Mauvaise nouvelle : une droite peut en cacher une autre

Hier ils étaient plus de 300 à lâcher Fillon...en moins de 24 heures ils reviennent tous sur le devant de la scène comme si de rien n'était : le vrai projet de la droite c'est Sens Commun qui l'incarne le mieux, Frigide Barjot joue l'entremetteuse entre Sarkozy et Le Pen, Fillon n'est qu'un intermédiaire, une marionette.

Le spectacle proposé par la droite autour de l’affaire Fillon me fait penser au film d’Edouard Molinaro « Hibernatus » sorti en 1969 : un homme congelé dans les glaces du pôle nord est retrouvé miraculeusement vivant,  65 ans plus tard.

Fragilisé, déstabilisé, hagard mais encore vivant, « miraculeusement vivant », c'est-à-dire contre toute logique, contre tout bon sens.

La notion de miracle n’est pas complètement incongrue dans le lexique Fillon.

En effet il y a quelque chose d’irrationnel et de surprenant, qu’on ne peut pas expliquer, qui échappe à ce qu’on a l’habitude de voir, d’entendre et de comprendre, un peu comme si on avait zapper quelque chose, rater 3 des 5 épisodes d’une mauvaise série B dont le scénario aurait été écrit par un cerveau malade, ou frappé d’amnésie : dès la fin du premier épisode le meurtrier avait été décapité devant une foule toujours avide de sang, pourtant on le retrouve dans les bras de ses bourreaux au début du dernier  épisode…sans prévenir, sans aucun tour de passe-passe, la tête entre ses deux épaules, il danse encore, il danse toujours, tout le monde fait la fête autour de lui, embrassons-nous Folleville !

D’un jour à l’autre, en moins de 24 heures, on passe d’un suicide maquillé en assassinat à une duperie maquillée en résurrection.

La presse applaudit à tout rompre. Catherine Nay tombe dans les bras de Jean-Pierre Elkabbach, Yves Calvi est en larmes,  François Lenglet assure l’intérim le temps que tout ce petit monde reprenne ses esprits. Ils ont eu peur, tellement peur !

Le faiseur de miracles s’appelle Sarkozy pour qui un Fillon agonisant vaut beaucoup mieux qu’un Juppé vieux mais en pleine santé, la faute à ces damnés socialistes qui ont voté pour lui à la primaire, Juppé est un traître cacochyme.

La droite doit rester intacte, pure et dure, une droite consanguine, la seule incartade qu’il est disposé à lui pardonner s’appelle Marine, « Sens Commun » est là pour jouer les entremetteurs. Et ça fonctionne !

Sarkozy n’est pas Poulidor, même pas, il n'est arrivé que 3e, c’est un looser qui n’accepte jamais de perdre la face, alors il se venge !

Férocement.

Le portier de nuit d’AccorHotels Arena tire encore les ficelles de ses marionnettes. Il n’est plus rien mais cela ne l’empêche pas de manigancer en loucedé.

Alors François Baroin, Christian Jacob, Luc Chatel et Eric Ciotti reprennent le flambeau…eux et tous ceux qui avaient lyncher Fillon pour d’excellentes raisons…

Juppé, ivre de rage, se retire en expliquant ce qu’il pense de Fillon, avec beaucoup de lucidité, le tour de Sarkozy viendra, le maire de Bordeaux est maintenant libre de toute entrave…il jouera solo, cela peut ressembler à du gaullisme…vu de loin.

Il a raison Juppé, la droite s’est radicalisée autour de militants et de sympathisants qui n’ont plus peur de dire tout haut ce que la majorité du L.R pense tout bas, ils sont prêts à voter pour le FN, « tout plutôt que Hollande », peu importe que Hollande ne soit pas candidat, il n’est plus là mais ce n’est pas le sujet.

Curieux de voir un ancien Président de la république battu par Hollande, battu par Fillon et battu par Juppé tirer encore les ficelles d’une droite bicéphale et faussement schizophrène, tiraillée entre une droite extrême et une extrême droite.

Il joue à qui perd gagne, ses frustrations lui conseillent de se mettre en réserve, il serait un recours au cas ou...alors forcément il fait le choix de celui qui est le plus exposé, il peut encore espérer, sait-on jamais, la convocation de Fillon est prévue pour mercredi prochain...

Pas impossible que Carla Bruni-Sarkozy cède bientôt sa place, sur l’oreiller, à Frigide Barjot…à moins qu’un ménage à trois…

Depuis 10 ans Sarkozy rêve d’une reconstruction des droites, remplacer l’UDI par le FN, ce que Patrick Buisson n'avait pas pu faire, Fillon le fera.

Il n’est plus très loin de réussir son coup.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.