Cette France que je déteste, obtus, fermée et sans âme...

Ici, une histoire comme il en existe des centaines d'autres un peu partout sur notre territoire où la "connerie" administrative veut renvoyer un père dit « en situation irrégulière » dans son pays d'origine, en le séparant de ses deux enfants (parce que nés en France) et son épouse. Séparer une famille au nom de quoi ?

« Expulser papa » seule réponse de la préfecture à une famille demandeuse de régularisation. Une histoire comme il en existe des centaines d'autres un peu partout sur notre territoire où la "connerie" administrative veut renvoyer un père dit « en situation irrégulière » dans son pays d'origine, en  le séparant de ses enfants nés en France et donc protégés et de son épouse. Séparer une famille au nom de quoi ?

Colère de voir cette France si obtus, fermée et sans âme...
Cette France que je déteste par son inhumanité administrative !

Butrint & Dafina Popaj sont arrivés en France en 2011, où sont nés leurs deux enfants âgés aujourd’hui de 5 et 9 ans. Une famille « sans histoires », comme on dit poliment de ces gens qui ne troublent pas l’ordre public. En attente de régularisation depuis 2019, l'horizon qu'offre la France à Butrint Popaj, père de famille de deux enfants scolarisés à Bordeaux, se préciser ces dernières semaines, comme introduit Woggi dans son billet de blog. Expulsés de leur domicile fin Août dernier, la famille est laissée à la rue et le père placé en rétention. Comme perspective, ce dernier se voit à présent offrir son billet de retour, seul, sous escorte policière, pour le Kosovo... Lire leur histoire ici.

La famille Popaj au complet, quelques jours avant le placement en rétention du père La famille Popaj au complet, quelques jours avant le placement en rétention du père

Une lettre ouverte a été adressée aux élus et représentants des institutions dans l’espoir de rendre cette situation visible et d’y trouver une issue favorable.

Vous pouvez aussi soutenir cette famille et suivre l’avancée des démarches via la page Facebook SoutienAuxPopaj

Ici, c'est l'histoire d'une famille face à une situation qui n'est pas la seule. Notre pays, patrie des Droits de l'Homme, a perdu la raison et son humanité. Cela doit changer ! 

Un triste exemple comme il en existe tant d'autres et qui montre un Etat qui ferme les yeux sur son quart monde, qui l'entretien et maltraite ceux et celles qui aspirent à un nouveau départ avec une administration inhumaine, obtus, fermée et sans âme !

Je suis attristé par cette histoire et toutes celles semblables à celle-ci, démunie de ne pas pouvoir faire plus que ces quelques mots que je couche ici ans ce billet de blog. Je n'ai pas de solution toute faite. Je n'ai pas le temps de m'investir plus que cela, déjà engagé sur d'autres luttes et ne pouvant pas me démultiplier.

Force et courage aux milliers de bénévoles qui agissent sur le terrain pour venir en aide à ces hommes, femmes et enfants venus sur notre sol dans l'espoir d'une vie meilleure. Cette France étatique qui oublie qu'un Français est un étranger qui est là depuis un plus longtemps qu'un autre. Nous avons tous et toutes à gagner des uns/unes et des autres.


Les demandeurs d’asile qui fuient leur pays et se retrouvent en France, sont en quête d’une protection internationale. Il en est beaucoup question dans l’actualité, notamment quand il s’agit d’hébergement. Rue89 Strasbourg détaille ce parcours complexe et éprouvant faisant intervenir au moins quatre administrations françaises et qui peut durer jusqu’à deux ans.. – à lire ici

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.