Quelle Europe voulons-nous?

En Espagne, alors que le gouvernement de Pedro Sánchez (coalition de gauche) préconise le dialogue et la « décrispation », nationalistes et sécessionnistes avancent leurs pions …

 

https://www.elmundo.es/baleares/2020/02/12/5e42f617fc6c83e7098b45b6.html

 

     Aux Baléares (Espagne), le syndicat d’enseignement majoritaire STEI, d’obédience catalaniste[1], demande au gouvernement de la région que « tous les membres des jurys de concours d’enseignement connaissent [notre] langue[2], soient de la spécialité correspondante (ou soient qualifiés dans cette spécialité), et, de toutes façons, que ce soient des personnes des Pays Catalans[3], qui dominent la langue. »

Des personnes des Pays Catalans ? Qui y sont nées, ou bien d’origine catalane, ou qui ont « l’air catalan » ?

Il y a là matière à réflexion et à … inquiétude.

     Au même moment, en Catalogne, la maire du parti Junts per Catalunya (le parti de M. Puigdemont) d’une petite ville pro-indépendantiste, Vic, parle de « personnes qui ne sont pas catalanes par leur aspect » et de « caractéristiques physiques des Catalans ». Son parti croirait-il qu’il existe une race catalane ?[4]

Vox n’aurait pas fait mieux …

 

Ça se passe en Espagne, en Europe, au XXIème siècle …

 

 

[1] Pour la tentative de mainmise des sécessionnistes catalans sur la région de Valence, voir mon billet "Les nouveaux impérialismes", https://blogs.mediapart.fr/bruno-knez/blog/270519/les-nouveaux-imperialismes. De même, ils sont en passe d'étendre le catalan aux Baléares au détriment de la langue locale, le majorquin.

[2] C’est-à-dire le catalan.

[3] Pays fictif, pour l’instant, objectif du « nation building » entrepris par les sécessionnistes catalans en Espagne, qui englobe la Catalogne Nord (partie française de la Catalogne), la Catalogne espagnole, la région de Valence et les Baléares.

[4] https://cronicaglobal.elespanol.com/politica/alcaldesa-vic-cree-catalanes-autoctonos-fisico_317672_102.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.