politique, sur le lac gelé des petites soupes politiques alternées, toujours en arabesques imprévisibles ? Pourquoi te le reprocher, toi et ton européisme béat, comme tous les responsables EELV de ta race : les Placé, Pompili, Cosse, les De Rugy, que j'ai été obligée de me taper samedi dernier, à "Politiquement Show," bavant ses mensonges contre le Front de Gauche, l' accusant d'être "tout nucléaire"(sic) : alors que JLM n'a pas eu de mots assez durs, après la catastrophe de Fukushima ?

Au passage, tu n'as pas trop mouillé la chemise, à dénoncer sans nuance le patron de TECPO, répandant la Mort majuscule dans toute la région de Fukushima : les enfants morts par sa faute, les animaux sacrifiés, agonisant de façon lamentable, une zone sanctuarisée pour toujours. Alors, responsables EELV, vos leçons anti-nucléaires, gardez les vous. Moi, à 20 ans en 1980, avec d'autres écologistes, je squattais la centrale de Braud-Saint-Louis près de Bordeaux : à une époque, où on te lisait Blanche-Neige, tandis que tu faisais des bâtons sur un cahier à deux lignes. Nuance ... !

Mon horreur du nucléaire remonte à ces années là : et surtout, quand un ami mathématicien m'a expliquée :"avec le nucléaire, on change totalement d'échelle : UN KILO D'URANIUM DEGAGE AUTANT DE COMBUSTION QUE 2 100 TONNES DE CHARBON SOIT 110 WAGONS DE 32 TONNES"(sic). Le mensonge nucléaire, ce n'est pas de masquer le coût financier futur du démantèlement, le stockage des déchets,...Non, le mensonge nucléaire, c'est de faire croire au public qu'on va encore RAISONNER avec notre bonne vieille logique cartésienne, " 1+1 égal 2", alors que sur la planète nucléaire, "1 + 1 n'équivaut plus du tout à 2....Et que l'on joue sur un autre espace temps-énergie...

Voila ce que j' aimerais entendre, dans la bouche de tes bras cassés, sans oublier Benhamias, ex-Secrétaire du PSU, que Hollande vient de recevoir 9 fois, pour qu'il soit ministre. J'aurais pu également te reprocher ton européisme imbécile, alors qu'il n'a jamais été aussi urgent de sortir de la zone euro, mais le temps me manque....

JLM n' est pas né de l' oeuf, comme il aime à le dire....S' il a fait alliance avec toi, c'est uniquement pour ces militants écolos de base, dont la sincérité en remontrerait à ta bande de vieux crocodiles de la politique. Maintenant, tu pourras te démener, raconter tout ce que tu veux : tu n'empêcheras pas la grande Histoire de s'écrire. "Les grandes idées, les grandes choses, naissent dans le silence le plus profond, sur des pattes de mésange" disait Albert Camus. Mireille ALBRECHT, fille de Berthie ALBRECHT, grande résistante, racontait comment la Résistance, à ses débuts, c'était à peine 2% de la population.... !

Alors, peut être, si tu prêtais l' oreille, entendrais-tu le doux remue-ménage tranquille de la vie et de l' espoir. Un espoir suscité par des millions de solitaires, de la gauche critique, qui travaillent ensemble : notamment les Insoumis critiques, le PRCF, le PARDEM , et le CNSJS, regroupés dans le Rassemblement "Le Peuple d'abord", avec un porte-parole comme Jacques Généreux, Jacques Sapir ou Jacques Cotta. Et dont le programme en vingt points fait resplendir un autre espace des possibles, une autre Vérité plus humaine, véritablement au service du PEUPLE, des sans nom, des sans grade de l' Histoire, abandonnés de tous avec leurs problèmes de manque d'argent et d'emploi...

Et toi, tu ne pourras pas empêcher, avec tes magouilles à deux balles, à cette société alternative d'émerger, de s'imposer, devenir la nouvelle réalité politique de demain. Réalité où, bien sûr, tu ne seras pas, toi et tes potes. Mais, crois-moi, personne ne te regrettera, personne ne sortira son mouchoir pour sécher quelques larmes ....Personne ne te lira Blanche-Neige, pour te consoler, comme on le faisait lorsque tu avais cinq ans......

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.