Son blog
10 abonnés Le blog de bruno knez
Voir tous
  • Profession de foi de Zelensky au capitalisme financier nord-américain.

    Par
    Dévastée par une guerre d'empires, l'Ukraine est promise à l' "American way of life" dans un avenir radieux par Zelensky et son entourage ultranationaliste et/ou otanisé. Malgré l'horreur de la guerre, le "big business" se poursuit à travers des déclarations dignes de spots publicitaires.
  • Anglo-saxonisme et “fake news” : une longue tradition au service de l’impérialisme.

    Par
    Les pays anglo-saxons n'ont eu de cesse de discréditer leurs rivaux par la propagande tout au long de l'histoire, par exemple de dénaturer l'action de l'Espagne en Amérique. À l'heure où le morcellement des pays est présenté comme une solution pour "libérer" les peuples, il convient de mener une véritable réflexion sur la notion d'empire comme construction fédératrice, ferment de métissage.
  • La subtile ambiguïté du film d’animation Josep (2020, Aurel) (II)

    Par
    « Tu te caches derrière tes lignes. Tu restes loin de ton sujet. Tu caricatures parce que ce que tu as vécu, ce que tu gardes dans ta mémoire, te fait peur. Le jour où tu accepteras enfin la couleur, tu auras apprivoisé ta peur » (citation de Frida Kahlo, extraite du scénario du film d’animation Josep (2020) d’Aurel).
  • La subtile ambiguïté du film d’animation Josep (2020, Aurel)

    Par
    Josep, film sombre et radieux, pourrait être un récit attachant de transmission. On y décèle pourtant l’empreinte discrète du nationalisme catalan qui commue l’histoire en histoire officielle. C’est précisément par le fil de la transmission, de la séduction de l’affect que des institutions dévoyées aujourd’hui tentent de façonner les nouvelles générations conformément à une idéologie intolérante.
  • La guerre de sécession contre la Nation des Espagnols, Jesús Rul.

    Par
    " Tout cela ne pouvait être qu'un accès premier de rage insensée, se disait-on. Au XXème siècle, cela ne peut pas durer. Mais cela n'était que le commencement." Stefan Zweig, Le Monde d’hier.