Dès 2018 les pauvres n’auront plus le droit de conduire leur automobile

L'Europe a encore frappé ! dans sa ligne de mire l'automobiliste pauvre et désœuvré, jeune ou vieux, qui utilise une vieille guimbarde pour aller travailler à temps partiel ou pour se rendre chez un médecin à 20 kilomètres de là, désertification médicale oblige ! Pauvres, vivant en milieu rural et automobilistes : vous allez en baver !

Les cons, eux, échapperont au nouveau contrôle technique concocté par les autorités européennes pour une raison assez simple : les cons ne sont pas toujours pauvres, j’en connais même de très riches, d’immensément riches qui roulent dans des voitures flambant neuf.

Mais c’est un autre débat que nous aurons l’occasion de traiter, un sujet inépuisable, les occasions ne manquent pas, les cons sont plus prolifiques que les lapins.

Revenons au principal : en 2018, c'est-à-dire demain, le contrôle technique passera de 124 points vérifiés à 400 ; 1/3 des défauts constatés seront rédhibitoires : soit tu répares ta vieille guimbarde, soit tu la répares sinon…immobilisation et amende (de 135 €) en attente d’un éventuel retour à « meilleure fortune »…

Le coût actuel du contrôle technique d’environ 60 € va doubler, c’est à craindre, au moins 120 € d’après les spécialistes, peut-être plus, 140 € disent les plus pessimistes.

Ça peut aller très vite car le diable se cache dans les détails : un accoudoir bloqué, un appui-tête grippé et hop ! 24 heures, pas une de plus, pour réparer l’outrage fait à l’Europe sécuritaire.

Après une analyse entêtée et minutieuse personne n’a été capable de me dire combien il y a eu de morts en Europe en 2015-2016 à cause d’un accoudoir bloqué.

Personne ! mais ce n’est pas une raison…

Vivant dans la Loire (magnifique) aux frontières de l’Allier (magnifique) et de la Saône-et-Loire (magnifique), niché entre les Monts de la Madeleine et les Monts du Lyonnais je croise tous les jours de vielles et honorables Renault 5 pilotées par des jeunes qui se rendent à leur travail ou par des personnes âgées qui se rendent chez un médecin à 20 kilomètres de leur lieu d’habitation car la désertification médicale atteint, ici, son paroxysme.

Chez nous, en Auvergne-Rhône-Alpes, la qualité de vie reste appréciable, en plus d'une nature riche de trésors cachés, en plus de la beauté des paysages les loyers sont plus abordables, en tout cas ils ne sont pas prohibitifs. Mais impossible de se payer une voiture neuve pour 10 000 €.

Un travail au SMIC dans le meilleur des cas ou un job à temps partiel qui vient péniblement compenser un RSA timide pour le gamin ou pour la jeune femme de 20 ans…une retraite misérable de 650 € pour ce vieux Marcel qui a « du mal à joindre les deux bouts » mais qui n’en parle jamais, inutile d’ajouter la honte à la pauvreté, question de dignité.

Oui, de dignité !

Les citadins seront épargnés à condition d’en avoir les moyens ; si jamais ils ne disposent pas de la réserve de trésorerie suffisante pour faire face aux réparations ils pourront toujours prendre un métro, un bus.

A contrario les ruraux n’auront pas d’autre choix que d’emprunter qui à des parents s’ils le peuvent, qui à des grands-parents en ponctionnant leurs « petites économies » de toute une vie.

Ou d’abandonner un job..

Ou d’éviter des soins…le diabète attendra.

Tout le monde y perdra, le gamin, Marcel et l’Etat.

Tout le monde ! mais ce n’est pas une raison…

A bien y réfléchir, en mettant de côté bon sens, orgueil, justice, compassion et en refusant de se laisser aller à des émotions primaires voire barbares l’Europe a parfaitement raison !

Il faut priver les pauvres de toute forme d’oxygène.

Sans pauvre le monde sera meilleur.

A ce niveau là ils ne sont pas seulement cons ce sont aussi de parfaits salopards.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.