Drame : Marine Le Pen souffre d’une fuite du liquide céphalo-rachidien !

Le test PCR avec écouvillon n’est pas seulement désagréable, il peut se révéler dangereux. Marine Le Pen en a fait la douloureuse expérience : le grand coton-tige qu’on lui a profondément enfoncé dans le conduit naso-pharyngé – pourtant exceptionnellement large chez elle – lui a occasionné des dommages qui pourraient s’avérer irréversibles.

Le test PCR avec écouvillon n’est pas seulement désagréable, il peut se révéler dangereux.

Marine Le Pen en a fait la douloureuse expérience : le grand coton-tige qu’on lui a profondément enfoncé dans le conduit naso-pharyngé – pourtant exceptionnellement large chez elle – lui a occasionné des dommages qui pourraient s’avérer irréversibles.

Elle se serait fait écouvillonner ! Salement écouvillonnée, la bougresse !

Pas un complot politique, non, un geste tout simplement maladroit.

Quelques heures après le test, elle éprouve une assez forte migraine compliquée d’un écoulement nasal droit et de vomissements, avec un « un gout métallique bizarre dans la bouche ».

C’est assez curieux, d’ailleurs, de constater que ces symptômes ressemblent comme deux crachats à ceux que l’on ressent quand on l’écoute.

Elle consulte son médecin traitant qui, inquiet, l’envoie directement aux urgences de l’hôpital le plus proche, le diagnostic tombe : les médecins s’aperçoivent que le liquide nasal est en fait du liquide céphalo-rachidien – LCR – qui s’écoule du cerveau !

Le cerveau de Marine Le Pen n’est plus étanche, l’IRM « révèle un encéphalocèle, c.-à-d. une protrusion de tissu nerveux des méninges due à une fermeture incomplète de la boite crânienne. »

« Protrusion : Action qui pousse en avant un organe dans des conditions anormales » dixit Le Larousse. Nous ne sommes pas très loin de la théorie du grand remplacement, il n'y a pas de hasard, là non plus.

C’est une maladie congénitale qu’elle aurait attrapé de son père « Nous pensons que le prélèvement seul n'a pas pu provoquer une violation de la base osseuse du crâne, mais qu'il a causé un traumatisme à l'encéphalocèle préexistant du patient », écrivent les médecins quelque peu embarrassés par la situation.

Elle se serait fait violer la boite crânienne par son père !

Marine Le Pen s’est fait opérer immédiatement afin de réduire son encéphalocèle, les médecins ont ensuite rebouché le trou dans sa boite crânienne, mais elle a perdu beaucoup de liquide cérébro-spinal …

Il faut savoir qu’une boite crânienne « normale » d’un homme ou d’une femme blanche « normale » non homosexuelle et catholique dispose d’une quantité d’environ 150 ml de liquide cérébro-spinal et que ce liquide se renouvèle sans cesse ; sauf chez les arabo-musulmans et encore moins chez les islamo-gauchistes.

Oui, mais voilà : Marine Le Pen ne s’étant pas aperçue qu’elle avait une fuite dans sa boite crânienne a secrété, depuis sa naissance, environ 57,5 litres de ce précieux liquide, son cerveau a pris l’habitude de compenser systématiquement le déficit hydrique et s’est donc habitué à un débit constant et très élevé, or l’opération a brutalement colmaté la brèche, son cerveau est devenu parfaitement étanche, mais la sécrétion de liquide céphalo-rachidien a continué et continue encore à l’heure où nous écrivons !

Un malheur n’arrivant jamais seul, la réduction de son encéphalocèle s’est accompagnée d’une réduction significative du cerveau lui-même …à cause d’un problème technique qu’il serait trop compliqué d’expliquer ici. Pour faire court, on lui a repoussé les méninges qui avaient tendance à foutre le camp, en les repoussant, on a comprimé le cerveau qui a rétréci pour faire de la place.

Le trop-plein de LCR risque d’inonder le cerveau de Marine Le Pen, puis de le noyer purement et simplement d’ici à un an, un an et demi, disent les spécialistes.

Glouglou, les neurones.

À partir de la fin novembre, ou au début du mois de décembre 2021, l’hiver nous apportera son lot de neige, de glace et de froid, il faudra penser à l’antigel, c’est quand même très triste d’être obligé de se balader avec de l’antigel dans son sac à main et une seringue nasale de 10 centimètres. Elle portera une sonde directement reliée à sa boite crânienne …il faudra veiller à l’équilibre entre une bonne dose d’antigel et la quantité de LCR circulant, pas une mince affaire …j’injecte d’un côté, je pompe de l’autre …pour les moins jeunes, cela n'est pas sans rappeler les Shadoks qui pompaient, pompaient, pompaient ...pour les plus jeunes, il s'agit d'une série télé des années 68-70 qui relatait les mésaventures des Shadoks, des êtres anthropomorphes bêtes et méchants à qui Marine Le Pen fait penser.

Tout cela en pleine campagne électorale !

Alors, bonne ou mauvaise nouvelle ?

La bonne nouvelle d’abord : Marine Le Pen a un cerveau. Mais un cerveau malade, humide, boueux, malodorant, c’est aussi ce qui fait son succès.

La mauvaise nouvelle : ben …il n’y en a pas !

Vous êtes fous ou quoi ?

On ne va tout de même pas se mettre à pleurer, non ?

On ne va pas la plaindre, merde !

Si vous êtes vraiment inquiets pour la santé mentale de Madame Le Pen, z’avez ka écouter BFM, LCI et CNews qui expliquent à longueur de temps qu’elle a de plus en plus de chances d’être élue face à …face à …face à qui ? Je vous le demande !

Ben oui, face à Macron, bande de niais, évidemment !

Plus l’écart se réduit entre elle et lui, plus on la présente comme un risque pour la démocratie et plus il sera facilement réélu, c’est le but de la manœuvre.

C’est la stratégie du « Bouh ! Je te fais peur ou je fais un malheur ! ».

Mais vous êtes d’une naïveté, mes enfants, mais d’une naïveté !

Qu’elle ait une fuite, qu’elle soit étanche ou pas, on s’en cogne, elle a un cerveau malade et puis c’est tout !

Je ne suis pas médecin, mais ça, je le savais !

Dorénavant il faudra l'appeler Narine Le Pen.

Reste plus qu'à leur mettre un bon bourre-pif, à l'un comme à l'autre, au soir du 1er tour !

Et puis c'est tout !

C'est quand même pas compliqué !

 

 

Information outrageusement déformée à partir du site futura-sciences que vous pouvez consulter ici :

https://www.futura-sciences.com/sante/breves/coronavirus-elle-perd-liquide-cephalorachidien-suite-test-covid-nasal-3304/

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.