Bruno Painvin
Nouvelliste et spectateur engagé.
Abonné·e de Mediapart

734 Billets

2 Éditions

Billet de blog 3 févr. 2020

Les députés LaREM sont-ils plus « cons » que les autres ?

Aurore Bergé, comme beaucoup de députés LaREM, est confrontée à un cruel dilemme : être loyale et conne « en même temps » ou bien être traître et intelligente « en même temps ». Pas facile...

Bruno Painvin
Nouvelliste et spectateur engagé.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Aurore Bergé, députée de la 10e circonscription des Yvelines – Rambouillet-Saint-Arnoult-en-Yvelines – est une femme politique qui, en matière de connerie, sait de quoi elle parle puisqu’elle a, tour à tour, soutenu Valérie Pécresse, Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, Nadine Morano, Jean-François Copé et bien d’autres encore.

En janvier 2017, elle participe au lancement de Droite-lib, « un mouvement pro-Fillon et anti-Macron », fondé par Virginie Calmels.

C’est donc très logiquement qu’elle décide de soutenir, six mois plus tard, Emmanuel Macron, « sans aucun opportunisme » affirment ses proches sans rire, deux petits mois après son élection ; et sans « esprit partisan », on veut bien les croire.

Un tour d’horizon dextrogyre étourdissant qui lui donne une incontestable crédibilité pour s’étrangler devant la connerie de ses nombreux nouveaux amis, elle parle en tant que porte-parole du groupe LaREM, c'est dire si ce poste lui va comme un gant, ses mots ont du poids.

Écoutons la porte-parole présidentielle s’exprimer il y a deux heures à peine « Nous sommes pris entre deux feux : d'un côté, l'opinion qui, à raison, dit qu'on a déconné et de l'autre, une partie de l'exécutif qui nous traite de cons. Les cons, ce sont des députés qui ont juste été loyaux à l'égard du gouvernement ».

Aurore Bergé est lucide sur l’état de l’opinion publique, consciente de faire partie d’une équipe de bras cassés qui « déconne », parfaitement au fait d’être la risée de l’exécutif qui n’hésite pas à les « traiter de cons ».

Nous sommes très loin de la langue de bois et des éléments de langage habituels de la macronerie, c’est probablement ça la nouvelle stratégie de communication gouvernementale, le fameux « Acte 2 » du quinquennat tel que l’a esquissé Emmanuel Macron.

La députée des Yvelines fait allusion à un ténor de la macronerie qui avait affirmé de son côté que « Les députés LREM sont cons » et qu'ils « ne savent pas faire le boulot », il s’exprimait dans Le Parisien de dimanche donnant donc raison au Conseil d’État qui vient de retoquer la réforme des retraites ainsi que la « circulaire Castaner » avec son  « nuancier » fumeux destiné à noyer dans un amalgame de « sans étiquette » une inévitable déroute électorale de LaREM lors des prochaines municipales.

Une unanimité émouvante autant que déconcertante.

Le choix des députés macronards est cornélien : être loyaux et cons « en même temps » ou être traîtres et intelligents « en même temps ».

Cruel dilemme de l’emmêmetemptisme.

La connerie a encore de beaux jours devant elle, pour s’en convaincre il suffit d'écouter Murielle Pénicaud se justifier d’avoir repoussé le projet de loi UDI  en séance, à l’Assemblée nationale « Que le congé pour deuil dure cinq ou douze jours, il ne permet pas de se remettre et de compenser le traumatisme ». Elle enfonce le clou en refusant que les entreprises payent, seules, la note, ce que le patron du MEDEF a finalement dénoncé à juste titre.

« Quand on s'achète de la générosité à bon prix sur le dos des entreprises, c'est quand même un peu facile », a tenu à argumenter la députée LaREM Sereine Mauborgne venue au secours de sa ministre.

« Quand on s'achète de la générosité à bon prix...c'est quand même un peu facile » !

Deux femmes qui franchissent sans rougir le mur de la honte absolue !

Pas de doute, ce sont bien des cons. Et des connes !

Parole d’un père qui a perdu un de ses enfants il y a deux ans.

Des cons, mais pas seulement…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
L’« année zéro » de la diplomatie allemande
La Russie vient de donner une rude leçon de géopolitique à l’Allemagne en lui rappelant sa vulnérabilité militaire et économique. Pour la diplomatie allemande, qui a misé sur la carte russe pendant vingt ans, l’humiliation est profonde, et le constat brutal. Premier volet de notre série sur « l’adieu au pacifisme » outre-Rhin.
par Thomas Schnee
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline le trésor retrouvé. Chapitre (8/9) Du roi René à « La volonté du roi Krogold »
Sa « légende », « La volonté du roi Krogold », Céline en parle dans plusieurs de ses romans, de « Mort à crédit » à « Londres ». Il en avait écrit une première version autour d’un roi René avant que ce dernier ne devienne le roi Krogold. Les deux versions, inachevées, font partie du trésor retrouvé et se complètent.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat