Le cadavre ne semblait pas en possession de toutes ses facultés.

Jean-Luc Mélenchon est-il l'homme dont la gauche a besoin ? Peut-il rassembler pour faire gagner les gauches ? Le veut-il ?

Au mieux la gauche est agonisante, au pire elle est déjà morte.

Invité dimanche 6 juin sur France Inter, Jean-Luc Mélenchon explique que « dans tous les pays du monde, ils ont inventé un type comme ça [comme Emmanuel Macron en 2016] qui ne sortait de rien et qui était porté par un système oligarchique ».

On pourrait être d’accord avec lui, Emmanuel Macron a profité d’un invraisemblable alignement des planètes, inespéré et totalement imprévu, pour coiffer tout le monde au poteau.

Quand il parle d’oligarchie on comprend ce qu’il veut dire, il est dans son rôle : comment nier que Macron a été, et est toujours le candidat de l’oligarchie ? Et d'un système, nous y reviendrons. Aucun doute possible depuis son élection, tout le démontre, sa stratégie politique « droitière », ses alliances, ses réformes, ses réseaux, ses équipes, son langage, ses provocations, tout !

Alors oui ! La victoire de Macron, en effet, ne doit rien au hasard.

Mélenchon précise sa pensée et argumente : « Vous verrez que dans la dernière semaine de la campagne présidentielle, nous aurons un grave incident ou un meurtre. Cela a été Merah en 2012. Cela a été l’attentat la dernière semaine sur les Champs-Élysées. Avant, on avait eu Papy Voise dont plus personne n’a jamais entendu parler après. Tout ça, c’est écrit d’avance. Nous aurons le petit personnage sorti du chapeau. Nous aurons l’événement gravissime qui va une fois de plus, permettre de montrer du doigt les musulmans et d’inventer une guerre civile. Voilà, c’est bateau tout ça. »

Le candidat de gauche, d’une gauche authentique selon moi, la seule peut-être avec le NPA, pense donc que des attentats sont savamment orchestrés en haut lieu pour influencer les électeurs en provocant, on l’imagine, un réflexe sécuritaire « droitier », xénophobe et islamophobe susceptible de créer un large consensus favorable aux droites, toutes les droites y compris le centre, y compris la gauche de Faure et de Valls …

Certains commentateurs dénoncent cette vision « complotiste », ils ont peut-être raison, ce qui est certain c’est que Jean-Luc Mélenchon leur donne du grain à moudre. Et pas qu’un peu !

Que l’extrême droite « instrumentalise » les attentats comme le dit Adrien Quatennens ce matin pour défendre Mélenchon n’est pas nouveau, mais Mélenchon ne cite pas l’extrême droite …que Marine Le Pen « distille un venin qui divise le pays », comme l’affirme Clémentine Autain est une évidence, cela remonte aux années 80 avec son père, mais Mélenchon n’en parle pas ici …non, ce que dit Mélenchon est clair : il souhaite que Macron se représente  « sinon, on nous sort un autre petit Macron du chapeau », « inventé » par « le système ».

En parlant de système et d’oligarchie, il ne cite pas une fois l’extrême droite. « On » n'est pas l'extrême droite, Clémentine, non, Adrien.

Mais on peut comprendre qu’ils volent à son secours, car il en a besoin !

Je me suis toujours refusé de critiquer publiquement le patron des Insoumis pour deux raisons : la première est que le programme de la FI est un vrai bon programme de gauche, dense, argumenté, soigné et assez ambitieux pour tout dire, avec une petite dose d’utopie qui me va très bien ; la deuxième raison est liée à la personnalité et au parcours de Mélenchon : je n’adhère pas à ses méthodes de gestion du parti, je n’adhère pas non plus au bonhomme dont je connais le parcours pour avoir croisé sa route dans les années 1975, c’est un apparatchik en bonne et due forme, un vrai ! Or j’ai toujours privilégié le projet aux hommes censés l’incarner, j’ai toujours privilégié les idées par rapport aux gesticulations de pupitre, je ne voulais pas nuire, aussi faiblement que ce soit, à un programme dont je pense encore et toujours qu’il est le seul à pouvoir lutter efficacement contre ce néolibéralisme qui ruine la planète.

Critiquer Mélenchon risquait de nuire au projet.

Voilà pourquoi je me suis abstenu de tout commentaire critique sur Mélenchon, je m’en serais voulu de contribuer à un quelconque affaiblissement de cette gauche à laquelle je suis très attaché sentimentalement et philosophiquement.

Mais là …

Hors de question pour moi de réduire ce parti à la seule personnalité de son « chef », mais ce monsieur est devenu un réel obstacle.

Il faut ouvrir les yeux : le pire ennemi de la France Insoumise est Jean-Luc Mélenchon, cela ne fait plus aucun doute.

Trop c’est trop !

Il y a des hommes et des femmes, assez jeunes et pas encore compromis, Autain, Quatennens ou Ruffin par exemple, qui pourraient prendre la relève pour faire revivre l’espoir d’une nouvelle gauche, plus authentique et surtout beaucoup plus sincère que ce que Mélenchon propose devant les médias depuis des années, lui le vieux mitterrandolâtre soumis.

La FI est née en 2016, mais c'est déjà un vieux parti usé par les méthodes d'un autocrate d'une autre génération :  le mode de désignation du candidat Mélenchon à la présidentielle de 2021 est une véritable pantalonnade qu'un Mitterrand n'aurait même pas osé ...

Malgré tout, la FI reste un parti très prometteur que je continuerai de soutenir. Malgré tout, malgré lui...

Mélenchon n’a pas l’ambition de gagner cette présidentielle, il assure sa propre promotion, il rassure sa base, il n’est pas dans la course à la présidentielle, Mélenchon est un leurre, il gère un fond de commerce, il a toujours été plus opportuniste que les opportunistes, relisez sa biographie.

D’une certaine façon, si complot il y a, je dirais que l’oligarchie dont nous dénonçons tous ici les manigances et les méfaits, se trouve forte aise d’avoir à sa droite Macron et à sa gauche Mélenchon : elle est assurée de consolider son pouvoir ! Pile, elle gagne, face elle gagne !

Souvenons-nous : nous sommes en mai 2017, Marine Le Pen et Emmanuel Macron s’affrontent lors du débat de l’entre-deux tours de la présidentielle, la candidate du RN, épuisée et à court d’arguments, est au bord de l’asphyxie, elle déclare « Regardez, ils sont là, ils sont dans les campagnes, dans les villes, ils sont sur les réseaux sociaux... haha... les envahisseurs ».

Voilà ce à quoi Jean-Luc Mélenchon me fait penser …

La France insoumise vaut beaucoup mieux que cela, j’en suis convaincu.

Eh oui, il faudra parler de rassemblement, si non …

Quand on voit et quand on écoute Olivier Faure parader à la manifestation de la police, quand on lit ce que Valls écrit ou déclare après son retour de Barcelone, on se dit à juste titre que la FI a un rôle majeur à jouer et un rang à tenir aujourd’hui en France, c’est une urgence !

Mais pour l’instant, le cadavre de la gauche n’est pas en possession de toutes ses facultés !

« La liberté ce n’est pas l’espoir de l’avenir. C’est le présent et l’accord avec les êtres et le monde dans le présent.»  Albert Camus, in Carnet III

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.