Bruno Painvin
Nouvelliste et spectateur engagé.
Abonné·e de Mediapart

758 Billets

2 Éditions

Billet de blog 4 déc. 2022

Bruno Painvin
Nouvelliste et spectateur engagé.
Abonné·e de Mediapart

Le mystère des moutons tournant en rond enfin élucidé !

Être ou ne plus être un mouton ? That is the question pour tout électeur normalement constitué !

Bruno Painvin
Nouvelliste et spectateur engagé.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La scène se passe en Chine : la propriétaire d’une petite ferme située à Baotou s’est dite « estomaquée » par le comportement étrange de ses moutons : une dizaine de moutons tournaient inlassablement en rond, décrivant un cercle quasi parfait …l’instinct grégaire de ces charmantes petites bêtes est tel qu’au bout de deux heures, 50 puis 100 moutons se sont mis à tourner en rond …tout le cheptel, enfin presque, nous y reviendrons.

La listériose a été, un temps, avancée comme étant la cause de ce comportement, car dans cette maladie les bactéries provoquent un trouble neurologique qui s’accompagne d’une désorientation soudaine, nous y reviendrons.

Après examens et analyses biologiques, la piste de la listériose a été finalement écartée.

Un éminent scientifique du Département d’agriculture de l’Université Hartpury de Gloucester, en Angleterre, a proposé une théorie au journal Newsweek, qui pourrait bien être la solution à ce curieux phénomène.

« Il semble que les moutons soient dans l’enclos pendant de longues périodes, ce qui pourrait conduire à un comportement stéréotypé, avec des cercles répétés dus à la frustration d’être dans l’enclos et à l’espace limité », a-t-il expliqué en ajoutant, un brin moralisateur « Ce n’est pas bien. Ensuite, les autres moutons se joignent à eux, car ils sont des animaux grégaires ».

Une analyse qui ne peut pas nous laisser indifférents, nous autres français, en ce jour d’élections qui doit désigner le nouveau chef du parti LR fondé il y a quelques années par Nicolas Sarkozy, toujours présumé innocent.

Il paraît même que les chats votent !

Si on veut bien admettre que les militants jouent ici, à Nice et aux alentours, le rôle que jouent les moutons de Baotou, on est immédiatement saisi par de nombreuses similitudes, car les « moutons » sarkozistes, avant-hier fillonistes, hier « jacobistes », sont proches d’élire un leader fraîchement, mais irrémédiablement tondu.

Rappelons que le mouton, Ovis Aries, est un animal domestique, mammifère herbivore ruminant, souvent peroxydé appartenant au genre Ovis de la sous-famille des Caprinés, dans la grande famille des Bovidés, la famille d’origine de la droite. Comme tous les ruminants, surtout à droite de la droite, les moutons sont des ongulés marchant sur deux doigts dextrogyres et néanmoins déterminés, un deux, un deux, un deux. Au pas, les moutons.

Ajoutons que les moutons sont des proies, ce sont donc des animaux sans possibilité de se défendre face à leurs prédateurs à l’exception de la fuite, Valérie Pécresse, candidate malheureuse à la dernière présidentielle, en a fait la terrible expérience …aux dernières nouvelles, Valérie se serait réfugiée dans les sous-sols d'Alstom.

Le mouton fait face à deux prédateurs naturels, Marine Le Pen et Emmanuel Macron.

Pour bien comprendre la vie politique française, il est important de savoir distinguer le mâle de la femelle : le bélier est aux moutons ce que le taureau est au bœuf, dans les deux cas il s’agit du même animal, l’un en a, l’autre pas, ou plus, ce qui suscite, bien sûr, beaucoup de conflits parmi les castrés, on pense aux duels Fillon-Copé, bien sûr, mais aussi Chirac-Balladur, Barre-Chirac, Giscard-Chirac.

En avoir ou pas est une segmentation utile et néanmoins shakespearienne qui a l’immense mérite d’être simple, mais ne prend pas en compte, pas suffisamment à nos yeux, le cas de Marine Le Pen qui en a sans en avoir vraiment …s’il n’y avait pas cette ambiguïté, les journalistes n’auraient plus grand-chose à se mettre sous la dent, mais c’est un autre débat. Le cas « Macron » complique encore un peu plus les choses …

Les ressemblances entre moutons, militants niçois, électeurs macronistes et lepenistes ne s’arrêtent pas là, c’est tout le corps électoral français qui est atteint, un constat s’impose : les Français tournent en rond !

Pas besoin d’être un grand scientifique pour remarquer ces « comportements stéréotypés dus à la frustration d’être dans l’enclos et à l’espace limité », en effet, très limité.

Et oui, effectivement « ce n’est pas bien », mais ça …tout le monde s’en fout !

Le débat droite-extrême droite qui gangrène la vie politique française à coups de surenchères fascisantes dans une spirale néolibérale mortifère a le vent en poupe, seule une petite minorité refuse d’entrer dans cette danse macabre, d’autres préfèrent s’abstenir, on peut les comprendre. Des moutons noirs ?

Un petit rappel historique : il faut se souvenir de la quantité de moutons qui ont commencé à bêler en Espagne, en Italie et en Allemagne, dans les années 30. 

Terminons par une réflexion philosophique : « Pourquoi tant de laine ? » déplore le loup en croquant le mouton. Curieux paradoxe quand on y pense puisque les loups passent le plus clair de leur temps à tondre les moutons jusqu'à l'os ...

Béééément vôtre.

Pour la route encore très longue, décidément trop longue, ce petit poème de Thisius, poète indépendant dont j'ai croisé la route, au hasard, sur la toile  :

Une laine si blanche et de beaux sabots noirs ;
De superbes bouclettes soyeuses et peignées ;
Un cerveau si étanche, un bêlement criard ;
La silhouette abstraite perdue dans les prés.
Voici un animal qui fait parler de lui
Surtout pour sa bêtise et sa passivité.
Quand l’un d’entre eux s’emballe, sort du groupe, et s’enfuit,
Les autres par sottise le suivent en mêlée.
Des chiens sans vrais pouvoirs les intimident tant
Que ces crétins ont peur de sortir du troupeau.
Pourtant ils pourraient voir qu’à un seul contre cent
Ils pourraient être acteurs d’un avenir plus beau.
Ils pensent avancer alors qu’ils tournent en rond ;
Ils oublient le passé et détruisent demain.
Ces moutons névrosés, nous les trouvons si cons,
Et surtout quand on sait qu’il s’agit des humains.​

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte