Bruno Painvin
Nouvelliste et spectateur engagé.
Abonné·e de Mediapart

705 Billets

2 Éditions

Billet de blog 8 déc. 2021

De la difficulté des gestes barrières dans les clubs échangistes

Des discothèques qui ferment, des clubs échangistes qui restent ouverts...au-delà des apparentes contradictions du gouvernement, voici un petit traité d'analyse sérologique de l’extrême droite et de la macronie grâce auquel on comprendra que le fameux « en même temps » a été subtilement et discrètement remplacé par la préposition « dans » qui vient du latin deintus, au-dedans.

Bruno Painvin
Nouvelliste et spectateur engagé.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les discothèques doivent une nouvelle fois fermer alors qu’elles avaient été autorisées à rouvrir le 9 juillet après seize interminables mois sans pouvoir accueillir le moindre client.

Coup dur pour les gérants de boîte de nuit qui s’attendent à une prolongation de cette nouvelle mesure d’interdiction, c.-à-d. au-delà des quatre semaines imposées par Jean Castex.

Le Premier ministre justifie cette décision de fermeture, car dit-il « Le virus circule beaucoup chez les jeunes et le port du masque est difficile dans ces lieux ».

Alors que le port du masque dans les boites d'échangisme est tout simplement impossible, il faut savoir lire entre les sexes textes, surtout quand c'est Jean Durex qui s'exprime. Mais ce n'est pas la seule raison.

L’explication proposée par Jean Castex pointe donc du doigt une sous-catégorie (!) de la population, « les jeunes », c’est un point important, nous y reviendrons.

Au passage, faisons le pari que « les jeunes » qui ne pourront plus fréquenter les boîtes de nuit iront faire la fête dans des appartements, des garages, des sous-sols ou des maisons, cette fois-ci sans aucun contrôle ni port du masque ; à leur place et à leur âge, c’est évidemment ce que j’aurais fait.

Le jeune est un petit salaud en plus d'être un petit con, le Premier ministre n'a pas complètement tort.

On doit se souvenir que les clubs libertins où se pratique ce que techniquement on appelle l’échangisme –  appelé partouze jusqu'au milieu du siècle dernier – avaient bénéficié d’une mesure de clémence et avaient été autorisés à rouvrir beaucoup plus tôt que les « night-clubs ».

Une fois de plus, les partouzeurs passent entre les gouttes. Pas de fermeture pour eux.

Il faut essayer de comprendre et de surmonter (?) cette apparente contradiction gouvernementale.

Ne nous égarons pas dans des explications vaseuses ou dans de vaines considérations politiciennes qui consisteraient à sous-entendre que le gouvernement a pris les discothèques en otage afin de faire passer à moindres frais un message de prudence et de distanciation sociale sur le dos des nightclubbers, distillant mezza voce une salvatrice ambiance de menaces.

Un peu de sérieux, s’il vous plaît !

Il faut en finir une bonne fois pour toutes avec ce climat de suspicion généralisé qui plane en permanence au-dessus d’Emmanuel Macron qui n’est pas candidat à la présidentielle à l’heure où nous imprimons, je tiens à le préciser : le président de la République a le droit, lui aussi, à la présomption d’innocence, au même titre que messieurs Fillon, Guéant, Sarkozy et Chirac avant qu’ils ne soient condamnés.

Tant qu’un coupable n’est pas condamné, il est innocent.

Pour les matheux, j'en connais ici, l'inverse est moins vrai : un innocent condamné est coupable. Mais passons.

La question fondamentale qui peut nous aider à comprendre pourquoi les clubs libertins bénéficient de telles mesures de clémence pendant ( ?) que les clubs « pour jeunes » en sont systématiquement exclus est simple pour ne pas dire triviale : alors que les night-clubs sont fréquentés par des « jeunes », les clubs de partouzeurs, eux, sont exclusivement fréquentés par des vieux, catégorie CSP+, c.-à-d. par les chefs d’entreprise, comme par exemple Geoffroy Roux de Bézieux qui porte un nom prédestiné ; par les professions supérieures intellectuelles, comme par exemple Dominique Strauss-Kahn ; par les professions intermédiaires, comme par exemple Jean Castex ; par les commerçants, comme par exemple Eric Ciotti et Eric Zemmour ; et enfin  par les artisans, comme par exemple Nicolas Hulot ou encore Patrick Poivre d’Arvor.

