« Le complot des forces judéo-maçonniques » ou la nausée LR.

Macron représenté par une caricature purement antisémite sur le compte Twitter du LR : comme une nausée. Mais, malheureusement, ce n'est pas surprenant, il n'y a pas de hasard...

A plusieurs reprises, ici même, dans ces colonnes, nous avions évoqué ce slogan antisémite de très triste mémoire en expliquant que la droite extrême et l’extrême droite jouaient avec le feu et n’étaient plus très loin sémantiquement, culturellement et politiquement de le réutiliser : nous y sommes !

Il nous paraissait indispensable de stigmatiser ces dérives racistes, xénophobes, homophobes, islamophobes et antisémites pour mieux les dénoncer : à la haine de l’autre s’ajoute maintenant la haine de tous les autres, Christine Taubira avait  été dessinée sous les traits d’une guenon, banane en mains…

Nos pires cauchemars sont en train de se réaliser, ce que nous dénoncions par anticipation devient réalité, ce dont Jean-Marie Le Pen avait rêvé tout haut est maintenant entré dans le quotidien du LR, l’antisémitisme est en expansion, il pourrait même devenir à la mode, c’est la marque de la connerie. Faut-il le préciser ? de la connerie humaine, curieuse tautologie.

Le racisme fait le tour du monde, arrose de son urine fétide toutes les ethnies mais revient toujours là où il n’a jamais cessé d’être, à son point de départ, aux origines du monde  : à la haine des juifs, une haine dont la France qui n’a pas la mémoire courte doit se souvenir.

Le flirt idéologique et religieux avec Sens Commun », les dérives « extrême-droitisantes » de Sarkozy, les croix cathos de Fillon et de ses sbires qui se multiplient « comme des petits pains » ont achevé le travail d’émancipation initié par les Le Pen dans ce qu’il a de plus inquiétant, la régression morale. Une régression totale.

Les proximités programmatiques et néanmoins libérales entre Emmanuel Macron et François Fillon ne suffisent pas à endormir la bête immonde, l’antisémitisme travaille dans l’ombre et ne connait pas de frontières, pas même économiques, c’est dire !

"Quand on a beaucoup médité sur l'homme, par métier ou par vocation, il arrive qu'on éprouve de la nostalgie pour les primates. Ils n'ont pas, eux, d'arrière-pensées.

Comme Camus - ici dans La Chute, publiée en 1956 -  j’ai la nostalgie des primates.

Mais à la différence du sien, le mien, c'est-à-dire celui qui figure en tête de ce blog, a une arrière pensée qui prend la forme d’un doigt d’honneur adressé à tous ces cons, à tous ces salopards.

Honneur, oui, de ne pas vous ressembler.

Jamais !

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.