Bruno Hubacher
blogueur progressiste
Abonné·e de Mediapart

130 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 oct. 2020

Event 201

En matière de lutte contre les pandémies, le « Centre pour la sécurité sanitaire » (1), affilié à l’université privée Johns Hopkins à Baltimore, prône le partenariat public-privé, de préférence privé, un concept, plus connu sous le nom de néolibéralisme, concept qui par ailleurs tente de faire ses preuves depuis les mandatures du regretté Président Ronald Reagan (1981-1989).

Bruno Hubacher
blogueur progressiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ainsi c’est à New York que la Directrice-adjointe du centre, Anita Cicero, ouvre, le 18 octobre 2019, un nouvel exercice de gestion de crise « fait maison » sous l’appellation « Event 201 ».

« En tant que directrice-adjointe du « Johns Hopkins Center for Health Security » et au nom de nos partenaires, le « World Economic Forum » et la « Fondation Bill et Melinda Gates », je vous souhaite la bienvenue à notre exercice de simulation de déclenchement d’une épidémie planétaire « Event 201 ». »

Dans une introduction à l’exercice, sur son site internet, le centre avertit : « Ces dernières années, le monde a connu un nombre croissant de pandémies, au point que pas moins que 200 incidents sont à déplorer chaque année au niveau mondial. Des experts s’accordent à dire que ce n’est qu’une question de temps que ces épidémies locales deviennent une menace globale. Il est donc crucial d’établir d’ores et déjà une coopération efficace entre les secteurs publics et privés. »

Il est intéressant de constater que parmi les membres de la cellule de crise « ad hoc » il n’y a aucun membre élu du secteur public. (2) En outre, Il n’est pas moins « intéressant » que, dans une interview, accordée au quotidien allemand « Die Zeit » le 21 septembre 2020, le Président du co-sponsor de l’événement, le « World Economic Forum », Dr. Klaus Schwab, abjure le néolibéralisme, en appelant à une « redéfinition du capitalisme global », un aveu d’échec lourd de sens.

Il faut dire que les exercices pandémiques sont un peu la marque de fabrique de la « maison Hopkins ». Le plus connu est peut-être l’opération « Dark Winter » entre le 22 et le 23 juin 2001 sur la base militaire « Andrews Air Force » dans le Maryland, concoctée par Dr. « Strangelove » Thomas Ingelsby, à nouveau animateur de la version « Event 201 », mettant en scène une attaque bioterroriste contre la ville d’Oklahoma City par la propagation d’agents pathogènes causant la variole. 

Il faut dire aussi que le « secteur public » fut mieux représenté dans la « cellule de crise » à l’époque. Il y avait au moins le gouverneur de l’Oklahoma, Frank Keating, pour défendre sa capitale, ainsi que d’anciens haut fonctionnaires de la CIA et du Pentagone.

Davantage que pour la version « Event 201 », les médias furent également bien représentés avec des reporters des chaînes de télévision BBC, NBC et CBS. Pour la presse écrite on remarque la présence de la journaliste Judith Miller du « New York Times », connue pour avoir propagé la rhétorique guerrière du Pentagone lors de l’invasion de l’Iraq en 2003, en ayant diffusé, en 2002, de fausses preuves, suggérant que le gouvernement iraquien détenait des « armes de destruction massive » (WMD), le « casus belli » avancé pour l’invasion, et pour une guerre qui a causé la mort d’un million de civils iraquiens.

Pourtant un des piliers majeurs du dispositif de 2001, les représentants des médias sont quasiment absents de la cellule de crise de la version « Event 201 ». C’est peut-être qu’en 2019 les médias font déjà partie des opérations « in-house » des multinationales.

Ce qui fut, peut-être, en 2001, en l’absence d’un ennemi à abattre, une opération marketing du Pentagone et du complexe militaro-industriel l’est peut-être, en l’an 2019, pour le complexe pharmaco-industriel.    

  • Le « Johns Hopkins Center for Health Security » est une ONG, affiliée à l’école « Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health » à Baltimore (Maryland), partie intégrante de « l’Université Johns Hopkins », et création, en 1916, de la Fondation Rockefeller dont elle doit une partie de son nom actuel au milliardaire et ancien maire de New York, Michael Bloomberg et à sa généreuse contribution de 2,9 milliards USD.
  •  Membres de la cellule de crise « Event 201 »

 Professeur Dr. Thomas Ingelsby, Directeur du « Centre pour la sécurité sanitaire » de l’école « Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health ».

Dr. Latoya Abbott, responsable du département « santé au travail » du groupe hôtelier « Marriott International »

Sofia Borges, responsable du bureau new yorkais de l’ONG « UN Foundation », lancée en 1998 grâce à un don du milliardaire Ted Turner, fondateur de la chaîne de télévision CNN, d’un milliard USD

Bradford Connett, Président de l’entreprise américaine « Henry Schein Inc. », un des plus importants fournisseurs de dispositifs et prestations médicales planétaires

Dr. Christopher Alias, Président du département « Global Development Divison » de la « Fondation Bill & Melinda Gates »

Dr. Timothy Grant Evans, Directeur à l’Université McGill à Montréal, ancien Directeur du département « Santé & Nutrition » de la Banque Mondiale

Dr. George Gao, Directeur-général du « Centre chinois de contrôle et de prévention de maladies infectieuses », une agence de santé public du gouvernement chinois, le pendant chinois des CDC américains

Dr. Avril Haines, conseillère juridique au « Conseil de sécurité nationale » dans l’administration Obama, ancienne Directrice-adjointe des services de renseignements CIA

Jane Halton, membre du conseil d’administration de la Banque ANZ Bank (Australia and New Zealand Banking Group)

Matthew Harrington, Directeur général du groupe de communication « Edelmann », spécialisé dans la promotion et protection de marques déposées (« We must depoliticize health » edelmann.com)

Martin Knuchel, Directeur du département « Urgences & continuité » du groupe « Lufthansa »

Eduardo Martinez, Directeur des opérations « Diversité & inclusion » et « Philanthropie et engagement social de la main d’oeuvre » du groupe américain « United Parcel Service » UPS

Stephen Redd, Directeur-adjoint de la section « Santé publique » des agences fédérales de santé publique « Centers for Disease Control and Prevention » CDC

Hasti Taghi, Directrice des ressources humaines « NBCUniversal Media » une filiale de « Comcast » le premier câblo-opérateur américain

Adrian Thomas, Vice-président du département « Santé publique globale » du groupe pharmaceutique américain « Johnson & Johnson »

Lavan Thiru, responsable du bureau new-yorkais de « l’Autorité monétaire de Singapore »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire