Emmanuel Macron aurait fait don de son corps à la science

Pétain avait fait don de sa personne à la France pour atténuer son malheur, Macron fait don de son corps à la science pour le bonheur de l'humanité.

Il a beaucoup hésité entre le don d’organes et le don de son corps, c’est Brigitte Macron qui lui a conseillé de faire don de son corps en arguant que « chez Macron tout est bon ».

Le président s’est laissé convaincre, « pas de fausse modestie » aurait-il dit à son entourage quelque peu perplexe, c’est ce qui a fait pencher la balance en faveur de Brigitte qui a finalement emporté le morceau, la famille Macron étant par nature allergique à toute forme de fausse modestie.

Faire don de son corps à la science a un coût qui est à la charge du donateur, entre 200 et 900 euros : Emmanuel Macron a rempli le formulaire et joint un chèque de 9000 €, soit dix fois le montant maximum.

Interrogé par quelques rares journalistes scrupuleux qui, bien informés, se sont étonnés du montant versé, Emmanuel Macron a expliqué que « l’excavation de mon cerveau risquait de prendre beaucoup de temps et nécessiterait des moyens considérables ». La logistique, les moyens humains, il connait !

Il s'agit d'un compromis typique chez ce président  : Emmanuel Macron a bien fait don de son corps à la science, mais a exigé, en même temps, que son cerveau soit conservé, analysé, exposé, formolisé.

Percer le mystère du cerveau d'Emmanuel Macron pourrait s'avérer très utile en cas de nouvelle pandémie, l'épidémiologie ferait un gigantesque bond en avant.

Vient ensuite l’épineuse question de l’enterrement.

Il faut savoir que le corps des donateurs – 2600 par an – fait l’objet d’une crémation anonyme au Père-Lachaise, les cendres sont ensuite dispersées au cimetière de Thiais – 94 – où une stèle est érigée en leur mémoire.

La famille Macron étant par nature allergique à toute forme de fausse modestie, il a été décidé que la stèle de Thiais serait rebaptisée « Stèle Emmanuel Macron », la foule reconnaissante pourra se recueillir.

L’épitaphe a été un âpre sujet de discussion entre Brigitte, ses enfants, ses petits-enfants, ses arrière-petits-enfants et Emmanuel Macron.

« J’ai gagné en profondeur » suggéré par un arrière-petit-fils n’a pas été retenu, le gamin facétieux a été puni, l’humour a ses limites !

« Ci-git Emmanuel qui fit plus de mal que de bien. Le bien qu’il fit, il le fit mal, le mal qu’il fit, il le fit bien ». Signé Bruno Painvin, mais je ne fais pas partie de cette honorable famille …

La famille Macron étant par nature allergique à toute forme de fausse modestie, il a été décidé de s’en référer à Dieu, maître étalon de la grandeur humaine, épicentre de tout.

« Puisque Jésus est assis à la droite de Dieu, je suis à sa gauche ».

Ambitieux. Sobre. Politiquement astucieux, même mort, Emmanuel continue le combat pour une gauche et un centre dextrogyre !

Mais il y a un problème : si Jésus est Dieu, comment se fait-il qu’il soit placé à sa droite ? Pourquoi faudrait-il que Macron soit à gauche ?

La réponse est simple : « Dieu est trinitaire et donc, il est absolument légitime et compréhensible que le Fils soit à la droite du Père parce que le Fils n’est pas le Père, le Père n’est pas le Fils, le Fils n’est pas l’Esprit, l’Esprit n’est pas le Fils, l’Esprit n’est pas le Père » explique Florent Varak. https://florentvarak.toutpoursagloire.com/si-jesus-est-dieu-assis-a-la-droite-de-dieu/

Toutpoursagloire est un site dont le titre avait tout pour intéresser Emmanuel Macron, l’explication donnée est lumineuse, on dirait du Macron dans le sex texte, il y a du « en même temps » et du « ni l’un ni l’autre », c’est donc en toute logique qu’il a finalement opté pour une épitaphe « trinitaire » :

« Dieu, son fils et moi ».

Oui, il y a quelque chose de sacré chez Macron.

Sacrément quoi ?

Envahissant, oui, mais pas que ...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.