Par quelques noirs aussi qui, même s’ils n’appartiennent pas à la catégorie enviable des CSP+, sont appréciés pour leur sens du rythme, leur incomparable endurance physique et leur gaité naturelle si communicative, ils n'ont pas leur pareil pour ambiancer une salle tout entière.

Or, et nous sommes bien obligés d’y revenir, les CSP+ constituent l’essentiel des bataillons macaronistes macronistes, c’est le cœur (litote utilisée par crainte de la censure anti-pornographie numérique) de l’électorat Modem et LaRem, les centristes ont, en effet, vocation à faire le lien entre la droite et l’extrême droite, les centristes sont à la politique ce que la tranche de jambon est au sandwich jambon-beurre-cornichons ; cornichons avec un s, ils sont très nombreux, dans ce cas le pluriel s'impose.

Les petites vieilles peroxydées de Nice accompagnées de leurs vieux maris pas encore décédés ou de leurs amants à mocassins blancs vernis constituent le noyau dur (?) de l’électorat macrono-compatible de l’extrême droite varoise et des Alpes-Maritimes, un noyau qui germe ici ou là, un peu partouze en France.

On peut facilement l’imaginer : il n’y a pas de barrière entre ces gens-là, encore moins de gestes barrières, ils échangent, échangent un peu comme les Shadocks pompaient, pompaient.

C’est ce qui explique que de Thierry Mariani à Eric Ciotti, de Christine Boutin à Charles Million en passant par Zemmour et Le Pen, les thèses de l’extrême droite prospèrent et se répandent.

Qui oserait, en pleine partie de jambes en l'air collective, parler de « Front républicain » ? De front, il n'en n'est pas question ici, ce n'est pas là que cela se passe, voyons ! complétement incongru !

Depuis quelques années, nous sommes en pleine orgie politique, il n'y a plus de boussole.

Si Victoria’s Secret a considérablement rabaissé l’estime de soi des femmes depuis environ cinquante ans, les clubs échangistes, par contre, leur proposent une place de choix entre Jacques, Francis, Raymond et Dominique-nique-nique, elles sont le centre d’attention de mâles bienveillants, le point de convergence qu’il ne faut pas confondre avec le point G maintenant monopolisé par Google.

D’une certaine façon, Emmanuel Macron est « en même temps » Vistoria’s Secret et un club échangiste, il rassemble, rassemble, il mélange, mélange, il rabaisse, rabaisse un peu comme les Shadocks pompaient, pompaient quand d’autres échangent, échangent.

Son « en même temps » s'est laissé subtilement et discrètement pénétrer par la préposition « dans » qui vient du latin courant deintus, au-dedans.

Libéralisme dans socialisme, gauche dans droite, Zemmour dans Le Pen, Raymond et Jean-Claude dans Monique.

C'est ainsi qu'il a réussi à créer un électorat « BiteCoin », voilà qui résume assez bien toute sa stratégie.

Alors, me direz-vous, où est la gauche, qu’est-elle devenue, quel est son présent, on ose à peine parler d’avenir ?

À celles et ceux qui pensaient, comme Pascal, que la gauche est un cercle dont le centre est partout et la circonférence nulle part, je serais tenté de leur répondre que la gauche est un cercle dont le centre est nulle part et la circonférence partout.

Mais rassurez-vous : dans un monde où on a inventé une montre qui remplace votre IPhone qui lui-même a remplacé votre montre, tout est possible !

Un monde merveilleux où on passe plus de temps à chercher une série qu’à la regarder, je viens d’en faire l’expérience sur Netflix depuis une dizaine de jours. 

Mon slogan pour la prochaine élection présidentielle :

Elect a clown, expect a circus !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes portugais résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener