Bruno Jaffré
Historien de la révolution du Burkina Faso (83 - 87), biographe du président Thomas Sankara, militant associatif, membre de SURVIE, journaliste occasionnel, ingénieur de recherche dans une grande entreprise, ancien professeur de mathématiques
Abonné·e de Mediapart

99 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 juil. 2022

Blaise Compaoré doit être arrêté s’il rentre au Burkina

Le retour de Blaise Compaoré dans son pays était en préparation depuis un moment. Une véritable provocation pour les anciens insurgés qui ont chassé Blaise Compaoré en 2014. Le précédent Président, Roch Marc Christian Kaboré l'avait promis lors de la dernière campagne électorale. Ci-joint la réaction du réseau international Justice pour Sankara justice pour l'Afrique

Bruno Jaffré
Historien de la révolution du Burkina Faso (83 - 87), biographe du président Thomas Sankara, militant associatif, membre de SURVIE, journaliste occasionnel, ingénieur de recherche dans une grande entreprise, ancien professeur de mathématiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué

 Les informations nous sont parvenues dans la nuit du 5 au 6 juillet. Blaise Compaoré s’apprêterait à séjourner au Burkina afin d’engager des discussions sur la « réconciliaton ».

 À peine trois mois après la condamnation à la perpétuité de Blaise Compaoré pour l’assassinat de Thomas Sankara et de ses compagnons, le pouvoir issu d’un coup d’État militaire, dont la légitimité apparait fragile, prépare son amnistie. Il affiche ainsi clairement son mépris pour la justice de son pays, suivant en cela Blaise Compaoré qui a refusé de comparaitre lors du procès.

Peu de temps auparavant on apprenait que Djibril Bassolé, condamné à 10 ans de prison pour le putsch de septembre 2015 contre la Transition, menait une intense campagne diplomatique au service de Blaise Compaoré, alors qu’il avait été évacué en France pour raison sanitaire.

Ce pouvoir nous ramène au temps les plus sombres de l’impunité. De nombreux crimes économiques, tortures, et assassinats restent impunis dans le pays ce qui explique largement la déliquescence dans laquelle s’enfonce le Burkina.

La population avait largement exprimé sa sympathie aux militaires lors de leur prise du pouvoir en janvier. Elle espérait qu’ils allaient rapidement engranger des victoires contre les différents groupes armés qui sèment l’insécurité sur une bonne partie du territoire.

Incapable d’inverser la tendance, ce pouvoir apparait plutôt s’engager pour la restauration de l’ordre ancien, du temps de Blaise Compaoré au pouvoir. Faut-il encore rappeler la longue liste des crimes, trafics en tout genre et complicités dans les exactions ou les guerres auxquelles il a participé au Libéria, en Sierra Leone, en Côte d’Ivoire, ou en contournant les embargos notamment pour le chef de guerre Jonas Savimbi en Angola.

Face à cette nouvelle forfaiture, nous appelons les forces démocratiques éprises de justice au Burkina et ailleurs dans le monde à protester massivement pour la mettre en échec.

Nous demandons à la justice burkinabè, indépendante du pouvoir politique, d’exécuter sa décision judiciaire en le mettant aux arrêts dès son arrivée sur le sol burkinabè

Nous exhortons la Cour pénale internationale à engager une procédure contre Blaise Compaoré pour sa complicité active dans les nombreux crimes commis dans les pays voisins qui restent à ce jour impunis.

Puisque sa santé semble le permettre vue l'activité diplomatique qu'il déploie dans différents pays étrangers, nous exigeons que Djibril Bassolé retourne purger sa peine en prison au Burkina.

Fait à Ouagadougou, Montpellier, Sabadel (Catalogne), Paris, Bobo Dioulasso, Toronto, Nïmes, Barcelone, Ottawa, Albany, New YORK, Banfora, Turin, Ajaccio, Las Palmas, Agadir,  Marseille, Niamey, Bâle, Bamako, Grenoble, Oxford, Dakar, Munich  le 6 juillet 2022

Le réseau international justice pour Sankara justice pour l’Afrique

Soutenu par Alternative Espaces Citoyens (Niger), Forum Civique Bamako (Mali), REPADD Niger (Réseau Panafricain pour la Paix , la Démocratie et le Développement, Groupe de travail sur le Panafricanisme Munich (Allemagne), CADTM (Comité pour l’abolition des dettes illégitimes), SURVIE (France), Per a Pace (Corse), FuturAfrik (Allemagne), AFASPA (Association d'amitié et de solidarité avec les peuples d'Afrique)

Contact : contactjusticepoursankara@gmail.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Canaux contre tuyaux : la guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals, petits canaux permettant d’acheminer l’eau, sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Aux États-Unis, le Sénat adopte un plan climat sans ambition sociale
Par 51 voix contre 50, le Sénat des États-Unis a adopté le plus ambitieux plan climat de l’histoire du pays, prévoyant une enveloppe de 369 milliards de dollars pour réduire de 40 % les émissions de CO2 entre 2005 et 2030. Mais le volet social a été très largement sacrifié.
par Romaric Godin
Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir

La sélection du Club

Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes