La condition nécessaire mais pas suffisante pour espérer une victoire en mai 2017.

Le pire cauchemar politique qui soit : être obligé, au second tour de la Présidentielle, de voter Fillon pour éliminer Le Pen ! La gauche républicaine a déjà donné, il y a 14 ans, Chirac obtenait plus de 82 % des voix. A chacun son (second) « tour » : à eux le 5 mai 2002, à nous le 7 mai 2017 ! La victoire est encore possible si...

Le pire cauchemar politique qui soit : être obligé, au second tour  de la Présidentielle, de voter Fillon pour éliminer Le Pen !

La gauche républicaine a déjà donné, il y a 14 ans, Chirac obtenait plus de 82 % des voix.

Basta cosi !

Malheureusement, un cauchemar peut en cacher un autre : au 2e tour, face à l’impossibilité de voter pour l’une ou pour l’autre, l’électeur pourrait être tenté de voter blanc ou de s’abstenir, une sorte de « ni-ni » new look  avec le risque d’abandonner le pouvoir au Front National.

INJOUABLE !

Trop risqué, non ?

On m’objectera que la gauche pourrait se qualifier au 1er tour puis gagner au 2e, que je suis « pessimiste » et « qu’il vaudrait mieux que j’aille me coucher », telle une « marmotte »…l’hiver s’y prête, il est vrai.

Mais quelle gauche ?

Celle de Lutte Ouvrière représentée par Nathalie Arthaud ?

Celle du NPA représentée par Philippe Poutou ?

Celle de la France Insoumise et du PCF représentée par Jean-Luc Mélenchon ?

Celle d’Europe Ecologie-Les Verts –EELV – représentée par Yannick Jadot ?

Celle du parti radical de gauche –PRG–  représentée par Sylvia Pinel ?

Celle de Belle Alliance populaire portée par le PS avec pas moins de 8 candidats déclarés dont Manuel Valls depuis hier soir ?

Ou encore celle représentée par Emmanuel Macron ? une gauche libérale ou « de droite » comme le disait hier Martine Aubry, malicieuse et ironique.

Sept « tendances » différentes représentées par quatorze candidat(e)s  dont l’un, puisque c’est le sens de l’objection, ou l’une, pourrait arriver devant Fillon ou devant Le Pen au 1er tour…puis gagner au 2e !

Qui peut raisonnablement l’affirmer ? le croire ? l’imaginer ?

Sérieusement !

Comme « une preuve de l’existence de Dieu » d’après l’excellent Vingtras ! il a raison, Vingtras, 1000 fois raison !

La victoire de Fillon à la primaire de la droite et du centre bouleverse la donne, son programme ultra libéral fait courir un risque considérable au modèle social Français, c’est une vision ultraconservatrice, typiquement réactionnaire, catho-traditionnaliste qui va anéantir définitivement et irréversiblement toutes les conquêtes sociétales gagnées de hautes luttes, depuis des décennies.

Une vraie tragédie politique qui ne peut laisser personne indifférent, même pas les égos  les plus obstinés.

Pas un hasard si Robert Ménard affirme, ce soir, que « Fillon, c’est la victoire de nos idées », Sarkozy avait fait les premiers pas, une bonne partie du chemin, l’extrême droite tend maintenant la main au vainqueur désigné de la « la droite et du centre », embrassons-nous, Folleville !

Car c’est bien François Fillon qu’il faut battre au 1er tour, le reste se fera « naturellement », dans la répétition d’un reflexe républicain qui devrait assurer au candidat de la gauche une victoire probante même si je reste persuadé qu’une partie de la droite reportera, cette fois, ses voix sur Le Pen, ce qui, pour d’autres raisons, serait « remarquable » au sens strict du mot, la droite pourrait ensuite imploser.

A chacun son (second) « tour » : à eux le 5 mai 2002, à nous le 7 mai 2017 !

Laurent Mauduit parle de « l’agonie du socialisme français » et nous explique que le capitalisme anglo-saxon l’a finalement emporté sur le capitalisme rhénan, plus souple, plus réformiste, le « virus du libéralisme » aurait gangréné tout le PS : raison de plus pour combattre, prioritairement, celui qui, en France, incarne jusqu’à la caricature ce libéralisme destructeur, cause de toutes les « agonies ».

Ne nous trompons pas de cible !

Pour autant que je sache, la gauche ne se limite pas au seul Parti Socialiste dont je conviens avec  lui  - Laurent Mauduit -  qu’il est moribond, en effet : cinq autres organisations peuvent s’impliquer dans l’organisation et le financement de cette primaire élargie.  Il n’y a pas de honte à s’asseoir à côté de Philippe Poutou, de Nathalie Arthaud ou de Yannick Jadot ; pour ce qui est des autres, de Valls et de Macron en particulier, cela ne devrait pas poser beaucoup de problèmes étant donné leurs orientations libérales et leurs implications personnelles dans le désastre Hollandais.

Voilà pourquoi, en me réveillant tôt ce matin, moi « la marmotte », j’ai signé l’appel lancé par Thomas Piketty, par Daniel Cohen et par d’autres, intitulé « Gauche, tout n’est pas perdu », Collectif pour une primaire de gauche.

Primaire à laquelle doivent participer tous les acteurs cités y compris Jean-Luc Mélenchon, y compris Macron, toutes celles et tous ceux dont la candidature sera validée, in fine, par le Conseil Constitutionnel, il y aura des déçus.

Sylvia Pinel, ce soir, se pose la question d'y aller seule ou de passer par la primaire en expliquant que le renoncement de François Hollande l'oblige à consulter sa base, la perspective de laisser l'extrême droite remporter les présidentielles lui parait insupportable mais possible étant donné la multiplication des candidatures de gauche.

Condition nécessaire mais pas suffisante pour espérer l’emporter et, qui sait, prolonger la dynamique jusqu’aux élections législatives.

Puisqu’on m’explique ici, dans ces colonnes, que JLM pourrait rassembler, sur son nom et autour de son projet, une large majorité des suffrages de gauche, dès le premier tour, il n’aurait donc aucune difficulté à passer l’obstacle, très relatif pour lui, de la primaire élargie, il n’a rien à craindre.

A contrario, si ces candidats persistent à s’opposer à la primaire des gauches on ne manquera pas de s’interroger sur leur responsabilité en cas de défaite, le 23 avril, c'est-à-dire au soir du 1er tour ! et là…Laurent Mauduit aura  « définitivement » raison, après l’agonie, la mort !

Les cicatrices auront du mal à se refermer, elles laisseront des traces et des  marques et pas qu’au PS !

Monsieur Mauduit, cher Laurent, le combat continue !

 

 

 

https://www.change.org/o/collectif_pour_une_primaire_de_gauche

 

 

 

P.S : personne n’est à l’abri d’un mauvais « clic » : j’avais classé ce billet dans « Enregistrer comme brouillon » car il n’était pas encore terminé mais, par inadvertance, au cours de mes relectures, j’ai malencontreusement cliqué sur « Publier »…beaucoup trop tôt, raison pour laquelle il y a deux versions.

 

1000 excuses à ceux qui ont le malheur de me lire deux fois aujourd’hui, j’imagine leur souffrance !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.