Bruno Painvin

Nouvelliste et spectateur engagé.

Auvergne-Rhône-Alpes. - France.

Sa biographie
Anciennement dirigeant d'entreprises, ex consultant, écrivain et philosophe à mes heures, toujours à la recherche d'une gauche qui reste à inventer dans le sillage de PMF et de Chevènement, anarchiste le temps qu’elle arrive, méfiant à l'égard de tous les pouvoirs, ennemi déclaré du néo-libéralisme ambiant, je pourfends la connerie sous toutes ses formes. La mienne aussi, la mienne d'abord !
Son blog
171 abonnés Contre la connerie envahissante.
Ses éditions
Voir tous
  • J’ai perdu toute estime de moi

    Par
    La question n'est plus de comprendre le projet politique d'Emmanuel Macron, ni de savoir qui va remplacer Gérard Collomb...le vrai sujet concerne sa personnalité, sa psychologie, ses dérives verbales et comportementales qui se multiplient au vue et au su de tout le monde. Passer du registre de la politique à celui de la psychiatrie est bien le signe d'un malaise très profond.
  • Yvonne, ma voisine, internée dans une unité d’urgence psychiatrique

    Par
    Regarder la télévision peut provoquer des maladies cardiovasculaires, des dépressions voire des suicides. Pire que le tabac, plus nocif que l'alcool, la télévision crée un sentiment de dépendance dont on commence à comprendre les mécanismes. Et les conséquences. C'est grave, docteur, très grave !
  • Saucisson lyonnais sur pommes de discorde nappé de son coulis de déconfiture

    Par
    Emmanuel Macron souffre de reflux gastro-œsophagiens, les symptômes s'aggravent et se multiplient : troubles de la vision politique, irritations, hypertrophie libérale, autisme, hémorragies ministérielles, constipation constitutionnelle, ulcère écologique et maintenant un cancer du Collomb. Ses soutiens restent optimistes et parlent d'une réanimation européenne...rein n'est moins sûr !
  • Je descends du singe

    Par
    Aux Antilles, Emmanuel Macron fait semblant de se rapprocher du peuple pour mieux lui glisser à l'oreille ce tendre message d'amour « je ne changerai pas de politique ». Il se dit « fidèle » en politique comme en amour, de quoi rassurer tous les cocus.
  • Il y a un problème ? vous préférez que je parte, c’est ça ?

    Par
    Il y a des questions nettement plus embarrassantes que d'autres... nous ne sommes pas des brutes insensibles ou des monstres assoiffés de vengeance, non, bien sûr, mais…
Voir tous